La lettre d'Edouard Carmignac

22/04/2015 - Publié par CARMIGNAC GESTION dans Marché Actions

La lettre d'Edouard Carmignac

La vive hausse des bourses européennes en ce début d’année a de quoi rendre songeur. La mise en place d’une politique de reflation monétaire non-conventionnelle agressive par la BCE accélère à la fois la dépréciation de l’euro et provoque une véritable « répression » sur les rendements des obligations sans risque incitant les investisseurs à se porter davantage sur les marchés actions.

Pourtant, comme je vous l’écrivais dans ma dernière lettre, le fléchissement de la monnaie unique renforce certes la compétitivité de nos entreprises mais, en l’absence de réformes structurelles, ne saurait favoriser une reprise d’activité durable. Si c’était le cas, le Zimbabwe serait aujourd’hui l’une des toutes premières puissances économiques mondiales ! L’impact attendu de ce quantitative easing sur l’activité est d’ailleurs modeste. Malgré la conjonction d’une baisse de l’euro de 25% depuis juin dernier, de taux historiquement bas – voire négatifs – et, cerise sur le gâteau, de prix pétroliers soldés, la croissance de la zone euro devrait atteindre péniblement 1,5% cette année.

Dans  ces  conditions,  la  valorisation  des  actions  européennes  est-elle  excessive ?
Le paradoxe est qu’en raison de leur faible efficacité et de l’absence de marge de manœuvre en matière de relance des dépenses publiques, ces mesures de soutien monétaire ne sauraient être levées dans un proche avenir. Compte tenu de leur impact réduit sur l’économie réelle, il nous semble cependant avisé de nous tenir à l’écart de l’engouement favorisant les sociétés cycliques et de continuer à privilégier les entreprises exportatrices à bonne visibilité.

Hors Europe, nous conservons de fortes convictions. La pression haussière sur le dollar atténue sensiblement le risque d’une hausse des taux trop marquée aux Etats-Unis et devrait ainsi faciliter notamment l’appréciation de nos choix de valeurs internet et de biotechnologie. Dans l’univers émergent, l’Inde et la Chine continuent à remporter nos faveurs compte tenu des vastes programmes de réformes entrepris.

Sur cette note confiante mais prudente, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de ma considération choisie.

Articles similaires

SURPONDÉRATION DES ACTIONS EUROPÉENNES, ...

Portée par une croissance bénéficiaire (BPA) à deux chiffres, la faiblesse des prix du pétrole, une politique monétaire accommodante et des...

14/04/2015 - Publié par RUSSELL INVESTMENTS FRANCE

Actions / Analystes et économistes

LE POTENTIEL DES ACTIONS EUROPÉENNES SE C...

Depuis le mois de mai, après un début d’année spectaculaire, les marchés d’actions européens sont marqués par un accroissement de la volatilité et...

29/06/2015 - Publié par VEGA INVESTMENT MANAGERS

Actions / Analystes et économistes