La jeunesse est la seule génération raisonnable. (Françoise Sagan)

22/01/2013 - Publié par Marc GILSON dans Marché Autre

La jeunesse est la seule génération raisonnable. (Françoise Sagan)

La relève, c’est les jeunes, on peut en convenir.

 

Ils ont dès le démarrage de leur vie professionnelle des acquis importants (les dernières nouveautés), une force de travail évidente, un horizon dégagé et peu d’a priori. On leur prête un esprit plus vif et, normalement, une imagination créative ou un point de vue neuf sur ce qui leur est proposé. Ils baignent dans la civilisation technologique et trouvent un certain épanouissement dans la maîtrise des moyens modernes de communication.

 

Pourtant, nous aimerions attirer leur attention sur cette étude publiées par Fox News sur les étudiants américains.

 

Basée sur des données accumulées durant ces 47 dernières années auprès de 9 millions de jeunes adultes aux études, l'étude révèle que, aujourd'hui plus que jamais, les étudiants se considèrent comme talentueux et sont très narcissiques. Alors que le temps passé à étudier et les résultats de leurs tests sont, eux, en baisse constante.

 

Pour le Dr Keith Ablow, auteur de l'article, les nouvelles technologies et les réseaux sociaux sont à pointer du doigt. «Sur Facebook, les jeunes se fourvoient en pensant avoir des centaines d'amis. Ils peuvent effacer les commentaires désobligeants. Ils peuvent bloquer ceux qui ne sont pas d'accord avec eux. Ils peuvent choisir de ne montrer que des photos d'eux sous le meilleur jour.»

 

Les jeux vidéo qui font de nous des héros et la téléréalité qui filme des vies soi-disant comme la nôtre sont aussi ce que le psychiatre estime être «les drogues psychologiques du XXIe siècle». «Elles rendent nos enfants et nos adolescents malades. Elles leur donnent la sensation d'être spéciaux, pour un temps. Puis, ils font tout ce qu'ils peuvent pour se distraire du fait qu'ils se sentent vides à l'intérieur et indignes». (Source : Lessentiel.lu)

 

Lors de la célébration des 50 ans du traité de l’Elysée (réconciliation franco-allemande), le Président Hollande a de nouveau réaffirmé que tout devait être mis en œuvre pour aider les jeunes, priorité de son mandat et de son ambition européenne (voir aussi l’extra qui suit). 

 

Oui, place aux jeunes, bienvenue aux nouvelles générations, pour être ensemble. Nous ne voulons pas vous laisser seuls face aux chantiers du futur et nous avons besoin de vos esprits clairs, de vos idées, de vos idéaux, de vos prises de responsabilité.

 

Et ne faites pas mentir Françoise Sagan, s’il-vous-plaît. Ni les autres :

 

La jeunesse est un art. (Oscar Wilde)

Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait. (Henri Estienne)

Jeunesse. L'âge du possible. (Ambrose Bierce)

 

 

Bonne journée,

 

Marc Gilson

                                                                      

 

EXTRA : par Paul N. Goldschmidt, Directeur, Commission Européenne (e.r.) ; Membre du Comité Consultatif de l’Institut Thomas More. 15/1/2013

 

La Guerre au Mali : Un Risque supplémentaire ou une Opportunité pour la Cohésion de l’Union Européenne ?

 

Alors que la décision du Président Hollande d’intervenir au Mali fait l’objet d’un large consensus politique et de l’adhésion d’une majorité de l’opinion publique française, le débat médiatique tourne autour de l’isolement de la France, malgré un feu vert de l’ONU et un support minimal de certains alliés de l’OTAN et de l’UE.

 

 

Diverses questions, bien identifiées, portent entre autres sur : la nécessité incontournable de l’intervention posée par les aspects humanitaires et notamment la présence au Mali de 6000 ressortissants français ; la difficulté de définir la mission et donc les critères de « désengagement » ; le désenchantement inévitable qu’entraînera la prolongation d’un conflit de durée indéterminée; la nécessité d’une cohérence dans la lutte et la gestion du binôme terrorisme/islamisme radical (Syrie/Mali) et, enfin, les capacités militaires limitées de la France obligée de faire appel à un support « logistique » dans les domaines du transport, du renseignement et de l’équipement.

 

Même si le débat demeure pour l’instant principalement « franco-français », il apparaît cependant que le conflit malien est d’une importance stratégique pour l’ensemble du continent européen dans la mesure où le combat contre le « terrorisme » dépasse les frontières de l’hexagone et que l’installation d’un régime voyou en plein centre de l’Afrique ne peut être toléré.

 

Il s’ensuit une accélération du débat sur la « défense » européenne qui devait occuper, de toute façon, une place de choix dans la programmation des travaux de l’Union en 2013. En effet, l’incapacité d’un Etat Membre, quel qu’il soit, de faire face seul à une urgence de ce type est avérée, alors qu’une fois de plus, les difficultés d’entreprendre une action commune s’étalent au grand jour.

 

Ce sujet crucial appelle une « fédéralisation » de la défense. Il soulève les mêmes questions de souveraineté, qui compliquent le débat sur la « fédéralisation » de certains éléments de l’UE (Union bancaire – MES – budget, ressources propres et endettement de l’UE/UEM, etc.) ainsi que celui concernant la cohésion de l’UE elle-même au regard de revendications séparatistes (Catalogne, Ecosse, Flandre, Lombardie…) ou velléités de « renégociation » des modalités d’adhésion (GB).

 

Si, intellectuellement, on peut envisager une négociation qui apporte une solution acceptable pour chacun de ces sujets pris indépendamment, il est, par contre, utopique qu’on puisse aboutir à une solution globale sans envisager une cohérence dans l’approche de chacun de ces dossiers. Ainsi une « fédéralisation » de la défense est difficilement concevable sans une approche similaire dans les autres domaines. La participation de la Grande-Bretagne comme partenaire incontournable d’une défense fédérale crédible ne peut être le prix d’un statut plus autonome à l’intérieur de l’UE. C’est la logique inverse qui doit s’imposer : l’approche « fédérale » en matière de défense, qui seule permettra à l’Europe d’assumer et de financer ses missions de protection interne et d’intervention externe, doit s’étendre aux domaines économique  financier et social.

 

Ainsi, les évènements dramatiques du Mali peuvent servir de catalyseur pour mobiliser la volonté politique nécessaire à redynamiser et ré-enchanter le débat sur l’avenir de l’Union Européenne. C’est une occasion unique de faire valoir la valeur ajoutée de l’UE et de faire la démonstration que le projet européen est la solution et non pas la cause des problèmes. Cela implique que chacun fasse des concessions mineures en contrepartie de bienfaits majeurs ; il est illusoire de vouloir séparer les concepts de solidarité et de responsabilité.

 

Comme citoyens européens nous aspirons tous à offrir à nos enfants un avenir où ils pourront jouir d’une sécurité à l’abri des conflits, d’un modèle économique et social qui préserve l’essentiel des acquis, d’un régime démocratique dans lequel le « tout fédéral » offre des possibilités bien supérieures à la « somme des parties nationales » et enfin d’un ensemble de valeurs qui continueront à se projeter à travers le monde.

 

Chacun doit prendre conscience de ce que l’incapacité de s’accorder sur un avenir européen commun conduira à plus ou moins brève échéance au déclin et puis à la décadence de notre continent, à l’image du sort réservé, tout au long de l’histoire, aux grandes civilisations qui se sont succédées.

 

Bruxelles, le 15 janvier 2013

 

 

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

SI TRUMP EST ELU, A QUOI PEUT-ON S'ATTENDRE ?

Si Donald Trump est élu Président des Etats-Unis le 8 novembre 2016, cette date deviendra historique : ce sera la première fois qu’un homme...

11/10/2016 - Publié par COLUMBIA THREADNEEDLE INVESTMENTS SERVICES LTD

Autre / Avis d'experts

AVANT TOUT POLITIQUE ET NON FINANCIÈRE

La Grande-Bretagne a décidé de quitter l’Union Européenne. Les marchés financiers réagissent brutalement au réveil alors qu’ils avaient anticipé...

25/06/2016 - Publié par ENTHECA FINANCE

Autre / Avis d'experts