La Fed devrait relever ses taux d’intérêt à l’automne

13/04/2015 - Publié par ECOFI INVESTISSEMENTS dans Marché Actions

La Fed devrait relever ses taux d’intérêt à l’automne

Confrontée à des conditions climatiques extrêmes, l’économie des Etats-Unis devrait marquer temporairement le pas au premier trimestre, ce qui n’empêchera pas la Reserve fédérale de relever ses taux d’intérêt à l’automne. En zone Euro, les enquêtes n’ont cessé de s’améliorer, suggérant une (légère) accélération de sa reprise, ce qui devrait permettre de dissiper les craintes déflationnistes

Selon les données du National Climatic Data Center, février 2015 a été le mois le plus froid des 80 dernières années. Le froid extrême a paralysé toute la Côte Est du pays, pendant que la Côte Ouest a dû faire face à une rude sécheresse. Dans ces conditions, des enquêtes aussi importantes que les ventes au détail, la production industrielle, les nouvelles commandes et les mises en chantier sont toutes ressorties en deçà des prévisions.

Cependant, la rudesse du climat n’est pas le seul vecteur récessif de ce début d’année. En effet, la grève qui a sévi dans les ports a fortement perturbé les exportations dont les volumes ont enregistré leur plus fort recul depuis 2009. Toutefois, nous n’avons pas abaissé notre prévision de croissance, qui demeure à 3,1% pour l’année 2015. En effet, nous sommes persuadés qu’il y aura un effet de rattrapage de la demande interne au cours des prochains trimestres. D’une part, les entreprises affichent des profits records : 2 140 milliards de dollars à fin 2014. Cette situation va faciliter la hausse des dépenses d’investissement, devenue indispensable par la vigueur du dollar et la baisse de la productivité. Les entreprises américaines sont donc dans l’obligation d’investir globalement, ce qui permettra de compenser la baisse des Capex enregistrée dans le secteur pétrolier. D’autre part, soutenus par la très bonne tenue du marché de l’emploi, les fondamentaux du consommateur restent solides, ce qui devrait permettre à la consommation des ménages de rester vigoureuse au cours des prochains trimestres.

Au final, la Fed devrait selon toute vraisemblance relever ses taux d’intérêt à l’automne, une fois que ses membres seront persuadés que l’inflation converge vers la zone de confort de 2%.

La fragilité entrevue dans les indices de surprises économiques en ce début d’année n’est donc que temporaire et surtout circonscrite aux Etats-Unis. En effet, le Japon est parvenu à s’extirper de la récession dans laquelle il était plongé depuis le relèvement de la TVA d’avril 2014.

C’est surtout en zone Euro que les signaux sont les plus prometteurs. Ainsi, dopée par une confluence de facteurs fortement porteurs (taux bas, plongeon de l’euro, dégringolade des cours du pétrole), l’activité économique semble se reprendre, à en juger par la hausse de la production industrielle et des dépenses de consommation. Nous demeurons toutefois très prudents quant à la durabilité de cette embellie qui n’est possible qu’à la faveur de phénomènes exogènes. La dynamique interne tarde toujours à se matérialiser, même si les indicateurs avancés, notamment les indices PMI dans les services, annoncent une sensible amélioration de ce côté. Notre prudence s’explique par la persistance de l’atonie du crédit bancaire au secteur privé qui n’augmente pas malgré les actions décidées par la Banque centrale européenne.

Articles similaires

UN ORAGE D'ÉTÉ ?

Depuis le 10 août dernier, les marchés européens ont baissé de plus de 15 %. La Bourse de Shanghai a perdu 20 % depuis le 17 août. Les marchés...

25/08/2015 - Publié par MEESCHAERT ASSET MANAGEMENT

Actions / Commentaires de marché

PLUS DE 71% DES ÉCONOMISTES CRAIGNENT TOU...

Le scepticisme règne sur les marchés financiers. En effet, la vacillante viabilité de l’accord entre la Grèce et ses créanciers ainsi que le non...

22/07/2015 - Publié par OAKS FIELD PARTNERS (OFP)

Actions / Commentaires de marché