La BCE toutes voiles dehors (ou presque)

07/09/2012 - Publié par PETERCAM (LUXEMBOURG) SA dans Marché Allocations d'actifs

La BCE toutes voiles dehors (ou presque)

Après Ben Bernanke la semaine dernière à Jackson Hole, c'était à Mario Draghi d'expliquer cette semaine ses prochaines mesures à Francfort, sous les yeux de la quasi-totalité du monde financier. Au final, le président de la BCE n'aura en réalité confirmé que ce qui était déjà largement attendu, à savoir que la BCE se tenait prête à acheter des obligations de pays sous pression, mais uniquement en vertu de conditions strictes. Elle ne le fera ainsi que lorsque le pays concerné aura préalablement demandé de l'aide au FESF/MES et accepté un programme de conditions, et pourra y mettre un terme dès que le pays ne respectera plus ce même programme. La BCE pourra dans ce cadre acheter des obligations gouvernementales d'une durée de 1 à 3 ans de manière illimitée sur le marché secondaire, et ne pourra du reste plus être un créancier privilégié pour ces titres. De quoi réparer deux erreurs capitales commises dans le cadre du précédent programme d'achat d'obligations (SMP), à savoir la limitation implicite de l'ampleur des achats et le statut de créancier privilégié.

 

Le nouveau programme représente donc un progrès important par rapport au SMP, mais la BCE n’en reste pas moins aussi confrontée à un difficile exercice d'équilibrisme. Soucieuse d’amadouer les esprits alarmistes quant aux risques d’inflation, la BCE promet ainsi de stériliser les nouveaux achats, mais il ne s'agit là que d'un paravent, une stérilisation effective étant pratiquement exclue. Cela ne sera qui plus est pas nécessaire puisque les risques d'inflation dans la zone euro ces prochaines années sont pour ainsi dire inexistants. On ne pourra en effet à nouveau parler de risques d'inflation qu'une fois que l'économie européenne aura retrouvé un rythme de croisière raisonnable et à ce moment-là, la BCE devra effectivement revoir radicalement sa politique conciliante. Nous en sommes toutefois encore bien loin. D’un autre côté, la BCE a aussi très clairement veillé à éviter de pouvoir être accusée de financement monétaire des États, ce qui est interdit dans la zone euro. Le nouveau programme joue sur la corde raide à ce niveau mais devrait malgré tout passer le test avec succès, les craintes dans ce cadre concernant surtout la réaction de l'Allemagne. Et la BCE renvoie totalement la balle ici dans le camp des États : ceux-ci doivent désormais demander un programme d'aide officiel. La définition des conditions et le contrôle de leur respect représenteront à ce sujet un élément crucial. Des conditions trop strictes compromettront les chances du pays concerné de respecter le programme, surtout au vu de la récession persistante. Et la fermeture qui pourrait s'ensuivre du robinet de la BCE pourrait alors faire dégénérer très rapidement la situation. Un programme trop laxiste placerait quant à lui la BCE en fâcheuse posture et ferait à coup sûr se cabrer l'Allemagne.

 

Si le programme fonctionne comme l'entend Mario Draghi, il devrait balayer de la table le problème aigu de financement des gouvernements dans les pays problématiques. Mais il ne s'agirait pas encore là d'une solution structurelle à la crise actuelle. Le nouveau programme ne changera pas grand-chose à la récession de plus en plus profonde. Il ne changera rien non plus aux problèmes structurels dans la zone euro et n'offre aucune perspective quant à la situation grecque sur laquelle Mario Draghi est resté étonnamment muet.

 

Globalement, la BCE ne fait donc une fois de plus qu'acheter du temps pour permettre aux responsables politiques de trouver une vraie solution. Sans grand espoir de changement, hélas, de ce côté-là...

Articles similaires

LA FED ROUVRE LE ROBINET

Quelques semaines après avoir reconnu, par la bouche de son président Ben Bernanke, que la situation économique était clairement insatisfaisante,...

14/09/2012 - Publié par PETERCAM (LUXEMBOURG) SA

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

LES BANQUIERS CENTRAUX S’APPRÊTENT À R...

  De nouveaux signaux de fléchissement de l'activité économique nous sont encore parvenus des quatre coins du monde ces dernières semaines. La...

27/07/2012 - Publié par PETERCAM (LUXEMBOURG) SA

Allocations d'actifs / Commentaires de marché