« La BCE à l'offensive dans l'attente d'une meilleure coordination des politiques économiques »

Par Mabrouk Chetouane, responsable de la Recherche et de la Stratégie chez BFT Investment Managers

24/03/2016 - Publié par BFT INVESTMENT MANAGERS dans Marché Allocations d'actifs

« La BCE à l'offensive dans l'attente d'une meilleure coordination des politiques économiques »

Jeudi 10 mars, Mario Draghi a encore une fois sorti l’artillerie lourde pour stimuler l’activité et l’inflation en zone euro. Mais la faiblesse persistante de la demande de crédit ne pourra se résoudre que par une meilleure coordination des politiques économiques.

 

La BCE était attendue de pied ferme par les marchés et ses annonces ont été à la hauteur des espérances des investisseurs. Pour autant, lors de la conférence de presse, Mario Draghi a clairement précisé qu’il ne fallait pas s’attendre à de nouvelles baisses concernant le taux de facilité de dépôt refroidissant quelque peu l’enthousiasme des marchés. M. Draghi a justifié sa position en précisant qu’un recours trop soutenu à des taux négatifs n’était pas souhaitable et que l’hétérogénéité des systèmes bancaires de la zone euro limitait la portée de cet outil. En outre, l’objectif de la BCE de relance de l’économie par le canal du crédit se heurte à un double déficit en zone euro : le manque de coordination des politiques budgétaires et l’insuffisance des réformes structurelles.

Autre signe d’inquiétude, la déconnexion entre la croissance de l’agrégat M3 et celle du crédit au secteur privé en zone euro. La progression de la masse monétaire M3 ne se traduit plus, depuis 2012, par une augmentation proportionnelle de la distribution de crédit. A cet égard, Mario Draghi a encore rappelé l’urgence de la nécessité d’une meilleure coordination en Europe entre politique monétaire et politique budgétaire. Instaurer un « policy mix » à l’échelle de la zone euro devrait aboutir à une stimulation accrue de la demande de crédit, et nous en sommes loin aujourd’hui.

Afin de relancer le crédit, la réactivation du programme de TLTRO (opérations de refinancement à long terme ciblées) fait partie des mesures proposées par la BCE. Au-delà du nombre de programmes qui vont être lancés, l’idée d’instaurer une échéance à ce nouveau TLTRO donne une visibilité supplémentaire au secteur bancaire. Les établissements de crédit savent qu’ils vont pouvoir compter sur des conditions de financement très accommodantes (taux nuls voire négatifs) jusqu’en 2021.

Tout au long de l’année 2015, l’alignement des planètes en zone euro (euro en baisse, BCE à la manœuvre, prix du pétrole en baisse, reprise tangible etc.) a favorisé la reprise cyclique et in fine les marchés. Même si le début de l’année 2016 a été difficile, tant sur le plan des indicateurs économiques que du côté des marchés financiers, le retard de croissance de la zone euro, par rapport aux Etats-Unis, devrait se résorber et soutenir au moins pour cette année encore l’activité du vieux continent.

 

La parité EUR/DOL au cœur de la stratégie de la Fed et de la BCE

L’excédent commercial structurel de la zone euro est un facteur de soutien à la hausse de la devise européenne. Mais le resserrement de la politique monétaire de la Fed contiendra la dépréciation du dollar par rapport à l’euro.

De l’autre côté de l’Atlantique, la problématique est différente. Le cycle actuel de l‘économie américaine justifie pleinement une remontée des taux. Le niveau de l’inflation sous-jacente et le dynamisme du marché du travail (créations d’emploi soutenues, hausse du taux de participation) facilitent la tâche de la Fed quant à la poursuite de son resserrement monétaire sans craindre que la remontée la parité EUR/DOL ne pénalise l’économie américaine.

 

A propos de BFT Investment Managers

BFT Investment Managers redonne un sens au rendement grâce à l’engagement de tous ses collaborateurs au service de ses clients. Depuis plus de 30 ans, la performance de nos solutions d’investissement, associée à une gestion rigoureuse des risques, constitue la première de nos missions. BFT Investment Managers offre une gamme de produits spécialisés sur les principales classes d’actifs, s’articulant autour de la recherche de rendement. Sur l’ensemble de nos fonds, nous intégrons des critères d’investissement socialement responsable et nous bénéficions du label AFNOR dans ce domaine. Filiale d’Amundi, nous combinons la réactivité d’une entreprise à taille humaine associée à la signature d’un grand groupe, leader européen de l’industrie de l’Asset Management. Au global, à fin décembre 2015, nous gérons plus de 21 milliards d’euros d’actifs pour le compte de clients institutionnels et distributeurs et faisons partie des dix premières sociétés de gestion sur le marché français des OPCVM. www.bft-im.com

 

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

« CHANGEMENT DE PARADIGME »

Le contexte géopolitique et économique dans lequel nous évoluons depuis un an, nous conduit à changer les repères que nous devrons utiliser pour...

01/12/2015 - Publié par DEGROOF GESTION

Allocations d'actifs / Avis d'experts

2016 DANS LA LIGNÉE DE 2015 ?

2015 fut une année compliquée sur les marchés financiers et l’allocation d’actif en général avec une volatilité en hausse sur les principales...

14/01/2016 - Publié par DEGROOF GESTION

Allocations d'actifs / Avis d'experts