La Banque d'Angleterre préfère attendre

Par Karamo Kaba - Directeur des études économiques - le 18 juillet 2016

19/07/2016 - Publié par ECOFI INVESTISSEMENTS dans Marché Allocations d'actifs

La Banque d'Angleterre préfère attendre

 

Et si le Brexit avait plus d’effets bénéfiques que ne l’avaient initialement anticipé les investisseurs ? C’est la conclusion, certes un peu rapide, à laquelle on pourrait parvenir en regardant l’évolution des conditions de financement et les indices boursiers.

 

D’ailleurs, la Banque d’Angleterre (BoE), que tout le monde voyait annoncer une série de mesures à la suite du « Brexit », a décidé de prendre son temps en optant pour le statu quo lors de sa réunion du 14 juillet dernier. Nous pensons que la BoE a préféré reporter ses décisions de trois semaines supplémentaires, le temps pour l’institution monétaire britannique de mettre à jour ses prévisions économiques et d’inflation. Des mesures de soutien devraient par conséquent être annoncées le 4 août prochain, ce qui a contribué à faire baisser de plusieurs crans l’aversion pour le risque, tout comme la formation d’un nouveau gouvernement au Royaume-Uni avec pour mission de « réussir le Brexit ». Ce contexte de baisse de l’incertitude, additionné à la publication de bonnes enquêtes économiques, a contribué à la prise de risque sur la semaine. L’indice MSCI Monde a progressé de 2%. L’Europe (+4,3%) et les Etats-Unis (+1,5%) ont été surperformés par le Japon (+9,2%).

 

Il faut dire qu’après le succès du parti du Premier ministre Abe lors de la dernière consultation électorale, les espoirs d’une bonification des « Abenomics » ont grandi. Ainsi, sur la semaine, le yen s’est considérablement déprécié (-4,3% contre dollar), sans doute en écho aux anticipations d’une plus grande stimulation monétaire de la Banque du Japon. Cette « dévaluation compétitive » à venir du yen ne devrait pas laisser indifférentes la Banque de Chine et les banques centrales des pays asiatiques qui ne tarderont pas elles aussi à laisser glisser leur monnaie.

 

Dans ces conditions, les investisseurs devraient continuer à rechercher les actifs libellés en dollars, surtout si comme nous l’anticipons, l’économie rebondit d’au moins 2,5% en rythme annualisé au deuxième trimestre. Ce pronostic est conforté par la bonne orientation des enquêtes qui laissent augurer une forte contribution de la consommation des ménages. Cet attrait pour le dollar devrait toutefois continuer de nuire au secteur industriel. En effet, l’appréciation antérieure du dollar pèse sur le secteur industriel, après une progression de plus de 22% depuis l’été 2014 du taux de change effectif. Même si la production industrielle a rebondi en juin de 0,6%, les séquelles du « dollar fort » demeurent et continuent d’handicaper ce secteur.

 

Il sera encore plus en difficulté si après le rebond anticipé du PIB au deuxième trimestre, la Réserve fédérale se met à relever ses taux directeurs alors que le consensus ne prévoit pas de hausse cette année.

 

Rendez-vous lundi prochain…

 

Source : Ecofi Investissements, au 15 juillet 2016. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Document non contractuel. Le présent document contient des éléments d’information, des opinions et des données chiffrées qu’Ecofi Investissements considère comme exacts ou fondés au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, financier ou boursier du moment. Il est produit à titre d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation d’investissement personnalisée.

Articles similaires

LE SOUTIEN À L'ÉCONOMIE VIENDRA DES BANQ...

Après une année 2015 marquée par le ralentissement de la Chine, les cours du pétrole ont poursuivi leur chute débutée en juin 2014. Cette...

13/01/2016 - Publié par ECOFI INVESTISSEMENTS

Allocations d'actifs / Analystes et économistes

2015 FUT L'ANNÉE DES CRISES ÉTRANGES.

  2015 fut l’année des crises étranges. Seule une rétrospective peut nous permettre de voir clairement ce que nous avons traversé. Cela fait un...

14/01/2016 - Publié par ACATIS INVESTMENT GMBH

Allocations d'actifs / Analystes et économistes