La baisse de la production pétrolière aux États-Unis aide les indices

Par Karamo Kaba, Directeur des études économiques – 25 avril 2016

25/04/2016 - Publié par ECOFI INVESTISSEMENTS dans Marché Allocations d'actifs

La baisse de la production pétrolière aux États-Unis aide les indices

 

Alors que l’échec des négociations entre les membres de l’OPEP lors de la réunion de Doha faisait craindre une semaine de correction boursière, le vent d’optimisme sur les places financières s’est poursuivi : EuroStoxx, +1,7% ; S&P 500, +0,5%. La prise de risque a notamment été encouragée par les anticipations des investisseurs d’une baisse prochaine du surplus d’offre de pétrole au niveau mondial avec le recul de plus en plus prononcé de la production pétrolière aux États-Unis. Dans le même temps, la publication de statistiques meilleures qu’attendu sur la demande chinoise a aussi aidé au rebond des matières premières.

Si le dollar a cédé du terrain sur la semaine contre quelques devises « matières premières » et contre la livre, aidée par des sondages défavorables au Brexit, son taux de change effectif s’est globalement apprécié, notamment contre euro. Il faut dire qu’en plus des déclarations de plusieurs membres de la Réserve fédérale militant pour une remontée des taux directeurs plus rapidement que ce qu’anticipent les investisseurs, la politique monétaire poursuivie par la Banque centrale européenne (BCE) commence à susciter de plus en plus de réticences en Allemagne. Face à ces réactions épidermiques qu’elle ne saurait ignorer, l’Institution monétaire européenne a cherché à justifier le bien-fondé de ses décisions voire à contre-attaquer. En effet, selon elle, sans son activisme, la croissance de la zone Euro aurait été de 1,6% inférieure aux prévisions sur la période 2015- 2017.

Dans ces conditions, que penser de l’inflexion dans le discours de Mario Draghi sur de nouvelles baisses de taux directeurs de la Banque centrale européenne ?

Nous pensons que l’attitude accommodante de la Banque centrale va perdurer, surtout avec une Banque du Japon qui s’apprête à abonder sa stimulation monétaire. En plus du programme d’achats mensuels de 80 milliards d’euros, les actions de la BCE devraient se limiter davantage aux opérations de refinancement à long terme (TLTRO II) et aux achats d’achats d’obligations de sociétés non bancaires (Corporate sector purchase program – CSPP).

 

Rendez-vous lundi prochain…

 

Source : Ecofi Investissements, au 22 avril 2016

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Document non contractuel. Le présent document contient des éléments d’information, des opinions et des données chiffrées qu’Ecofi Investissements considère comme exacts ou fondés au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, financier ou boursier du moment. Il est produit à titre d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation d’investissement personnalisée. 

 

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
ECOFI ENJEUX FUTURS ECOFI INVESTISSEMENTS Olivier PLAISANT Actions Monde 50.77 M€ -3.27 % -6.96 %

Articles similaires

SISYPHE AU SOMMET !

LA CITATION DE LA SEMAINE « Rien n’est plus désastreux qu’un investissement rationnel dans un monde qui ne l’est pas » - John Maynard Keynes...

30/05/2016 - Publié par ACTIS ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Avis d'experts

ARGENTINE : LES INVESTISSEURS SONT-ILS TRO...

La semaine dernière, l’Argentine a pu se financer auprès des investisseurs internationaux pour la première fois depuis 2001. Il s’agit de la plus...

06/05/2016 - Publié par M&G INVESTMENT MANAGEMENT LTD.

Allocations d'actifs / Avis d'experts