L'orchestration désastreuse du plan de sauvetage de Chypre pourrait laisser des traces

22/03/2013 - Publié par PETERCAM (LUXEMBOURG) SA dans Marché Actions

L'orchestration désastreuse du plan de sauvetage de Chypre pourrait laisser des traces

L'opération de sauvetage de Chypre le week-end dernier, avec la mise à contribution des épargnants, a provoqué une grande incertitude (toujours essentiellement domestique). Même si le gouvernement chypriote a rejeté l'accord à une large majorité, la confusion créée devrait causer des dommages importants à une économie déjà en souffrance. De plus, cet événement malheureux n'est pas sans risques dans le contexte plus large de la crise de la zone euro. Si une nouvelle crise de liquidité apparaît très peu probable compte tenu de la disposition de la BCE à intervenir, le risque majeur est politique.

 

Il était clair depuis longtemps que Chypre aurait besoin un jour d'une aide extérieure pour son secteur bancaire surdimensionné (près de 800 % du PIB) et en difficulté. Ce n'est donc pas le plan de sauvetage en lui-même, mais plutôt la manière dont il a été élaboré qui a valu cette agitation dont tout le monde se serait bien passé. Alors que le plan original était évalué à quelque 17 milliards d'euros, l'aide finale a été ramenée à 10 milliards, la différence devant être comblée en grande partie par une taxe générale sur les dépôts. Initialement, l'idée était de prélever 6,75% sur les 100.000 premiers euros de chaque compte bancaire et 9,9% au-delà. Mais cette piste a été abandonnée après le vote défavorable du parlement chypriote mardi. D'autres mesures (taxe plus élevée sur les montants plus importants en banque, prêt russe, décote sur les obligations (junior), plus grande flexibilité de l'Europe, …) sont aujourd'hui sur la table (la situation au moment d'écrire ces lignes restait floue).

 

Bien que la situation soit devenue critique, le scénario le plus probable est celui d'un nouvel accord politique à l'arrachée et de l'obtention d'une aide extérieure pour Chypre. Mais même cela ne sera finalement qu'une solution temporaire tant une restructuration de la dette publique apparaît inéluctable. Avec le programme de sauvetage et d'austérité de 10 milliards (actuellement rejeté), la dette publique devrait passer à 130% du PIB (90% aujourd'hui), avant de retomber à 100% en 2020. Cela semble trop optimiste. L'économie chypriote traverse en effet déjà une profonde récession depuis l'été 2011, avec une hausse rapide du taux de chômage (de 7,5% mi-2011 à 15% aujourd'hui), et de nouveaux troubles économiques peuvent manifestement encore être attendus. Avec la fermeture du système bancaire chypriote pendant plus d'une semaine, la confiance des citoyens de l'île devrait plonger quelle que soit l'issue finale des discussions. Une montée de la contestation et, in fine, une chute du gouvernement chypriote semblent probables.

 

Hormis la détérioration de l'environnement économique à Chypre, il est important de considérer les risques pour la zone euro dans son ensemble. Même si une ruée bancaire (bank run) dans d'autres pays périphériques ne peut être exclue, une crise de liquidité à l'échelle de la zone euro apparaît peu probable au vu de la disposition de la BCE à assurer un apport presque illimité de liquidités. D'un autre côté, le fait que les responsables politiques étaient prêts à prendre un risque sur une somme d'argent relativement faible est clairement inquiétant et soulève des questions quant à ce qui se passera lorsque les problèmes économiques referont surface au Portugal, en Espagne et en Italie.

 

 

Last but not least, le cas chypriote illustre une fois encore la grande division idéologique entre les différents leaders politiques européens quant à l'organisation de l'avenir de la zone euro, sans entendre ses citoyens. De quoi miner encore un peu plus le soutien déjà déclinant de ces derniers pour l'appartenance à la zone euro… Vous avez dit inquiétant ?

Petercam

 

Articles similaires

AXA IM : GIDEON SMITH EXPLIQUE POURQUOI LE...

Gideon Smith, responsable de l'investissement en Europe d'AXA Rosenberg, explique pourquoi le marché est favorable aux stratégies de sélection des...

10/10/2014 - Publié par AXA INVESTMENT MANAGERS

Actions / Commentaires de marché

AXA INVESTMENT MANAGERS DÉVELOPPE SON ÉQ...

AXA Investment Managers (AXA IM) annonce aujourd'hui la nomination d'Honyu Fung, en qualité de gérant de portefeuille sénior, et de Jason Pang, au...

12/09/2014 - Publié par AXA INVESTMENT MANAGERS

Actions / Commentaires de marché