L'INTERPROFESSIONNALITE EST UN ATOUT MAJEUR : FININDEP, 20 ANS APRES

Entretien avec son Fondateur Philippe OUASON

13/09/2013 - Publié par OPCVM360 dans Marché Actions

L'INTERPROFESSIONNALITE EST UN ATOUT MAJEUR  : FININDEP, 20 ANS APRES

Philippe Ouanson, vous êtes parmi les 3 premiers cabinets de CGPI a avoir créé un regroupent il y a Aujourd’hui  20 ans, où en êtes-vous ?

 Ph-O En effet nous avons fondé en 1993 avec  quatre conseillers en gestion de patrimoine de la région ouest parisienne, le groupement de cabinets  Finindep, alliance des termes finance et indépendance.

Aujourd’hui FININDEP compte 17 cabinets adhérents et 40 personnes  réparties :

 - 1/2 à Paris et en région parisienne
 - 1/2 en province

Nous gérons environ 700 millions d’encours et nous sommes organisés en commissions de travail, regroupant les Cabinets selon leurs domaines de compétences et/ou leurs sujets de prédilection.

Le but de cette organisation est de structurer la mise en commun des expertises et de gagner en temps et en efficacité et cela fonctionne plutôt bien.

 

Devant la monté des contraintes administratives et réglementaires comment faites vous ?

Ph-O Pour exercer pleinement le travail de suivi des clients sur l'ensemble de leurs problématiques patrimoniales  sans aide, organisation et budget : c’est mission impossible ! Actuellement nous sommes confrontés à une réglementation pesante de plus en plus couteuse en termes de temps et d’énergie. A cela s’ajoute une formation pointue et continue  et l’investissement dans des logiciels d’agrégation rapide efficaces  ajustés à  la réglementation en cours. Ce qui renforce mon choix de regroupement.

Nous  devons quotidiennement nous tenir informé, nous entretenir avec des gérants, nous rendre à des présentations de fonds,  nous former sur le plan juridique, fiscal, financier, immobilier etc., échanger lors de séminaires et conventions professionnelles…  tout cela a un coût. Du reste j’espère que nous y reviendrons.

A titre d’exemple  pour la dernière quinzaine de septembre  j’assisterais  aux 2 jours de la Convention Actualis à Paris, 2 jours aux Journées du courtage, 2 jours à la Convention à Lyon Patrimonia, 2 jours de séminaires de formation dans le sud et 2 jours a l’UCPI, pendant ce temps comme vous vous en doutez, je ne suis pas dans mon cabinet et ne peut suivre mes dossiers… c’est pourquoi je prône le regroupement,

Puisque vous aborder le cout, je suppose que vous puisez dans vos commissions pour couvrir vos frais de déplacements, achats de logiciels etc….

Ph-O Justement  vous n’êtes pas sans savoir, que si le  projet de révision de la directive MIF II qui pourrait supprimer les commissions sur encours versées par nos fournisseurs, que si cette reforme aboutit c’est plus de la moitié des cabinets qui risquent de mètrent la clé sous la porte ou se rapprocher des structures ne pouvant faire face aux frais engagé pour leur indépendance car c’est bien de cela qu’il s’agit. 

Oui, mais les commissions rétrocédés seront remplacés par des  notes d’honoraires ce qui revient au même ?

Ph-O Mais Pas du tout, ce système de remplacement sera difficile à appliquer, pour exemple en  périodes de marchés incertains voire baissiers que nous traversons, pensez-vous qu’il soit aisé de présenter une note d’honoraires rehaussée de 20,6 de TVA à notre client !

 il ne faut pas croire que nos clients sont tous cadres dirigeants ou retraités fortunés jouissants de revenus conséquents. Notre mission consiste souvent à défendre et protéger les revenus et les économies des petits épargnants.

Quelles  solutions alors proposez-vous ?

Ph-O Tout d’abord je  trouvetout à fait normal de devoir justifier du coût et des actes que je préconise, mais je constate que tous les acteurs ne sont pas soumis au même traitement en la matière (banques et compagnies d'assurances…).

De plus nos marges à l'entrée sont devenues ridicules, notamment sur les produits d’assurances.

Je pense  qu’il serait faire preuve de sagesse de maintenir les rétrocessions versées par nos fournisseurs en les soumettant  peut être à un barème identique par type d’opération ou de support afin que tout  produit proposé à nos clients soit sur un pied d’égalité et surtout  nous permette de garder notre indépendance et  conserver notre intégrité

 Vous le savez le client se montre plus curieux sur les choix des produits et des fournisseurs en période de crise. Nous devons pouvoir expliquer nos choix et répondre aux attentes de nos clients : diversifier leur patrimoine sans prendre trop de risques en les conseillant et en l’accompagnant.

 D’où la nécessité de la qualité et de l’impartialité du conseil.

Propos recueillis par Chris Rhand.

 

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

KBL RICHELIEU FRANCE RÉCOMPENSÉ PAR LES ...

Le fonds KBL Richelieu France a été distingué par BFM Business, lors de la remise des Grands Prix BFM Business de la Bourse qui s’est déroulée...

18/02/2016 - Publié par KBL RICHELIEU GESTION

Actions / Analystes et économistes

FINANCIÈRE DE L'ECHIQUIER RENFORCE SON É...

Financière de l’Echiquier annonce deux recrutements et trois promotions internes au sein de son équipe commerciale. Trois grands axes de...

17/09/2014 - Publié par FINANCIÈRE DE L'ECHIQUIER

Actions / Info acteurs, outils et solutions pro