L’Europe s'enfonce sans cesse plus profondément

31/08/2012 - Publié par PETERCAM (LUXEMBOURG) SA dans Marché Allocations d'actifs

L’Europe s'enfonce sans cesse plus profondément

Ces dernières semaines, les marchés financiers paraissaient plutôt favorablement disposés à l’égard de la situation de l’euro. Certaines déclarations, principalement émanant de la BCE, laissaient même planer un certain optimisme. Hélas, dans l’économie réelle, on ne trouvait que très peu d’éléments tangibles susceptibles de le corroborer. Au contraire, force est de constater que l’économie européenne s’affaisse encore davantage. Qui plus est, les difficultés semblent faire tache d’huile. Le malaise qui l’année passée touchait principalement les pays de la périphérie s’est entretemps déplacé et a atteint le cœur même de la zone euro.

 

Dans des pays comme la Grèce, le Portugal et l’Italie, le niveau de confiance des entrepreneurs se situe depuis longtemps bien en dessous du point de congélation. Désormais, ces derniers mois,  ce sont leurs homologues dans les pays-cœurs — et même en Allemagne —  qui broient du noir.

 

En réalité, c’est toute la zone euro qui se trouve à nouveau plongée dans la récession et la situation économique évolue — provisoirement du moins — dans une phase de nouvelle détérioration. La priorité continue mise sur l’assainissement budgétaire des Etats,  l’anémie de la demande dans les pays de la périphérie et surtout la rupture généralisée de confiance sapent l’économie.

 

Dans pareil climat, les chefs d’entreprises et les ménages sont peu enclins à prendre des risques via de nouveaux projets d’investissement ou de grandes dépenses. Cette position attentiste enfonce l’économie plus profondément encore dans la récession, avec des conséquences néfastes sur le marché du travail (le chômage a crû à son plus haut niveau depuis ces 30 dernières années et continue à grimper) et pour les finances publiques. Ce faisant, la plupart des Etats membres devront mettre en place des plans supplémentaires d’économie pour tenir leurs objectifs budgétaires. On le voit, la zone euro est entrée dans un cercle vicieux. Un cercle que les décisionnaires vont devoir briser.

 

A cause d’un focus (exagéré) sur la discipline budgétaire, la politique budgétaire se trouve en quelque sorte hors-jeu. Les responsables politiques européens continuent à bricoler pour élaborer une vraie solution à la crise de l’euro. Dans le meilleur des cas, cette solution se fera attendre encore le temps qu’il faudra. Dans le pire des cas, les calendriers politiques et les priorités locales empêcheront qu’une pareille vraie solution puisse être effective.

 

Les prévisions à court terme pour la zone euro se trouvent donc aussi principalement dans les mains de la BCE. Celle-ci reste, au sein de la zone euro, la seule instance qui puisse dans un laps de temps raisonnable réagir face à la rapide détérioration de la situation économique. L’effectivité de la politique monétaire est cependant lourdement corrodée. Les efforts gigantesques de la BCE pour soutenir le secteur financier et rétablir le mécanisme de crédit ont pour le moment produit peu de résultats. Ces derniers mois, l’octroi de crédit est même complètement paralysé. La BCE paraît entretemps (à juste titre) d’avantage concentrée sur la crise de l’euro que sur la croissance économique. Pour faire en sorte que l’euro-économie puisse renaître, l’incertitude sclérosante liée à la crise doit être dissipée. Sur ce plan-là, la Banque centrale annonce assurément qu’elle prendra la semaine prochaine (le 6 septembre) de nouvelles initiatives. La plus probable : l’autorisation de la possibilité du rachat de la dette de pays qui officiellement ont frappé à la porte de l’argentier européen.

 

Ce serait, à nouveau, une mesure qui achètera un répit supplémentaire à l’euro mais sans apporter une vraie réponse structurelle à sa crise. En outre, cette mesure ne serait, à l’évidence, pas suffisante pour améliorer durablement les perspectives économiques. A se demander quel autre lapin la BCE pourra bien encore sortir de son chapeau

Articles similaires

FACTEURS D'INFLUENCE DU MARCHÉ ET OPPORTU...

    L’augmentation des taux par la Fed, la période de transition de la Chine, les élections présidentielles aux États-Unis, la reprise du marché...

18/12/2015 - Publié par NATIXIS GLOBAL ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Analystes et économistes

LES MARCHÉS DANS L'ATTENTE DE LA BCE JEUDI

Les marchés européens sont passés en mode BCE, anticipant une action ambitieuse de la Banque centrale européenne. L’EuroStoxx 50 a ainsi...

30/11/2015 - Publié par ECOFI INVESTISSEMENTS

Allocations d'actifs / Analystes et économistes