L’EUROPE A BESOIN D’UN PACTE DE CROISSANCE

23/03/2012 - Publié par PETERCAM MANAGEMENT SERVICES dans Marché Allocations d'actifs

L’EUROPE A BESOIN D’UN PACTE DE CROISSANCE

Trois ans après la sortie de l'économie mondiale de la « Grande Récession », la zone euro reste confrontée à d'importants problèmes. Les récentes injections de liquidités de la Banque centrale européenne ont beau avoir apporté de l’oxygène aux marchés financiers, elles ne sont assurément pas suffisantes pour éclaircir totalement le ciel économique à court terme. Le même raisonnement peut du reste être tenu pour le récent accord sur le réaménagement de la dette grecque.

 

Le fait que l'activité économique dans la zone euro affiche toujours un niveau inférieur à celui qui était le sien voici quatre ans témoigne une fois encore de la gravité de la crise de 2008-2009. Mais les disparités au sein même de la zone euro sont aussi très grandes. L'économie grecque s'est ainsi déjà contractée de plus de 15% et ne montre toujours pas le moindre signe de renaissance. L'économie irlandaise toussote à nouveau et affiche un niveau inférieur de plus de 12% par rapport à avant la crise. Au Portugal, en Espagne et en Italie, l'économie accuse toujours un retard de 4 à 5%. L'Allemagne et la Belgique, à l'inverse, affichent les meilleures performances dans ce domaine, mais leur progression par rapport à avant la crise n’est que de 0,5%. Une situation comparable à celle des Etats-Unis, si ce n'est que les indicateurs de confiance avancés outre-Atlantique laissent une impression toujours plus positive suggérant que les États-Unis pourraient poursuivre leur progression au cours des prochains trimestres ; ce qui est loin d’être le cas dans la zone euro. La confiance des entreprises et des ménages y correspond toujours à des niveaux synonymes de récession et aucun changement n’est en vue à court terme, les derniers indicateurs de confiance ayant encore reculé en mars. La confiance industrielle a ainsi fortement reculé en Allemagne et en France et les entreprises davantage tournées vers les services se sont aussi à nouveau montrées plus pessimistes. Un signe que la demande privée laisse clairement à désirer partout en Europe.

 

La logique macroéconomique veut qu'en l'absence d'une demande suffisante des ménages et des entreprises, les pouvoirs publics mènent une politique budgétaire expansive pour combler (partiellement) ce déficit de demande et ainsi relancer le moteur économique. Or, les objectifs et contrôles budgétaires (trop) ambitieux que l'Europe impose aujourd'hui vont totalement à l'encontre de cette logique. En conséquence, la croissance économique restera inférieure aux attentes au cours des prochains trimestres, les objectifs budgétaires ne seront pas atteints, de nouvelles économies s'imposeront et la confiance sera encore un peu plus minée. Les États-Unis ont en réalité peut-être choisi la bonne solution en repoussant provisoirement la question budgétaire au second plan. Les économies publiques plus qu'indispensables (à terme) devraient en effet être (relativement) plus faciles à réaliser une fois que la reprise sera suffisamment durable.

 

Ce qui précède indique que la zone euro a plus que jamais besoin d'un pacte de croissance (sous la forme de dépenses publiques productives) pour relancer la croissance économique. Mais cela demande aussi une approche coordonnée au niveau européen et aucune avancée dans ce domaine n'est visible à ce stade. L'argument de l'absence de marge de manœuvre budgétaire peut quoi qu’il en soit être facilement rejeté. La situation budgétaire de la zone euro, avec un taux d'endettement commun de 88% et un déficit budgétaire équivalant à 4,2% du PIB, supporte en effet sans peine la comparaison avec les Etats-Unis (respectivement 100 et 10% du PIB)


Source : site Petercam  

Articles similaires

RESTÉE COLLÉE AUX ÉVOLUTIONS DU COURS D...

LA CITATION DE LA SEMAINE « L’esprit est tout le contraire de l’argent : moins on en a, plus on est satisfait » par Voltaire (1694-1778),...

08/02/2016 - Publié par ACTIS ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Analystes et économistes

LES VARIATIONS SEULES DU COURS DE L'OR NOI...

LA CITATION DE LA SEMAINE « L’instabilité de l’économie n’a d’égale que l’instabilité des économistes » - John Williams (1932), compositeur et...

29/03/2016 - Publié par ACTIS ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Analystes et économistes