L'austérité aveugle tue l'euro

12/10/2012 - Publié par PETERCAM (LUXEMBOURG) SA dans Marché Actions

L'austérité aveugle tue l'euro

Lors de l’éclatement de la crise de l'euro voici deux ans et demi environ, l'analyse « populaire » du problème fut vite faite : les marchés sanctionnaient les gouvernements qui s’étaient trop endettés. En vertu de cette analyse, le remède à la crise était donc tout trouvé : les gouvernements sous pression devaient transformer leurs déficits en surplus et rembourser leurs dettes. Même si cette austérité budgétaire pouvait faire mal, les signes d'amélioration des finances publiques doperaient rapidement la confiance générale ; ce qui favoriserait à son tour la reprise économique. Bon nombre d'économistes et de responsables politiques se rallièrent à cette analyse et au final, la quasi-totalité de l'Europe se lança dans de vastes programmes de resserrement budgétaire. Seulement voilà, cette analyse était totalement incorrecte ! Dans son dernier rapport, le FMI, un des grands partisans de la première heure de cette analyse, apporte ainsi la preuve que ce genre de remède ne peut pas fonctionner. Il montre en effet que l'impact d'un resserrement budgétaire sur l'activité économique est bien plus important qu'il ne le pensait jusqu'à présent. Le multiplicateur budgétaire est probablement bien supérieur à 1%, ce qui signifie concrètement qu'un effort budgétaire équivalant à 1% du PIB réduit l'activité économique de plus de 1%.

 

L'effet de confiance positif que certains espéraient (ce que Paul Krugman appelle la « fée confiance ») ne se matérialise donc pas car l'austérité ne peut en réalité fonctionner qu'à condition d'être suffisamment compensée par la politique monétaire ou la croissance économique dans les pays voisins. Sans cela, l'austérité budgétaire ne fait qu’accentuer la récession, pour une amélioration limitée seulement des finances publiques en contrepartie.

 

Ce constat est illustré clairement dans la zone euro et plus particulièrement en Grèce, un pays qui fait l’objet d’un vaste processus de resserrement budgétaire depuis quelques années. Ceci a certes contribué, dans une certaine mesure, à une amélioration des finances publiques, mais a aussi et surtout provoqué un déclin spectaculaire de l'activité économique ! D'une manière générale, l'activité économique grecque a ainsi chuté de plus de 17% depuis le début de la crise en 2008. Quant au taux de chômage, il culmine aujourd'hui à près de 25% contre 7,3% mi-2008. Pourtant, le message d'Angela Merkel lors de sa visite à Athènes cette semaine a été on ne peut plus basique : "Poursuivez l'effort budgétaire ou mieux, accentuez-le encore"…

 

Au vu de son programme actuel, la Grèce va encore au-devant de plusieurs années de resserrement budgétaire sans la moindre compensation significative en vue, ce qui ne fera qu'enfoncer tant et plus son économie dans la dépression. Or, il y a aussi des limites à ce qu'une population est prête à endurer sur le plan économique et une sortie de l'euro pourrait donc parfaitement devenir, à un certain stade, une alternative séduisante. Une dynamique similaire est du reste en marche, dans une moindre mesure certes, au Portugal, en Espagne et en Italie.

 

Des efforts budgétaires sévères dans un contexte de faible activité économique n'amélioreront pas significativement l'état des finances publiques et ne feront au contraire qu'enfoncer l'économie dans la récession. Malgré les preuves de plus en plus nombreuses du bien-fondé de cette analyse, la réponse du cœur de l'Europe à la crise de l'euro passe en l’état par un resserrement budgétaire, d’où une intensification sans surprise de la récession. Tant que la zone euro ne reverra pas son approche pour tenter de restaurer la croissance économique, la crise de l'euro devrait continuer à couver. Et ce ne sont pas les possibles achats d'obligations par la BCE qui modifieront substantiellement cette dynamique.

Articles similaires

CRISE DES MARCHÉS FINANCIERS : L’ÉCUME...

Comme toujours, l’analyse de forts mouvements de marchés doit tenter de faire le départ entre « l’écume, la vague et la lame de fond ».1/ «...

17/10/2014 - Publié par GROUPAMA ASSET MANAGEMENT

Actions / Commentaires de marché

PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES INQUIÉTANTES PO...

Tout auréolés de leur Prix Nobel de la Paix, les dirigeants européens sont à nouveau réunis depuis ce jeudi pour un sommet qui devrait plus que...

19/10/2012 - Publié par PETERCAM S.A.

Actions / Commentaires de marché