L’apaisement des crises politiques devrait faire du bien aux marchés

Le billet mensuel du docteur Leber, fondateur d’ACATIS, société de gestion indépendante allemande

23/01/2015 - Publié par ACATIS INVESTMENT GMBH dans Marché Actions

L’apaisement des crises politiques devrait faire du bien aux marchés

Le monde restera toujours surprenant. Les questions en suspens que nous connaissons bien   peuvent évoluer dans une direction positive ou négative. Les facteurs économiques de base sont favorables à une évolution régulièrement positive : prix des matières premières, faibles coûts des transports, syndicats peu vindicatifs, évolutions des développements technologiques et enfin absence de surchauffe des actions. Un étudiant en économie qui n’entendrait que cette description plaiderait pour des actions en hausse. Cette évolution positive est notre scénario de base.

 

A cela se superposent des crises : Ebola, la Russie, l'EI, l’Iran. Ces crises sont actuellement en train de s’apaiser. De nombreux signaux feutrés indiquent une stabilisation de la Russie. L’EI s’affaiblit de plus en plus et l’Iran devient plus modéré et prend la voie de l’économie de marché. Le virus Ebola ne se propage plus. L’apaisement des crises politiques devrait faire du bien aux marchés.

 

Les tendances économiques à grande échelle sont en revanche dangereuses. En surface, on les voit à peine, mais elles ont un fort ressac. Ce sont essentiellement les distorsions provoquées par la politique d'endettement et de création de monnaie menée par les gouvernements. L’histoire de l'humanité n'avait encore jamais connu de telles interventions, amples et coordonnées, sur les taux d’intérêt. Les interventions ont toutefois toujours provoqué des distorsions et donc des dommages. « There is no such thing as a free lunch » (Il n'y a pas de repas gratuit) dit l'École de Chicago. Tout d'abord, les taux d'intérêt bas, voire négatifs, appauvrissent tous les épargnants. Les compagnies d’assurance et de prévoyance sont économiquement parlant à terre, les fondations ne peuvent plus remplir leur mission et les particuliers sont privés des intérêts de leurs retraites.

 

En arrière-plan, de grosses opérations de portage (carry trades) se produisent : l’argent peu cher coule là où les revenus sont prometteurs. En dehors de l'Europe, en direction des Etats-Unis. En dehors des Etats-Unis, en direction des pays en développement et de la Chine. En dehors des obligations d’État, en direction de l’immobilier, des obligations d’entreprise, du capital investissement, des rachats d’actions, des reprises de sociétés. L'argent stupide succède à l'argent intelligent. Dès que des perturbations apparaissent, l’argent reflue et entraîne des ravages sur son passage. Actuellement, il est difficile de voir où seront ces dégâts : les sociétés d’exploration pétrolière aux États-Unis, le capital-investissement, les entreprises chinoises ou le déficit commercial japonais sont probablement des foyers de crise.

 

De tels moments de panique profiteront plutôt au dollar américain, qui est la devise de refuge de tous les anxieux du monde. Difficile de savoir si cela se produira plus tôt ou plus tard. Une chose est sûre, cela se produira.

 

Jusqu’à preuve du contraire, nous misons sur la réalisation du scénario positif de base et estimons que les plus importantes distorsions n'apparaîtront que les années suivantes.

 

Articles similaires

LA CONSOLIDATION EST-ELLE TERMINÉE ?

Depuis quelques semaines, nous connaissons assez bien les déterminants de l’évolution des marchés financiers. Les agissements et déclarations des...

18/05/2015 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Actions / Commentaires de marché

APRÈS DES NÉGOCIATIONS DIFFICILES, UN AC...

Après des négociations difficiles, un accord concernant la Grèce a été trouvé. En écartant l’hypothèse du GREXIT (sortie de la zone euro), les...

13/08/2015 - Publié par FEDERAL FINANCE GESTION

Actions / Commentaires de marché