KBL RICHELIEU : Résistez !

Par : Nathalie PELRAS & Pascal BERNACHON

11/01/2016 - Publié par OPCVM360 dans Marché Actions

KBL RICHELIEU : Résistez !

Le début d’année sur les marchés actions arrive dans la foulée de la consolidation amorcée en août 2015 et s’appuie sur des causes, pour certaines, semblables.

Chine : Les indicateurs publiés récemment réveillent les craintes du « hard landing » déjà actives en aout 2014 lorsque les autorités ont décidé de dévaluer leur devise face à un dollar qui, en se renchérissant, entraînait la devise chinoise sur une appréciation trop importante.

Cependant, ceci ne remet pas en cause, selon nous, la volonté de la Chine d’atteindre une croissance de la demande domestique dans la répartition de son PIB.

Cette baisse de la devise, pour autant, implique des pressions sur ses voisins asiatiques et des problématiques de crédit pour les entreprises des pays dont la dette est libellée en dollars. Mais la baisse du Yuan augmente aussi la probabilité que la Chine, par la baisse de ses prix, augmente la présence de forces déflationnistes exportées vers les pays occidentaux.

De plus, les autorités en réinstaurant la possibilité de céder des titres sur le marché pour les actionnaires détenant plus de 5% du capital des sociétés ont provoqué une raison supplémentaire à la vente de titres par les particuliers et provoqué de fortes baisses des indices actions.

Pétrole : La guerre des prix se poursuit avec en tête l’Arabie Saoudite qui tient à conserver ses parts de marché et ne compte donc pas, pour le moment, réduire sa production d’autant plus que les relations sont tendues avec son rival historique : l’Iran.

Si nous ne croyons pas à un conflit direct entre ses deux rivaux, au moment où l’Iran veut se racheter une « virginité », cela crée néanmoins un risque géopolitique dans la zone.

De plus, les conditions hivernales étant très douces, les stocks US restent sur des niveaux élevés. Les cours du WTI ont donc fortement baissé depuis décembre avec une accélération récente.

Au regard de la baisse des investissements consentis depuis plus de 12 mois par les Majors pétrolières et les fermetures de puits aux U.S.A, nous devrions assister à un rebond au cours de l’année.

An 1 d’une lecture difficile des actions des banques centrales : Alors que ces dernières années, les investisseurs ont trouvé en permanence les banques centrales comme soutien des marchés d’actifs par leurs actions non conventionnelles, est désormais venu le temps des interrogations quant à leur politique future.

La FED doit remonter ses taux mais si les marchés anticipent 4 hausses de 25 centimes en 2016, l’absence de rebond d’inflation et la conjoncture internationale pourraient freiner ses ardeurs. Il en découle un manque de lisibilité de son action future…et un risque de perte de crédibilité. La B.C.E avait déçu mi-décembre en ne sortant pas des mesures complémentaires fortes sur son Quantitative Easing. Tout en sachant que M. Draghi dispose de marges de manoeuvre, c’est bien l’évolution de l’inflation qui dictera ou non une augmentation notable de son programme d’achats. Il y a eu, pour les investisseurs, une perte de crédibilité de la B.C.E lors de sa réunion de décembre. Mais la B.C.E a encore les moyens d’agir.

Liquidités : La FED, par son action, réduit la liquidité disponible. L’effet liquidité de la B.C.E est, certes, probant sur les marchés de taux en réduisant les spreads (écarts de taux) des périphériques contre l’emprunt d’Etat à 10 ans allemand (le Bund) et en maintenant les taux sur des niveaux bas. Mais l’action de la B.C.E n’a aucun effet direct sur les actions.

L’accélération des baisses sur les matières premières provoque des appels de marge pour certains Hedge Funds qui n’ont pas d’autre alternative que de sortir des actions avec l’habituel effet accélérateur des ordres automatisés qui se déclenchent sur les seuls points techniques. Cette baisse des actions ne se fait pas avec des volumes conséquents.

Que faire ?

Si nous avions évoqué deux seules certitudes en début d’année, soit la persistance de la volatilité et des convictions sur la qualité de certaines entreprises, force est de constater l’amplitude des mouvements qui ramène certains cours d’entreprises à de très beaux cours d’achats.

L’année boursière s’ouvre à nous, il nous apparaît nécessaire de retrouver un peu d’accalmie et plus de visibilité sur les différentes variables énoncées plus haut.

En ligne avec nos prévisions de marché, nous continuons de privilégier les actions Européennes (politique monétaire BCE, Croissance attendue des bénéfices des entreprises d’autant plus avec un niveau de valorisation redevenu attractif suite au recul des cours.

www.kblrichelieu.com

 OPCVM360

 

 

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

PAYX EMERGENTS : INFLATION ?

Les pays émergents n’ont pas à faire face à la problématique du retrait des stimuli budgétaire et monétaire. Au contraire, il semble que la fin de QE2 aux...

07/06/2011 - Publié par CARMIGNAC GESTION

Actions / Commentaires de marché

NOTE D'AVRIL MAI DE 360AM

Après un mois de mars particulièrement volatil, les investisseurs ont semblé retrouver leur calme au cours du mois dernier, calme peut-être lié à la chaleur...

09/06/2011 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Actions / Commentaires de marché