Hixance Patrimoine : Une Alternative aux "Fonds Euros".

Entretien avec Philippe DOUILLET, Directeur Adjoint de la gestion 360Hxance Asset Managers

22/09/2015 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS dans Marché Actions

Hixance Patrimoine : Une Alternative aux

L’après 2008 a provoqué un engouement pour les Fonds Patrimoniaux : Carmignac, M&G, l’Echiquier, DNCA… Qu’est-ce qui vous différencie des autres ? Je suis un investisseur, pourquoi choisir Hixance Patrimoine ?

La stratégie de 360 Hixance est d’offrir effectivement une gamme de produits suffisamment large pour répondre aux attentes de la clientèle avec une priorité, celle de protéger le capital des clients. Les fonds patrimoniaux ont en effet connu une augmentation de leur collecte car ils représentent généralement une alternative aux « fonds euros », dont on sait que le rendement est décroissant depuis quelques années.


Notre produit phare reste Hixance Patrimoine, fonds lancé en septembre 2008, dont la performance annuelle est de +4,51% depuis le lancement (à la date du 27/08/2015). C’est un fonds patrimonial à dominante obligataire, mais qui peut être investi jusqu’à 30% en actions. Nous avons pour objectif de délivrer une performance régulière tout en conservant une forte maîtrise de sa volatilité puisque celle-ci se situe depuis la création du fonds à 3%. Cette faible volatilité est certainement ce qui nous différencie des autres fonds patrimoniaux.


Vous êtes plutôt un gérant « obligations », quel est le pourcentage d’actions/obligations de votre fonds ?

Le fonds est composé au minimum de 70% d’obligations et de 30% au maximum d’actions. Historiquement, l’investissement actions est resté cantonné entre 10 et 20%. Il est donc important d’avoir une longue expérience du marché obligataire surtout à un moment où la volatilité de cette classe d’actifs augmente fortement. Nous devons évaluer en permanence les risques liés aux signatures sur lesquelles nous sommes investis, d’où un travail approfondi d’analyse qui s’appuie aussi sur le travail d’analystes externes.  La gestion de la poche actions s’appuie sur l’expertise de notre équipe actions à la fois en stock picking et en gestion flexible (pour piloter tactiquement notre exposition globale). Dans la mesure où les rendements obligataires sont aujourd’hui historiquement très faibles sur les signatures « investment grade » et de plus en plus volatils sur les signatures High Yield, nous allons de plus en plus utiliser notre capacité d’investissement dans la poche actions dont les bornes peuvent varier de -10% à +30% en combinant un bon stock-picking, une flexibilité de l’exposition et une bonne maitrise de la volatilité.


Quelle est votre vision conjoncturelle et sur quoi appuyez-vous vos recherches ? sell side… ?

Notre vision pour la fin de l’année est une vision de marchés qui vont rester très volatils que ce soit en actions ou en obligations. Un certain nombre d’incertitudes devront être levées avant de retrouver des perspectives plus sereines : sortie du QE par la FED, ralentissement économique en Chine, évolution de la croissance mondiale. Cette volatilité apporte et apportera de nouvelles opportunités. Dans le secteur obligataire, l’élargissement des spreads sur de nombreuses signatures crée un regain d’intérêt sur certains segments du marché où les rendements ne rémunéraient plus le risque. Dans nos recherches d’opportunités d’investissements, nous nous appuyons à la fois sur nos outils internes et sur les analyses externes, essentiellement sell-side. La hausse de la volatilité sur le marché du crédit nous conduit aussi à augmenter la diversification de nos investissments.
Sur la partie actions, la sévère correction du mois d’août a apporté beaucoup de volatilité mais apporte aussi de belles opportunités et nous restons plutôt optimistes pour la fin de l’année et nous pensons qu’avec la flexibilité que nous mettons en place, nous devrions être capable de capitaliser sur ce moteur de performance.


Un fonds patrimonial dit « flexible » est-il a privilégié dans la période de volatilité actuelle ?

C’est bien le sens de notre démarche sachant que ce n’est pas non plus une solution sans risques. Les marchés sont très difficiles en ce moment, les décalages très violents n’obéissent pas forcément à des logiques fondamentales. Dans ces conditions, les mouvements sont parfois durs à anticiper.  La flexibilité doit surtout être là pour minimiser les risques et protéger l’investisseur contre une trop forte baisse des marchés. Nous sommes convaincus de la pertinence de cette démarche dans un environnement de plus en plus volatil.


Propos recueillis par Chris Rhand- OPCVM360.com

 

Articles similaires

DNCA EUROSE : QUE PEUT ON ENCORE ESPÉRER?

Les encours du fonds ont beaucoup augmenté ces deux dernières années. Cette croissance a-t-elle changé votre style de gestion et votre approche...

22/01/2015 - Publié par DNCA FINANCE

Actions / Interviews

SI ON PARLAIT OPCI AVEC VENDÔME CAPITAL P...

 Les OPCI, Organismes de Placement Collectif en Immobilier ont été créés en 2007  pour se substituer aux SCPI, grossièrement je pourrais dire que...

30/10/2015 - Publié par OPCVM360

Actions / Interviews