La plus importante crise financière russe

Hebdo Crédit Octo AM du 22 décembre 2014

22/12/2014 - Publié par OCTO ASSET MANAGEMENT dans Marché Autre

La plus importante crise financière russe

Dernier hebdo 2014 avant la traditionnelle « trêve » des confiseurs et un repos bien mérité des portefeuilles financiers après plusieurs mois de va et vient au rythme des conflits, des annonces de banques centrales et de statistiques économiques très incertaines…

 

Fort heureusement pour beaucoup de gérants qui, la semaine passée, voyaient fondre toute leur performance de l’année en quelques jours, cette dernière semaine aura offert, un dernier petit rallye de fin d’année accéléré, le CAC revenant sinon sur ses plus hauts 2014, au moins sur un niveau positif, avec une performance de +1.8% (dividendes inclus).

 

La semaine avait pourtant mal commencé… Aucun signe d’apaisement de la crise russe, une rouble qui malgré les mesures drastiques de la banque centrale, continuait de dévisser, entraînant l’ensemble des marchés financiers mondiaux dans une crise de confiance majeure ; mardi le Cac affichait une performance 2014 de -3.9%...

 

Si aucun évènement, annonce, entente officielle n’est intervenu pour que la situation s’apaise, on peut imaginer trois scenarios possibles qui auraient permis d’enrayer la plus importante crise financière russe depuis leur défaut en 1998, la combinaison des trois étant envisageable :

Une intervention massive de la Banque Centrale russe sur le marché des changes dès le lendemain de sa hausse de taux à 17%

Un appel à l’aide de Poutine aux oligarques russes et surtout à leurs capitaux disséminés dans le monde : nous noterons ici l’exemple de Alicher Ousmanov, qui a décidé jeudi de rapatrier ses quelques 14 milliards de dollars en Russie. Ce sont environ 100 milliards de dollars qui sont ainsi  sortis de Russie depuis le début de l’année, mis à l’abri dans des paradis fiscaux, tels que Chypre, malgré l’épisode malheureux de 2013…

Une aide de la Chine, dont les relations diplomatiques et économiques sont très étroites, notamment dans le secteur de l’énergie : l’activation mardi d’un swap de 24 milliards de dollars entre les banques centrales russe et chinoise en est une illustration, et il est probable que la Chine utilise une partie de ses colossales réserves de change pour aider la Russie.

 

Autre évènement important de la semaine sur les marchés financiers occidentaux : le remplacement d’un mot dans une phrase et le déplacement d’un autre… Evidemment cela peut faire sourire, mais pourtant… la FED joue sur les mots et les investisseurs, en mal de données économiques claires et encourageantes, se raccrochent à ce qu’ils peuvent… La fameuse « période considérable » a donc été remplacée par la « patience », alimentant les spéculations : la majorité affirme que la FED entamera sa hausse des taux au printemps, d’autres pensent au contraire que ce changement de langage pourrait permettre de patienter un peu plus longtemps, pourquoi pas en 2016…

 

Sur le crédit nous noterons lundi l’abandon de Technip pour racheter CGG : après une offre ferme refusée, un actionnaire de référence (la BPI) qui ne semblait pas en faveur du démantèlement proposé, quelques semaines de réflexion et une poursuite de la chute du prix du pétrole, Technip a préféré se retirer ; les obligations CGG ont immédiatement refait le chemin inverse de quelques jours auparavant, perdant immédiatement entre 15 et 25 points, les émissions en dollars étant plus impactées. Nous noterons cependant trois points en faveur de l’entreprise d’exploration :

1/ si l’endettement est important, le profil opérationnel de CGG est bon et son échéancier de dette lui laisse plusieurs années

2/ si CGG a refusé l’offre de Technip car le management n’est pour le moment pas dans l’urgence, il est positif d’avoir une solution de repli dans cette alliance et il est étonnant que les obligations aient été plus décotées après l’abandon de l’offre (qui n’est d’ailleurs pas forcément définitif, comme l’a précisé le management de Technip) que lorsqu’aucun intérêt extérieur ne s’était manifesté pour l’entreprise.

 

Toute l’équipe d’Octo AM vous souhaite de belles fêtes de fin d’année !        

 

Matthieu Bailly

Octo Asset Management

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

LA CORRECTION AU SEIN DU SECTEUR BANCAIRE ...

La solidité et la résistance des banques à l’échelle mondiale ont été remises en question ces dernières semaines. Alors que les actions et les...

17/03/2016 - Publié par NATIXIS GLOBAL ASSET MANAGEMENT

Autre / Avis d'experts

LE SPREAD DE CRÉDIT PEUT, LUI AUSSI, FAIR...

Alors que la réunion de la FED du 14 juin approche, Madame Yellen a tenu cette semaine le même genre de discours qu’à partir de la mi-année 2015,...

13/06/2016 - Publié par OCTO ASSET MANAGEMENT

Autre / Analystes et économistes