Hebdo Crédit Octo AM du 18 novembre 2013

18/11/2013 - Publié par OCTO ASSET MANAGEMENT dans Marché Obligataire

Hebdo Crédit Octo AM du 18 novembre 2013

L’action surprise de la BCE la semaine passée laissait à penser que la déflation rôdait autour de la Zone Euro... Les chiffres publiés cette semaine nous ont bien confirmé cette tendance avec une inflation moyenne à 0.7% soit son plus faible niveau depuis 2009. Certains pays, comme la Grèce et l’Irlande sont déjà en déflation, d’autres, comme l’Espagne et le Portugal connaissent une stabilité parfaite des prix… Et ce n’est pas le taux de chômage important conjugué à la baisse de consommation des ménages qui viendra inverser la tendance… Pour autant, nous noterons que les points morts d’inflation des obligations européennes à 5 et 10 ans se situent bien au-delà de l’inflation actuelle avec des niveaux de 1.36 et 1.77%. Deux options sont donc possibles : soit les points morts sont trop élevés, soit les marchés anticipent d’autres actions de la BCE capables d’enrayer la déflation qui conjuguée à la hausse de l’Euro, devient très préoccupante pour l’économie ; la plus agressive des options envisagées, le taux de dépôt négatif, est aujourd’hui possible mais sera-t-elle vraiment suffisante ? Nous noterons ici la remarque de Lorenzo Bini Smaghi, ancien « faucon » de la BCE, qui propose que celle-ci « augmente l’offre d’actifs en euros pour répondre à la demande long terme des investisseurs », ce qui s’apparente fortement à un QE… Une option typiquement américaine qui devient donc envisageable en Europe…

Chez les souverains, tandis que la France venait de voir sa note S&P dégradée le week-end dernier, le Portugal lui, s’est vu retirer sa perspective négative chez Moody’s : les efforts réalisés par le gouvernement pour conserver sa solvabilité et améliorer sa situation fiscale et budgétaire ont convaincu l’agence, tout comme la présentation du budget 2014. De plus, les perspectives économiques se révèlent aujourd’hui en voie de stabilisation voire d’amélioration : augmentation des exportations, baisse du chômage notamment.

Du côté corporates, nous noterons en Espagne les bons résultats d’Abengoa qui, conjugués à l’augmentation de capital réalisée en octobre, ont permis à la holding de se fixer de nouveaux objectifs de désendettement : ratio dette nette / Ebitda de 2.5x dès la fin 2013 et de 2x en 2014, diminution des capex, cash-flows libres positifs.

Les chiffres ne sont pas si bons chez Alitalia qui en est encore à élaborer des plans d’économie pour se préserver de la faillite et la solution miracle ne semble pas venir… Monsieur de Juniac, habitué des plans de restructurations et en plein plan lui-même chez Air France (Transform 2015) a déclaré à ce sujet : « Nous avons décidé de ne pas souscrire à l'augmentation de capital parce qu'un plan de redressement c'est un plan global, avec un volet industriel et un volet financier (…) or nous constatons que la partie financière n'est pas au rendez vous. »

Mauvaises perspectives également pour Solocal (ex Pages Jaunes) qui publiait cette semaine un recul de tous ses chiffres : -6.3% pour le C.A, -9% pour la marge, -12.5% pour le résultat d’exploitation, etc… 2014 ne sera pas meilleur avec des objectifs de -3 à -6% de décroissance du chiffre d’affaires. Les covenants bancaires se rapprochent dangereusement et on peut aisément comprendre que le management confirme, faute de mieux, sa priorité au désendettement, avec finalement pour premier objectif de ne pas suivre la voie de son homologue italien, Seat Pagine…

Autre business modèle en grande difficulté et ayant besoin d’une recapitalisation : La Redoute, qui a obligé Kering à réviser ses attentes sur le résultat net et prévenir le marché d’un « très net recul » cette année. Le sujet devenant très politique, avec l’intervention récente de Martine Aubry, on peut imaginer que le dossier coûtera à Kering bien au-delà des 300M prévus initialement pour céder l’entreprise de VPC.

Revenons enfin en Italie avec le dossier Telecom Italia dégradé jeudi par S&P en catégorie spéculative (BB+ perspective négative) : après plusieurs semaines de spéculations sur une possible montée au capital par Telefonica, l’opérateur espagnol a finalement indiqué ne pas exercer ses options d’achat au sein de la holding Telco et ne pas être intéressé par une fusion avec l’Italien. Quoiqu’il en soit, les discussions restent probablement ouvertes entre les deux opérateurs qui devront, comme tout le secteur des telecoms européens, penser à leur concentration dans les années à venir.

 

Matthieu Bailly

Octo Asset Management

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
OCTO CREDIT CONVICTIONS OCTO ASSET MANAGEMENT Matthieu BAILLY Obligations Mixtes Moyen Terme 20.04 M€ 3.39 % 1.88 %
OCTO TRESO - CREDIT OCTO ASSET MANAGEMENT Matthieu BAILLY Monétaires Euros 103.76 M€ 0.23 % 0.26 %
OCTO CREDIT COURT TERME OCTO ASSET MANAGEMENT Matthieu BAILLY Obligations Mixtes Court Terme 11.47 M€ 1.77 % 1.12 %

Articles similaires

DES PERSPECTIVES PLUS FAVORABLES POUR LA Z...

La baisse des rendements des obligations d'État italiennes et espagnoles survenue au cours du deuxième semestre 2012 montre à quel point le...

11/02/2013 - Publié par FRANKLIN TEMPLETON INVESTMENTS

Obligataire / Commentaires de marché

SI LA CONFIANCE EST BONNE POUR LES INVESTI...

Nouvelle semaine de hausse généralisée des actifs financiers, toujours dans la lignée des propos « rassurants » des banques centrales qui...

01/10/2013 - Publié par OCTO ASSET MANAGEMENT

Obligataire / Commentaires de marché