Gérant obligataire chez Aberdeen

Thomas Laskey, gérant obligataire chez Aberdeen, s’exprime sur la récente annonce de politique de taux négatifs de la Banque du Japon

05/02/2016 - Publié par ABERDEEN ASSET MANAGEMENT GESTION dans Marché Autre

Gérant obligataire chez Aberdeen

« Les différences d’approche de communication entre le Japon et les autres banques centrales des marchés développés ont été mises en évidence la semaine dernière lorsque la Banque du Japon (BoJ) a réduit les taux en territoire négatif. Ce fut une surprise totale pour les marchés, en partie parce que le gouverneur Kuroda avait, à peine une semaine ou deux plus tôt, catégoriquement réfuté la possibilité d’envisager cette baisse.

 

D'autres banques centrales ont fait d’importants efforts au cours des dernières années afin d’être plus transparentes, de publier plus de recherche, de donner davantage d’indications, et de ne pas surprendre les marchés.

 

La communication de la Fed autour de la première hausse des taux en décembre en est un bon exemple, le marché l’ayant intégré dans ses valorisations depuis plusieurs mois, voire plusieurs années.

 

Le "dot plot" est une innovation relativement récente qui a aidé ce pilotage. La Banque du Japon semble adopter la démarche inverse – les surprises sont plus efficaces.

 

Ce point de vue est-il passé de mode? Du temps de Greenspan et même avant cela, la Fed avait pour habitude de surprendre les marchés, en cultivant même un certain mystère autour des décisions politiques. Le problème est qu’on ne peut pas anticiper l'ampleur de l'effet de surprise, ni même la direction de la réaction dans certains cas. La crédibilité est en jeu.

 

La plupart des banques centrales se sont détournées de l'utilisation de l’effet de surprise. D'une part, penser que le fait de choquer les marchés est bénéfique implique une compréhension insolite du mode de valorisation des titres par les marchés, en minimisant leur valeur fondamentale. Certes, le choc se dissipe rapidement, mais n’en devient-il pas inutile?

 

De même, il est généralement admis que si les marchés comprennent votre mécanisme de réaction, le travail d'élaboration de la politique dévient beaucoup plus facile étant donné que les marchés font une bonne partie du travail pour vous. Permettre aux gens de fonder leurs anticipations sur des attentes raisonnables en vaut bien la peine. Mais la banque du Japon est peut-être différente ? après avoir laissé les taux inchangés pendant si longtemps, avec une inflation continuellement trop basse, ils tentent d’établir un mode de réaction différent. Cette surprise intentionnelle serait-elle en fait un changement de régime ?

 

Dès l’introduction des Abenomics, le mot d’ordre fut incontestablement le changement de régime. De nombreux leviers politiques ont été actionnés simultanément, le but étant clairement de mettre fin à la longue période de déflation. Les recommandations du prix Nobel et économiste américain Paul Krugman, ainsi que celles d’autres économistes occidentaux, à la suite du programme de relance de Franklin D. Roosevelt dans les années 1930 aux Etats-Unis, ont été suivies avec vigueur - stimuler la croissance et augmenter les anticipations d'inflation de toutes les manières possibles. Le changement de régime a eu un impact spectaculaire sur les marchés, et un effet impressionnant sur l'économie.

 

Cependant, depuis peu, les marchés ont remis en question leur engagement à cette cause, l'économie a ralenti et les anticipations d'inflation ont diminué de manière considérable. La banque du Japon ne semble pas vouloir réagir. Le nouveau régime était-il en fin de compte vraiment différent du précédent ?

 

L’action de janvier est téméraire, et l’effet de surprise pourrait bien aider à ancrer le changement de régime au sein du marché. Bien que l’effet de surprise ait désormais diminué, de nouvelles réductions en territoire négatif devraient suivre. »

 

Thomas Laskey

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

LA CORRECTION AU SEIN DU SECTEUR BANCAIRE ...

La solidité et la résistance des banques à l’échelle mondiale ont été remises en question ces dernières semaines. Alors que les actions et les...

17/03/2016 - Publié par NATIXIS GLOBAL ASSET MANAGEMENT

Autre / Avis d'experts

PERSPECTIVES 2016 : NO GROWTH, NO GAIN?

2016 s’annonce comme une année de croissance modeste, marquée par la première hausse des taux des Fed funds depuis 2007. Alors que les Etats-Unis...

26/11/2015 - Publié par UNION BANCAIRE PRIVEE (LUXEMBOURG) SA

Autre / Avis d'experts