Krach boursier Suisse : comment adapter ses positions ?

L'interview de Marc Craquelin, Directeur de la Gestion d'Actifs - Financière de l’Echiquier

16/01/2015 - Publié par FINANCIÈRE DE L'ECHIQUIER dans Marché Actions

Krach boursier Suisse : comment adapter ses positions ?

Chute brutale de la Bourse de Zurich et envolée du franc Suisse : quelle lecture faites-vous de la « journée Suisse » du 15 janvier 2015 ?

La Banque Nationale Suisse (BNS) a surpris le marché en abandonnant brutalement le PEG (cours plancher) de 1,20 franc suisse face à l’euro, et en abaissant très significativement le LIBOR franc suisse.

Ce taux à 3 mois est désormais de -0,75%, un niveau très pénalisant vis-à-vis de l'euro ou du dollar. La tendance s’est rapidement propagée au reste de la courbe des taux suisses : ceux-ci sont depuis hier soir en territoire négatif jusqu’à 8 ans.

La réaction des marchés a été immédiate et très violente. Le franc suisse s'est envolé contre l’euro, au cours d’une séance particulièrement volatile qui a vu l’EUR/CHF évoluer dans un intervalle de 30% environ (1,20 au plus haut de l'euro, 0,85 au plus bas). Avec un peu de décalage, les titres suisses ont entamé une descente très significative (l'indice a terminé à -8,70%).

En tant qu’investisseurs européens ne couvrant pas les expositions de changes, nous avons pu mettre à profit la violence des mouvements pour nos investissements libellés en franc suisse. En effet l'ajustement sur la devise a été plus rapide que sur les titres.

Par exemple : si RICHEMONT perd 5% lorsque le franc suisse gagne 15% contre euro, le mouvement permet de dégager une plus-value significative. 

• Echiquier Agressor a écrêté ses positions en SWATCH et DKSH.
• Echiquier Major a vendu du ROCHE, du BARRY CALLEBAULT et du LINDT.
• Echiquier Global a vendu RICHEMONT et réduit sa position sur SGS.

Les montants dégagés en franc suisse ont été changés en euro dans le même temps.

Au-delà de l'intérêt instantané de ces opérations, n'oublions pas que pour les sociétés ayant des coûts importants en franc suisse et des ventes libellées dans d'autres devises, l'action de la banque centrale de Suisse est une très mauvaise nouvelle. La réduction des positions sur le luxe est donc assez structurelle. Sur d’autres valeurs ayant des bases de coût locales plus faibles en franc suisse, les opérations mentionnées sont d’avantage tactiques et nous rachèterons sans doute assez vite certains des titres cédés.

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

MARC RENAUD : LA HAUSSE DES INDICES EST EN...

Après une hausse de plus de 100% ds indices européens entre mars 2009 et février 2014, la hausse des indices est en voie d’achèvement selon Marc...

29/05/2014 - Publié par MANDARINE GESTION

Actions / Interviews

LES MEILLEURES OPPORTUNITÉS SELON LES GÉ...

Q : Que pensez-vous de l'environnement macroéconomique actuel au niveau mondial ? Richard Lewis : L'environnement financier demeure inchangé dans...

20/10/2014 - Publié par FIDELITY INVESTMENT FUNDS

Actions / Interviews