Fidelity maintient sa surpondération en actions malgré des prises de bénéfices

L'allocation mensuelle de Fidelity

20/10/2014 - Publié par FIDELITY INVESTMENT FUNDS dans Marché Actions

Fidelity maintient sa surpondération en actions malgré des prises de  bénéfices

La récente évolution des marchés a incité Fidelity à prendre une partie de ses bénéfices en réduisant légèrement son exposition aux actions. Du reste, les bons indicateurs en provenance des Etats-Unis continuent de plaider en faveur des actifs risqués.

Chute de l’euro, salut européen ?
Croissance au point mort, spectre déflationniste, stagnation du chômage à des plus hauts historiques … Les mois se suivent et se ressemblent en zone euro avec toujours la même litanie de mauvais indicateurs économiques. Les trésors d’ingéniosité déployés par la BCE n’y font rien. Une situation d’autant plus délicate que la marge de manœuvre de son président, Mario Draghi, pour soutenir l’économie européenne se resserre inexorablement. Pour autant, ce panorama ne serait pas complet sans y ajouter le soupçon d’optimisme entretenu par la faiblesse de l’euro. Depuis plusieurs mois maintenant, le recul s’est mué en chute : de près 1,40 dollar, début mai, la monnaie unique évolue
désormais aux alentours de 1,25 dollar. Cette glissade pourrait bien être le salut de l’Europe, car, faut-il le rappeler, la faiblesse de la monnaie unique aura d’ici quelques mois des effets sur les exportations européennes. Combiné aux mesures de la BCE, un euro faible pourrait bien être l’étincelle qui permettra
enfin de remettre l’économie européenne sur les rails de la croissance.

Le « timing » de la Fed.

Parallèlement, et sans grande surprise non plus, l’économie américaine continue de délivrer son lot mensuel de bonnes nouvelles. Alors que la croissance du PIB pour le 2è trimestre a - une fois encore - été revue à la hausse à 4,6 %, le taux de chômage est passé en septembre sous la barre des
6 % (5,9 %) pour la première fois depuis juillet 2008 ! Une nouvelle, en apparence, réjouissante qui laisse cependant envisager une hausse à venir des salaires et, mécaniquement, un retour de l’inflation. Cette perspective n’est pas sans contrarier le calendrier de la Réserve fédérale en vue de la normalisation de sa politique monétaire. Est-ce que l’instance va être contrainte d’ajuster son
timing et remonter ses taux plus vite que prévu ? Va-t-elle se risquer à « jouer la montre » ? La question est d’autant plus lancinante que la Fed arrive ce mois-ci au bout de son processus de rachat d’actifs et ne dispose plus trop de recours pour justifier un sursis supplémentaire à sa politique accommodante

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

SURPONDÉRATION DES ACTIONS EUROPÉENNES, ...

Portée par une croissance bénéficiaire (BPA) à deux chiffres, la faiblesse des prix du pétrole, une politique monétaire accommodante et des...

14/04/2015 - Publié par RUSSELL INVESTMENTS FRANCE

Actions / Analystes et économistes

REGARD SUR LES MARCHÉS : LETTRE MENSUELLE...

Après deux mois de respiration et une nouvelle phase d’anxiété début novembre, les marchés rebondissent et semblent à nouveau croire en un...

10/12/2012 - Publié par LA FRANCAISE ASSET MANAGEMENT

Actions / Analystes et économistes