FED : Le timing est essentiel

Interview de Philippe Waechter, Chef économiste Natixis Asset Management

24/09/2014 - Publié par NATIXIS GLOBAL ASSET MANAGEMENT dans Marché Obligataire

FED : Le timing est essentiel

Le timing est essentiel. Alors que la Fed se dirige vers la normalisation de sa politique monétaire, son principal défi sera d’éviter une répétition du scénario de 1937-1938, lors duquel la normalisation monétaire après plusieurs années de forte croissance avait conduit à l’effondrement de l’activité économique. Un exemple plus récent est le ralentissement du marché immobilier américain provoqué par la hausse des taux hypothécaires suite à la déclaration de Ben Bernanke, alors président de la Fed, devant le Congrès en mai 2013. Dès lors, toute la question est de savoir si la Fed peut prendre le risque d’agir trop rapidement.

Dans ces conditions, quand pensez-vous que la Fed amorcera le relèvement des taux ?

Les investisseurs semblent anticiper une première hausse vers mars-avril 2015 mais pour les raisons que je viens d’évoquer, cette date paraît trop précoce. Selon moi, il serait préférable d’attendre le deuxième semestre 2015. Les conditions ne sont pas encore compatibles avec le taux d’inflation élevé, c’est à dire bien supérieur à l’objectif de 2% visé par la Fed, qui l’amènerait à relever ses taux d’intérêt. C’est pourquoi je pense que la Fed prendra son temps pour s’assurer que la reprise de l’économie américaine est suffisamment solide.

L’arrêt prévu des achats d’obligations de la Fed risque-t-il de provoquer une forte réaction des marchés ?

Je pense que l’impact de l’arrêt des achats d’obligations de la Fed sera limité, et ce pour deux raisons. En premier lieu, la réduction des achats d’actifs de la Fed a débuté en janvier et a eu peu d’incidence sur le marché. De fait, les taux d’intérêt à long terme aux Etats-Unis sont aujourd’hui plus bas qu’avant l’amorce du « tapering ». En second lieu, la balle est désormais dans le camp de la Banque centrale européenne (BCE). Une certaine coordination existe entre les banques centrales. Dès que l’une d’entre elles cesse ses achats d’actifs, une autre augmente les siens. Cette coordination est un élément important et c’est pourquoi je ne m’attends pas à ce que la liquidité pose problème.

Quelles sont vos prévisions concernant la politique monétaire de la BCE ?

En juin, la BCE a ramené son principal taux de refinancement à 0,15% et a abaissé le taux de sa facilité de dépôt à -0,10%. Ces taux ne changeront pas avant la fin de 2016 et la probabilité qu’ils soient maintenus à ces niveaux jusqu’en décembre 2018 est loin d’être nulle. L’objectif était de stabiliser le marché monétaire et de freiner les anticipations concernant les taux d’intérêt à long terme. Cette politique porte ses fruits jusqu’ici, sachant que le rendement des emprunts d’Etat allemands à 10 ans est proche de 1% et que le taux d’intérêt au jour le jour (l’Euro Overnight Index Average, ou EONIA) ressort à près de 2 points de base. Cette stratégie de taux d’intérêt bas pour une période prolongée reflète l’atonie des perspectives de croissance (comme en témoigne le taux de croissance du deuxième trimestre) et le très faible taux d’inflation qui s’accompagne d’un risque de déflation. En réalité, la BCE n’a d’autre choix que de conserver une politique accommodante encore très longtemps.

Par ailleurs, elle s’apprête à lancer un nouveau programme de liquidité d’un montant de 400 milliards d’euros, lequel est lié aux prêts consentis par les banques aux agents économiques non financiers et exclut les prêts immobiliers. Ce programme vise donc les prêts aux entreprises dans le but d’améliorer leurs capacités de financement. Avec cet instrument, la BCE cherche à stimuler la demande intérieure. Le montant des liquidités disponibles dans le cadre de ce dispositif dénommé TLTRO (opérations ciblées de refinancement à long terme) est susceptible d’augmenter en 2015 et 2016. A l’heure actuelle, l’arrêt de ces opérations est prévu pour la fin 2018. Il s’agit donc d’un programme à long terme.

Enfin, il convient de souligner que la BCE est également le gendarme du secteur bancaire dans la zone euro. A ce titre, elle publiera fin octobre les résultats des tests de résistance appliqués aux principales banques de la région. Suivant leur nature, ces résultats pourraient avoir un impact sur les marchés financiers.

La banque centrale britannique se dirige-t-elle vers la normalisation de ses taux d’intérêt ?

Le message envoyé par la Banque d’Angleterre est flou. Il est donc difficile en l’état actuel de déterminer quand une hausse des taux pourrait être annoncée. Le Royaume-Uni connaît incontestablement une reprise, mais les indicateurs macroéconomiques ne montrent pas de surchauffe. Le PIB vient juste de retrouver son niveau d’avant la crise au deuxième trimestre 2014, mais le PIB par habitant en est encore loin (5% au premier trimestre 2014). Cela signifie que la crise a eu des effets persistants et qu’une hausse trop rapide des taux d’intérêt pourrait nuire au redressement économique du pays.

Globalement, je pense qu’une reprise sur le marché de l’emploi accompagnée d’une hausse des salaires réels est nécessaire pour permettre à la Banque d’Angleterre d’adopter une politique monétaire moins accommodante.

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
NATIXIS ACTIONS US VALUE NATIXIS ASSET MANAGEMENT Actions Etats Unis 197.39 M€ 9.20 % 7.36 %
NATIXIS ACTIONS EUROPE EX EURO NATIXIS ASSET MANAGEMENT David BELLOC Actions Europe 108.28 M€ -2.74 % -2.43 %
NATIXIS ACTIONS EUROPEENNES NATIXIS ASSET MANAGEMENT Hervé SAMOUR-CACHIAN Actions Europe 154.96 M€ -4.15 % -4.14 %
NATIXIS ACTIONS US GROWTH NATIXIS ASSET MANAGEMENT Actions Etats Unis 103.12 M€ 5.76 % 4.03 %

Articles similaires

DÉCOUVREZ UNE CLASSE D’ACTIFS DÉLAISS?...

Entretien avec Eric Bertrand, Directeur de la gestion Taux & Crédit et Christophe Dehondt, gérant du fonds CPR Focus Inflation... A quelle...

23/10/2014 - Publié par CPR ASSET MANAGEMENT

Obligataire / Interviews

LA SURPRISE DES TAUX

Quel regard portez-vous sur la forte remontée des taux des pays cœur de la zone euro depuis plus d’un mois ?  Cette remontée se justifie sur le...

10/06/2015 - Publié par CPR ASSET MANAGEMENT

Obligataire / Interviews