Faut-il laisser la Grèce faire défaut ?

L'impossible conciliation

20/09/2011 - Publié par OPCVM360 dans Marché Autre

Faut-il laisser la Grèce faire défaut ?

Depuis plusieurs mois déjà, les politiques de droite comme de gauche, d'outre-atlantique comme d'Europe ne parviennent pas à s'entendre. Tout se passe comme si une conciliation était impossible. Maladresse verbale, comme plan d'austérité au lieu de plan de solidarité suivie de déclaration incontrôlable des uns et des autres. Celle de DSK hier au JT, "il faut laisser la Grèce faire défaut" est incroyable. Cela n'en finira donc pas, c'est comme dans un divorce, ou les parties lancent égoïstement des phrases incontrôlées et sans penser à l'avenir de leurs petits.

Le consensus semble difficile en cette période électorale, aux US comme en France. Barak Obama qui a perdu la majorité au Congrès appelle les Républicains à plus de cohésion pour ne pas aggraver la situation économique chaotique. Les besoins sont nombreux et inconciliables. Le besoin d'argent des Etats pour soutenir, une politique sociale, l'enthousiasme des entrepreneurs et celui des ménages, enthousiasme dissipé par la crise actuelle. Les français détiennent le record du taux d'épargne au monde avec 15,1 % de leur revenu contre un déficit Etat et autres administration record. La situation globale reste déficitaire. Dommage la France n'est pas les Français.

Nous avons tous en tête la fâcheuse faillite de Lehman Brothers en 2008 qui a eu plus de gravité par l'onde de choc que l'information a produite que la perte financière. La Grèce est un pays membre de l'Europe, la solidarité peut-elle être à échelle variable ? aujourd'hui un pays demain un deuxième et puis ainsi de suite, le fameux effet domino.

DSK est certainement un personnage public, probablement un bon économiste. Sa déclaration sur la Grèce est inapproprié comme son atittude avec la femme de chambre Naffissatou Diallo.

Personne n'a intérêt à long terme à ce que la Grèce soit lâchée, en France comme ailleurs et notamment en Allemagne. La retenue des ministres des finances ex ou actuel devrait être du bon sens. Les déclarations lachées hier soir et la semaine passée par ces derniers ne sont pas intéressantes.

Si la Grèce faisait défaut, la vrai question à se pose est : et après ? 

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

A QUOI JOUENT LES ALLEMANDS ?

  Berlin ne joue pas le jeu de l’Europe sur les modalités et le calendrier : François Hollande et Mariano Rajoy ont souligné cette semaine à...

11/10/2012 - Publié par GSD GESTION

Autre / Commentaires de marché

PRODUITS STRUCTURÉS À HAUT RENDEMENT

Le démantèlement de la banque Dexia vient au moment où se pose la question de la recapitalisation des banques en Europe. Les Etats Français, Belge...

06/10/2011 - Publié par OPCVM360

Autre / Commentaires de marché