Faiblesse de l'inflation

Par Karamo KABA, Directeur des études économiques - 19 juin 2017

19/06/2017 - Publié par ECOFI INVESTISSEMENTS dans Marché Allocations d'actifs

Faiblesse de l'inflation

Sans surprise, la Réserve fédérale (Fed) a décidé, pour le troisième trimestre consécutif, d’augmenter de 25 points de base ses taux directeurs, les portant à 1,25%.

 

La nouveauté est venue des informations qu’elle a dévoilées sur la stratégie de réduction de la taille de son bilan, qui devrait débuter dès cette année. Ainsi, il est prévu que l’Institution monétaire américaine ne réinvestisse que la partie des paiements de capital au-dessus d’un certain seuil, qui est appelé à augmenter tous les trois mois. Pour les titres d’Etat, le seuil initial devrait être de 6 milliards de dollars et serait augmenté du même montant tous les trois mois jusqu’à la limite de 30 milliards de dollars mensuels. Le même principe serait appliqué aux titres hypothécaires, avec un seuil de début à 4 milliards de dollars par mois, qui augmentera de 4 milliards tous les trois mois pour atteindre la limite de 20 milliards par mois.

 

Ces décisions n’ont pas eu de grands effets sur les indices actions. Le S&P 500 a ainsi fini la semaine stable, pénalisé par les valeurs technologiques (-1,2% sur la semaine) et bancaires (-0,6%). Le secteur de la consommation de base a également souffert suite au rachat, pour 13,7 milliards de dollars, des supermarchés bio Whole Foods Market par Amazon. Les investisseurs craignent que cette incursion d’Amazon fragilise encore davantage un secteur déjà en proie à une compression des marges.

 

Le scénario de la Fed prévoit encore une hausse des taux en 2017 et trois autres en 2018. Or, avec le ralentissement observé au niveau des prix (de 2,2% en avril à 1,9% en mai), la majorité des investisseurs a des doutes sur la capacité de l’économie à encaisser une telle cadence de hausse des taux. Il faut dire qu’entretemps, la publication des ventes au détail a déçu en mai. Dans ces conditions, la courbe des taux a poursuivi son aplatissement. En Europe aussi, la publication du rapport d’inflation par Eurostat a montré un ralentissement prononcé des prix (de 1,9% en avril à 1,4% en mai sur une année glissante). D’où un report dans le temps des anticipations de réduction du bilan de la Banque centrale européenne, ce qui a facilité une certaine surperformance du Portugal et de l’Italie par rapport à l’Allemagne. Cette bonne tenue des rendements italiens devrait être mise à mal avec la persistance des difficultés rencontrées pour la recapitalisation de Veneto Banca et de Banca Popolare di Vicenza.

 

Sur la scène des changes, le dollar a été pénalisé par les déceptions sur l’inflation et sur les ventes au détail. Même si la Fed a relevé son taux directeur et a promis d’autres hausses et une baisse de son bilan, le taux de change effectif du dollar s’est déprécié de 0,1% sur la semaine. Le billet vert a cédé beaucoup de terrain contre la livre. En effet, avec une inflation à 2,9% sur une année au Royaume-Uni, les anticipations de resserrement monétaire deviennent de plus en plus fortes, ce qui a soutenu la livre.

 

Rendez-vous lundi prochain…

 

Source : Ecofi Investissements, au 16 juin 2017.

Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Document non contractuel. Le présent document contient des éléments d’information, des opinions et des données chiffrées qu’Ecofi Investissements considère comme exacts ou fondés au jour de leur établissement en fonction du contexte économique, financier ou boursier du moment. Il est produit à titre d’information uniquement et ne constitue pas une recommandation d’investissement personnalisée.

Articles similaires

LA DERNIÈRE SEMAINE DE JANVIER VOIT LES I...

Point sur les marchés financiers  Janvier 2016 aura été l’un des pires mois de janvier sur les marchés financiers. Pour autant, cette dernière...

01/02/2016 - Publié par ENTHECA FINANCE

Allocations d'actifs / Avis d'experts

SISYPHE AU SOMMET !

LA CITATION DE LA SEMAINE « Rien n’est plus désastreux qu’un investissement rationnel dans un monde qui ne l’est pas » - John Maynard Keynes...

30/05/2016 - Publié par ACTIS ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Avis d'experts