ETATS-UNIS : LES SIGNES ANNONCIATEURS DE L’INFLATION

Les conditions sont réunies pour une reprise de l’inflation aux US selon CPR

18/09/2014 - Publié par CPR ASSET MANAGEMENT dans Marché Actions

ETATS-UNIS : LES SIGNES ANNONCIATEURS DE L’INFLATION

Au cours de l’été, un basculement s’est opéré, ou du moins confirmé, aux Etats-Unis : la situation économique se redresse nettement, comme en témoignent les indicateurs avancés (mises en chantier, taux de chômage, conditions d’accès au crédit…). Avec, pour résultat, de rendre l’objectif d’une croissance à 4% atteignable. Une croissance qui pourrait s’accompagner d’une remontée de
l’inflation, malgré ce que montrent aujourd’hui les « anticipations » en la matière.


Pourtant, il ne faut guère s’en tenir à cela. En effet, si l’on se contente d’étudier les « anticipations financières», tirées du marché des swaps d’inflation, la stabilité prévaut. Il convient de se tourner vers d’autres indicateurs, dont la compilation, tel un faisceau d’indices, pointe bel et bien en direction d’une reprise de l’inflation aux Etats-Unis.


Des indicateurs à court-terme encourageants
Aux anticipations stables d’inflation s’opposent une série d’indicateurs, notamment de court-terme, plaidant en faveur d’un scenario différent. Ainsi, le déflateur de la consommation privée remonte au cours des trois derniers mois,que l’on considère l’inflation avec ou sans l’alimentation et l’énergie.
Plus révélateurs encore de cette reprise, selon Philippe Weber, Responsable Etudes et Stratégie chez CPR AM, sont le CPI (indice des prix à la consommation) écrêté et le CPI médian, ainsi que l’indice des prix rigides. Ils connaissent tous trois une inflexion non négligeable, confirmant ainsi que la gamme de produits et services dont les prix augmentent est large. Un mouvement de fond est apparu sur l’inflation américaine, confirme Philippe Weber.


La déflation écartée
La période actuelle est d’autant plus propice à une reprise de l’inflation que le risque de déflation semble enfin écarté outre Atlantique, ce qui n’était pas le cas l’année dernière encore. Les probabilités de déflation, calculées par la Réserve fédérale d’Atlanta à partir d’obligations indexées à 5 ans, sont aujourd’hui nulles.
De plus, la progression de 2,7 % en un an des loyers imputés offre un socle à l’inflation, l’empêchant de s’effriter. Ce poste, qui compte pour près de 25 % de l’indice des prix à la consommation, apporte entre 0,7 % et 0,8 % d’inflation. Un mouvement haussier qui devrait s’accentuer, grâce au recul du chômage, à la remontée des prix de l’immobilier et à celle des taux d’intérêt, hypothèse crédible à horizon un ou deux ans.


Un potentiel d’accélération
Plusieurs éléments déterminants dans la formation en amont de l’inflation devraient désormais favoriser sa prise d’ampleur. D’une part, l’écart de production (output gap), certes toujours important, se réduit graduellement. Or il est relativement corrélé à l’inflation, un écart moindre signifiant une inflation plus élevée. D’autre part, le taux d’utilisation des capacités de production remonte depuis deux ans, à tel point qu’il est même supérieur à la moyenne dans certains secteurs, comme par exemple les biens d’équipement. Une tendance normalement inflationniste, mais qui ne se reflète pour l’instant pas dans les taux. 

Il est bien une composante de l’inflation dont il est aujourd’hui difficile de tirer des conclusions ; il s’agit des salaires, inversement corrélés au taux de chômage. Ils ne bénéficient pourtant pas du repli de ce dernier. Pour mieux remonter plus tard ? Les prémisses d’une instauration d’un salaire minimum dans certains Etats /secteurs américains pourraient le laisser espérer.

Les conditions sont donc réunies pour une reprise de l’inflation aux Etats-Unis.
D’autant plus que la condition ultime est elle aussi présente : l’assentiment de la Réserve fédérale. La priorité accordée au plein emploi pourrait la pousser à entendre les appels en faveur d’un seuil maximum d’inflation tolérée remonté à 4%.

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
CPR ACTIVE US CPR ASSET MANAGEMENT Vincent FORMERY Actions Etats Unis 456.13 M€ 12.83 % 11.70 %
CPR CONSOMMATEUR ACTIONNAIRE CPR ASSET MANAGEMENT Caroline CANARD / Nicolas JOHNSON Actions Zone Euro Consommation Discrétionnaire 43.42 M€ -4.97 % -4.82 %
CPR GLOBAL EQUITY ALL REGIME CPR ASSET MANAGEMENT Rodolphe TAQUET Actions Monde 23.91 M€ 10.53 % 10.34 %
CPR EURO HIGH DIVIDEND CPR ASSET MANAGEMENT Eric LABBÉ Actions Zone Euro 78.71 M€ -9.04 % -8.98 %

Articles similaires

JOUER UN REBOND TACTIQUE EN ATTENDANT LES ...

Nouveaux doutes sur la qualité de la croissance en Europe Après plusieurs semaines de hausse, la plupart des marchés financiers ont observé une...

19/05/2014 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Actions / Avis d'experts

INDICATEUR DE STRESS DES MARCHÉS FINANCIE...

L’indicateur de stress sur les marchés financiers construit par BIPE / AssetFi est un indicateur purement financier répondant à un double...

11/12/2012 - Publié par ASSETFI MANAGEMENT SERVICES

Actions / Avis d'experts