Est-ce grave, docteur ?

Billet quotidien de Marc Gilson

11/07/2012 - Publié par FUCHS & ASSOCIÉS FINANCE dans Marché Allocations d'actifs

Est-ce grave, docteur ?

 

Il est bien difficile de prédire le sort futur de l’Espagne. Les gouvernants du pays viennent de prendre de nouvelles décisions pour faire diminuer les déficits publics qui se traduisent bien sûr par des coupes budgétaires et des augmentations de taxe (dont 3% pour la TVA). Ils montrent leur volonté de respecter les exigences de leurs collègues de l’Euro Zone qui mettent en avant le « règlement des dérèglements » et pas les dépenses nécessaires pour la croissance. Et le premier ministre espagnol est contraint d’avouer à ses concitoyens qu’il ne peut rien faire, pour l’instant, pour créer des emplois. Le pays est vraiment coincé : selon certaines voix, le total de son endettement et de celui de ses concitoyens  ne serait pas couvert par la richesse ’immédiate’ totale du pays.

 

Les marchés apprécient surtout que les promesses d’aide pour sauver les banques  se concrétisent. Enfin, semblent se concrétiser : l’Euro Groupe va envoyer un premier gilet de sauvetage de 30 Mrds EUR pour que l’Etat espagnol surnage malgré le poids des banques qui le tire vers le fonds (pas le Fonds de stabilité, le fonds de la mer…). Les Finlandais renâclent encore faisant penser à l’attitude de Madame Thatcher qui voulait récupérer son argent à tout prix. Les Allemands demandent encore le OK de leur Cour Constitutionnelle, Angela les laisse se débrouiller sans elle : elle est partie vendre des tanks en Indonésie et boire un coup avec la patronne du FMI rencontrée ‘par hasard’ à l’hôtel. Bref, on n’est pas au bout des parlottes et manœuvres.

 

On ne va pas revenir sur le débat entre les keynésiens et les autres, les tenants de plus ou moins d’Etat, les libéraux, les néolibéraux et les autres. Ça ne sert à rien. Nous vivons une situation que personne n’a jamais connue et les survivants de la grande Dépression ne nous sont pas d’un grand secours.

 

Les montants en jeu donnent le tournis. Comment les Etats doivent-ils agir quand, par exemple, le total du bilan de leurs principales banques dépasse de loin le produit intérieur brut ?  Tout est tellement dans la démesure que ça en devient presqu’irréel virtuel, des chiffres sur du papier qui ne ressemblent plus à rien.

 

Regardez le tableau ci-dessous : le total des actifs financiers (dépôts ou crédits) qui sont liés au taux interbancaire –donc pas le total de tous les actifs- est plus de 10 fois supérieurs au PIB mondial, lui-même près de 5 fois équivalent au PIB américain, etc.

 

 

 

On peut avoir l’impression d’une course folle. Mais, si c’était le cas, le marché des actions –et les autres marchés- se seraient effondrés depuis longtemps. L’or serait devenu impayable, etc., etc.

 

La zone euro est peut-être dans la tourmente mais le reste du monde tient ! Mais oui !  Il existe bien une sorte d’équilibre qui fait que l’ensemble ne croule pas. Tout n’est pas aussi noir partout, la vie ne s’arrête pas, pas plus que la Terre, que l’Espagne soit en faillite ou pas.

 

Nous avons simplement peur que le ciel ne nous tombe sur la tête, que ce fragile équilibre ne se brise et que les conséquences soient brutales pour tous. Alors il faut que nous soyons ouverts et coopérants, humbles et curieux, attentifs et volontaires : la traversée de ce douloureux passage demande de ne pas baisser les bras, de ne pas fermer les yeux.

 

Bonne fin de journée.

Marc Gilson

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

« CHANGEMENT DE PARADIGME »

Le contexte géopolitique et économique dans lequel nous évoluons depuis un an, nous conduit à changer les repères que nous devrons utiliser pour...

01/12/2015 - Publié par DEGROOF GESTION

Allocations d'actifs / Avis d'experts

UN SEUL INDICATEUR POUR LES MARCHÉS AUJOU...

Pour connaître le vecteur principal de volatilité sur les marchés, il ne faut plus désormais s’attarder sur des publications d’enquêtes, de...

07/03/2016 - Publié par CPR ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Avis d'experts