Entretien avec le gérant Ian Mac Leod

2 ans déjà...

18/07/2011 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS dans Marché Actions

Entretien avec le gérant Ian Mac Leod


Entretien avec Ian Mac Leod, gérant du fonds Octalfa 360 Health & Green Technologies

Bonjour Ian. 

Pouvez-vous nous décrire en grandes lignes le fonds Octalfa 360H&GT ?
Ce fonds repose sur le concept fondamental de l’amélioration des conditions de vie et de l’environnement de l’être humain. J’investis donc, au sein d’un univers mondial, dans des sociétés industrielles, de services et de technologies de pointe. Ces sociétés agissent uniquement dans les domaines de la santé, de l’écologie, du développement durable, de l’énergie renouvelable et de l’environnement.
Octalfa 360H&GT a donc pour vocation d’acheter des actions. Néanmoins, en cas de crise grave sur les secteurs des technologies de la santé et de l’environnement durable, j’ai toute latitude pour protéger les porteurs du fonds en portant la part monétaire ou obligataire du fonds jusqu’à la moitié de son actif.

Pouvez-vous nous expliquer la genèse du fonds Octalfa 360H&GT ?
C’est tout simplement une histoire de rencontre entre plusieurs personnes qui se sont découvertes des objectifs communs et des valeurs partagées qu’elles ont voulu concrétiser.
« Le Fonds Octalfa 360H&GT repose sur le concept fondamental de l’amélioration des conditions de vie et de l’environnement de l’être humain. »
Pour tout vous dire, ce fonds est né grâce à Antoine Debois-Frogé, gérant de fortune. Désespérant de trouver un vrai fonds de stock picking sur des thématiques d’avenir, c’est lui qui a eu l’idée de mettre en contact Gilles Alberici et 360AM.
Gilles a créé en 2006 Octalfa SAS, une société d’investissement familiale et indépendante spécialisée dans les Sciences de la Vie et basée dans la région de Lyon. Octalfa intervient notamment dans des opérations situées très tôt dans la vie des entreprises avec pour mission d’offrir à ses partenaires une présence active et un support pérenne et fiable. Octalfa collabore aussi avec des entreprises à des stades plus avancés, en co-investissement.
Parallèlement et en cohérence avec ses valeurs, Octalfa a créé la Fondation d’entreprise Dominique Alberici-Octalfa. Cette fondation est l'aboutissement d'un projet commun à Gilles Alberici, Président d'Octalfa, et à son épouse, Dominique Alberici, décédée en avril 2008. La mission principale de cette entité est d’aider les personnes atteintes de cancer ou de handicap et de soutenir des projets visant à améliorer leur prise en charge médicale et paramédicale.
Gilles a été le premier investisseur du fonds Octalfa 360 H&GT. C’est un moyen pour lui de placer une partie de son capital dans deux secteurs, un qu’il connait et dans lequel il a confiance et l’autre dans lequel il croit avec autant de conviction que 360AM. Avec son équipe, ils nous apportent leurs connaissances et leurs capacités d’analyse et de compréhension des expériences entrepreneuriales du secteur de la santé.

Mais alors, s’agit-il d’un fonds éthique ?
Il est vrai que, par nature, les secteurs qui forment l’essentiel de notre fonds ont des intérêts qui rejoignent ceux de la planète et de ses habitants. Il pourrait en cela être éventuellement qualifié d’investissement socialement responsable bien que je n’applique aucun critère type ESG ou d’exclusion dans ma démarche de choix de valeurs.

Justement, comment faîtes-vous pour choisir vos titres ?
C’est un process long, technique et rigoureux !
Je passe la majeure partie de mon temps en recherche. Je m’appuie sur un réseau de connaissances bâti depuis plus de 20 ans auprès de financiers, entrepreneurs et brokers, avec la volonté de sortir des sentiers battus. Puis je me plonge dans les chiffres : business plans, bilans, comptes de résultats… Enfin, je rencontre les dirigeants, en particulier pour les plus petites sociétés.
En réalité, je distingue 9 sous-secteurs. Pour chacun, j’applique une grille de lecture différente. On ne peut comparer un bilan d’une biotech avec celui d’un laboratoire pharmaceutique ! En revanche, pour qu’une entreprise m’intéresse, elle doit répondre à certains critères que j’applique à l’ensemble des valeurs de mon univers : être l’acteur d’un marché en croissance et y maintenir une position compétitive. Ensuite, a-t-elle les moyens financiers et humains d’y parvenir ? C’est pour cette raison que je rencontre les dirigeants, pour tâcher de jauger leur capacité à réussir.

Et vous y arrivez tout seul ?
Comme je vous le disais, Gilles m’apporte toute son aide et ses connaissances scientifiques pour les valeurs du secteur de la santé. Pour les valeurs de l’environnement durable, je vous rappelle que j’ai commencé à m’y intéresser … au siècle dernier !

Quelle est la place de l‘allocation d’actifs dans votre process d’investissement ?
Elle est essentielle car c’est la première étape de construction de la performance.
Je m’enrichis des analyses économiques et marchés menées dans le cadre des comités de gestion bi-mensuels de 360AM. Cela me sert principalement à déterminer le niveau d’exposition aux actions du fonds. Je croise ces informations avec celles issues d’un comité mensuel spécifique à Octalfa 360 H&GT, le management board qui est le point de rendez-vous formel entre 360AM et Octalfa. Ce comité permet de passer en revue le suivi et les nouvelles idées d’investissement mais aussi de définir les grandes orientations d’allocations entre les 9 sous-secteurs évoqués précédemment.

Il existe déjà plusieurs fonds spécialisés sur ces secteurs, alors pourquoi assembler ces secteurs au sein d’un même fonds ?
L’intérêt est double : financier d’une part et philosophique d’autre part.
Sur le premier aspect, investir et répartir dynamiquement ses avoirs entre les secteurs de la technologie de la santé et de l’environnement aboutit à une réduction « naturelle » du risque global.
Pris séparément, ces secteurs sont extrêmement volatiles. En revanche, leurs comportements boursiers sont très différents l’un de l’autre. Or, lorsqu’on porte un investissement sur 2 actifs risqués qui « ne font pas la même chose au même moment », le gain en régularité est immédiat.
Octalfa 360 H&GT permet donc d’investir avec beaucoup plus de sécurité sur des secteurs innovants aux perspectives de croissance fortes.
Philosophiquement, les secteurs des technologies de la santé et de l’environnement ont en réalité beaucoup de points communs.
Certains sont naturels. Une mauvaise maîtrise des technologies de production d’énergie conduit à une pollution qui a un impact négatif direct sur l’environnement puis par ricochet sur la santé. La violence des inondations dans certaines parties du monde sont directement liées au réchauffement de la planète et favorisent la résurgence d’épidémies telles que le Choléra, le Typhus...
D’autres sont techniques. La biotechnologie est une science qui permet de produire des médicaments moins chers et plus ciblés mais trouve aussi ses applications dans la production d’énergie, l’agroalimentaire ou l’environnement. Par exemple, la recherche de Dupont permet de créer de nouveaux médicaments mais aussi des enzymes utilisées dans la production de bio carburants et d’alternatives aux produits dérivés du pétrole (les bioplastiques).
Un dernier point commun relève de la politique. Parce que la recherche coûte chère, les investissements de ces deux secteurs sont particulièrement soutenus par les Etats. La sensibilité des entreprises de technologie de la santé et de l’environnement aux décisions politiques est donc forte.
En synthèse, sélection de sociétés, allocation sectorielle et mesure du risque sont les 3 piliers de la gestion de ce fonds.

En termes de performance, comment votre fonds a-t-il traversé ses 2 années d’existence ?
Dans un contexte de marché agité, le fonds a gagné 6,7% en 2009, surperformant son indice composite. Une exposition actions flexible (allant de 30 jusqu’à 61%), une surpondération des énergies propres (jusqu’à plus du tiers du portefeuille) et des biotech/pharma (le quart du portefeuille) confirment que le concept « santé + vert » offre un véhicule d’investissement attractif et diversifié, capable de bien se comporter dans un contexte volatile.
2010 a permis de confirmer la résistance de notre gestion. Le S&P Global Clean Energy recule de plus de 23% (volatilité de 23,16%) et le MSCI World Pharmaceuticals Biotech & Life Sciences baisse de 0,30% en jouant les montagnes russes. Le cru 2010 a en fait été marqué par une très bonne sélection de valeurs, notamment dans le secteur des énergies propres; « heure verte » que nous avons, il faut l’avouer, un peu anticipée. Nos positions dans les secteurs des technologies de la santé ont largement compensé la surpondération des secteurs verts en repli. 2010 a aussi apporté un enseignement important : il n’y a pas d’instruments de couverture liquides correctement valorisés pour nous protéger des baisses de nos secteurs. Une seule conclusion s’impose : couper !
Dans un 1er semestre 2011 marqué de morosité, notre fonds enregistre une progression de plus de 5%. Octalfa 360H&GT bénéficie de notre surpondération des marchés greentech. Malgré une réelle adversité des secteurs des technologies de la santé, notre sélection de titres s’avère particulièrement efficace et contribue favorablement à la performance globale du fonds.

Quelle actualité récente pour Octalfa 360H&GT ?
Ce fonds arrive à maturité.
En termes de gestion tout d’abord. Nous venons de préciser la référence de gestion vers plus de simplicité. Initialement, le benchmark comportait 40% de produits de taux, 30% d’actions « santé » et 30% d’actions « vertes ». En pratique, les produits de taux ne jouent qu'un rôle de transition dans des phases de marchés défavorables pour réduire la voilure aux marchés actions. Dès lors, il nous apparaît plus juste d’opter pour une référence pure action constituée à 50% du MSCI World Pharmaceuticals Biotechnology & Life Sciences et à 50% de l’indice S&P Global Clean Energy.
La maturité s’exprime aussi en termes d’encours. Avec 13 Millions d’euros sous gestion, nous atteignons une taille qui nous permet d’exprimer plus largement nos convictions et de rendre indolores les frais administratifs du fonds.
Deux ans représentent par ailleurs un historique de performance qui valide notre concept.
En conclusion, je pense que nous sommes maintenant prêts à accueillir de nouveaux investisseurs qui cherchent à valoriser de façon substantielle sur 5 ans une partie de leur patrimoine en investissant dans des secteurs d’avenir très prometteurs tout en limitant le risque qu’induit le principe même de l’innovation.


www.360am.fr
VOS CONTACTS
Ian MAC LEOD
Gérant
E-mail : imac@360am.fr
Tél : 33 1 81 69 02 11
Mob: 33 6 61 04 06 58
Jean-François VALENTIN
Directeur marketing & commercial
E-mail : jfv@360am.fr
Tél : 33 1 53 23 01 23
Mob: 33 6 50 15 64 23

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
OCTALFA 360 ENJEUX D'AVENIR 360 HIXANCE ASSET MANAGERS Véronique CROLARD Actions Monde 5.07 M€ -18.52 % -18.65 %

Articles similaires

MARC RENAUD : LA HAUSSE DES INDICES EST EN...

Après une hausse de plus de 100% ds indices européens entre mars 2009 et février 2014, la hausse des indices est en voie d’achèvement selon Marc...

29/05/2014 - Publié par MANDARINE GESTION

Actions / Interviews

LES MEILLEURES OPPORTUNITÉS SELON LES GÉ...

Q : Que pensez-vous de l'environnement macroéconomique actuel au niveau mondial ? Richard Lewis : L'environnement financier demeure inchangé dans...

20/10/2014 - Publié par FIDELITY INVESTMENT FUNDS

Actions / Interviews