En Europe, les indices actions ont stoppé leur hausse

Allocation & Stratégies de Oaksfieldpartners

06/05/2015 - Publié par OAKS FIELD PARTNERS (OFP) dans Marché Actions

En Europe, les indices actions ont stoppé leur hausse

Le rebond des prix pétroliers, les négociations sur la Grèce, les élections anglaises, la publication des résultats des sociétés pour le premier trimestre, la hausse de l’Euro, l’annonce (ou pas) d’un nouveau plan de soutien monétaire chinois, sont autant d’éléments économiques et politiques importants qui concentrent l’attention des investisseurs à court terme. La diminution sensible des rendements et primes de risques sur les marchés actions et obligataires a par ailleurs favorisé le retour de la volatilité, avec d’importants retracements des principales classes d’actifs sur la semaine. L’excès de liquidités imprimées par les banques centrales, et le momentum de création de monnaies nouvelles (BoJ et BCE) restent soutenus. Si elles permettent le soutien des prix des actifs, elles encouragent également l’instabilité et la hausse de la volatilité à long terme sous l’accélération de mouvements de capitaux internationaux plus larges. Les fonds OFP ont bénéficié des mouvements sur la semaine.

Marché de taux et de change Les marchés obligataires sont en baisse significative sur la semaine dans le sillage de la correction des marchés obligataires européens. Les taux d’intérêt à 10 ans et 30 ans en Allemagne et en France sont en hausse de plus de 0.20%. Sur le front économique les données continuent de décevoir aux Etats-Unis après la publication d’une croissance quasi-nulle au premier trimestre, l’indicateur ISM sur l’industrie reste proche de la zone de neutralité. Les prochains chiffres pour le mois d’avril seront déterminants pour évaluer la dynamique économique aux Etats-Unis au deuxième trimestre, car la faiblesse économique du début de l’année fut en partie imputée aux conditions météorologiques et aux grèves. En Europe les enquêtes de confiance se stabilisent en zone de croissance sauf pour la France et la Grèce dont les indicateurs PMI, en zone de contraction économique, sont en baisse en Avril. Les fonds OFP ont profité de la sous performance des obligations Européennes contre les obligations des Etats-Unis, l’écart de taux d’intérêt entre les deux zones s’étant contracté de près de 10 bps. Les marchés des changes ont connu des ajustements important initiés par le Dollar (USD) qui enregistre une baisse importante sur la semaine face à l’Euro et les monnaies des pays émergents. L’ajustement du Dollar est imputable aux mauvais chiffres économiques et aux importantes positions spéculative acheteuse (record dans le sens de la vente pour l’Euro également).

Marchés Actions, de Crédit et de Matières Premières

La saison des résultats des entreprises américaines est désormais bien avancée et révèle comme attendu la faiblesse de la demande. Les entreprises ont des difficultés à conserver des chiffres d’affaires en hausse et sont donc contraintes d’utiliser leur trésorerie en opération de M&A afin de voir leurs ventes augmenter ou en effectuant des rachats d’actions afin de soutenir leurs titres. Le PIB américain tout juste en croissance reflète bien cette réalité microéconomique au T1. Les perspectives données par les entreprises pour le deuxième trimestre ne sont guère encourageantes : pas de rebond prévu pour les chiffres d’affaires et le peu d’investissement réalisé ces derniers trimestres ne devraient pas leur offrir de nouveau marché. En Europe, les indices actions ont stoppé leur hausse, les négociations avec la Grèce se poursuivent et semblent encore loin de leurs conclusions. La récente hausse de l’Euro, retrouvant les niveaux de 1.12, est également synonyme de potentiel de croissance moins élevé pour les profits des entreprises (moins de part de marché gagné et moins d’effet comptable). Elles ont besoin de stabilité sur le marché des changes afin d’attirer de nouveaux clients et investisseurs. Les stratégies OFP restent concentrés sur la vente d’actions américaines, qui sont soit exposées à une éventuelle hausse de taux d’intérêt en cas d’amélioration économique (et donc à une revalorisation à la baisse selon la méthode d’actualisation), soit exposées à une dégradation des profits des entreprises (alors que les PE sont déjà très élevés). Des stratégies vendeuses d’actions japonaises et australiennes sont également conservées

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
OFP EURO SOVEREIGN BOND FUND OAKS FIELD PARTNERS (OFP) Abbas BENBOUBKER Obligations d'Etats Moyen Terme 21.76 M€ 3.94 % 3.61 %
OFP 400 OAKS FIELD PARTNERS (OFP) Emeric CHALLIER Alternatif 'Global macro' 34.63 M€ -6.26 % -5.64 %
OFP 150 OAKS FIELD PARTNERS (OFP) Emeric CHALLIER Alternatif 'Global macro' 60.72 M€ -2.20 % -1.99 %
OFP OPTIMAL VALUE OAKS FIELD PARTNERS (OFP) Sébastien LE BERRE - 4.87 M€ 4.35 % 5.03 %

Articles similaires

SURPONDÉRATION DES ACTIONS EUROPÉENNES, ...

Portée par une croissance bénéficiaire (BPA) à deux chiffres, la faiblesse des prix du pétrole, une politique monétaire accommodante et des...

14/04/2015 - Publié par RUSSELL INVESTMENTS FRANCE

Actions / Analystes et économistes

REGARD SUR LES MARCHÉS : LETTRE MENSUELLE...

Après deux mois de respiration et une nouvelle phase d’anxiété début novembre, les marchés rebondissent et semblent à nouveau croire en un...

10/12/2012 - Publié par LA FRANCAISE ASSET MANAGEMENT

Actions / Analystes et économistes