En avril, ne te découvre pas d’un fil…

Commentaire de gestion de 360 Asset Managers, avril 2012

11/05/2012 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS dans Marché Allocations d'actifs

En avril, ne te découvre pas d’un fil…

L’embellie sur les actifs financiers européens que nous avons pu connaître au cours du 1er trimestre aura fait long feu : le mois d’avril a annihilé tous les gains, mais également tous les espoirs de reprise durable, des marchés actions européens. L’Eurostoxx 50, après une baisse de 7% sur le mois, se retrouve désormais en territoire négatif depuis le début de l’année.

Entre incertitudes économiques, échéances électorales et fin de l’impact des mesures non-conventionnelles prises par la Banque Centrale Européenne (BCE) en 2011, les investisseurs ont encore une fois délaissé la zone euro.

Incertitudes économiques

Les taux longs se sont à nouveau tendus en Italie et en Espagne et les banques ont été une fois de plus attaquées, ce qui signifie que la piqûre de « morphine » de 1 000 milliards d’euros de la BCE a achevé ses effets. Manifestement, la BCE n’a pas convaincu non plus  les banques européennes de desserrer les conditions de crédit. La BCE est en fait confrontée à l’évolution divergente des économies européennes : ainsi, l’Espagne, où l’économie est retombée en récession au 1er trimestre et où le chômage atteint près de 25% de la population active, présente une situation plus que différente de celle du moteur politique et économique européen, l’Allemagne. Cette dernière, après avoir connu un taux de croissance de 3,6% en 2010 et 3,1% en 2011, affiche un taux de chômage assez faible (7%). Or en Allemagne, les taux longs ne sont orientés qu’à la baisse (1,7% sur le 10 ans à l’heure où nous écrivons), tandis que les taux espagnols – ou italiens – après avoir réagi positivement aux opérations de refinancement à trois ans de la BCE, sont revenus à des niveaux de fin 2011, avant l’annonce des LTRO, soit environ 6% pour le 10 ans espagnol par exemple.

Cette hétérogénéité de la zone euro complique la résolution de la crise, puisque les pays devant faire le plus d’efforts sont également les plus affaiblis.

Ces divergences se reflètent au niveau boursier, où la pire performance est celle du marché espagnol (-16,5%), tandis que la meilleure est sans surprise, celle du DAX allemand (+12%).

Incertitudes électorales et politiques

François Hollande a donc été élu Président de la République Française, porté par le slogan « Le changement, c'est maintenant ». Pendant quelques semaines, deux calendriers vont se chevaucher pour lui. Au plan domestique, les élections législatives vont dominer, ce qui ne va pas inciter le camp victorieux à faire des compromis sur ses promesses. Au plan international, il en va tout autrement car le nouveau Président doit trouver un modus vivendi avec ses partenaires, et surtout l'Allemagne. On peine à imaginer que François Hollande soit le porte-drapeau d'une fronde européenne anti-Merkel, anti-BCE et anti-consolidation budgétaire. Il est cependant à noter que le thème « favorisons la croissance » trouve un écho positif chez certains de nos voisins… Plus inquiétant que les incertitudes sur la composition du nouveau gouvernement est la situation politique grecque, où aucun gouvernement ne peut être formé pour le moment : les partis pro-Europe grecs (Pasok et Nouvelle Démocratie) sont passés de plus de 75% des voix lors des dernières élections législatives de 2007 contre un peu plus d’un tiers seulement aujourd’hui. La  population grecque semble préférer désormais la fuite en avant à l’ancrage européen. L’émergence de nouvelles forces politiques à l’extrême-droite et à l’extrême-gauche font passer nos extrêmes hexagonaux (Front national ou Front de gauche) pour de gentils modérés… le risque d’une sortie de l’euro de la Grèce nous semble acquis, d’autant que les pertes ont déjà été provisionnées ou comptabilisées. Mais le risque viendrait d’un effet domino et d’une contagion très rapide aux autres maillons faibles de la zone euro, où le Portugal et l’Espagne seraient désormais en première ligne. En outre, la remise en cause radicale du modèle démocratique par la population grecque pourrait s’expatrier malheureusement assez rapidement dans d’autres pays européens. A ce jour (8 mai), il est possible que les électeurs grecs soient emmenés à revoter d’ici un mois…

 

Il est à noter que les turbulences européennes ne semblent pas ébranler le marché américain où l’indice S&P 500 est en hausse de plus de 10% depuis le début de l’année. Les excellents résultats des sociétés américaines ont fait oublier les autres soucis du moment, notamment sur la conjoncture européenne. Cette surperformance devrait continuer, puisque la légère détérioration des chiffres économiques américains que nous connaissons actuellement va alimenter les spéculations sur un nouvel assouplissement monétaire.

Si les investisseurs broient du noir pour le moment, le salut pourrait toutefois venir à court terme de la BCE qui, si elle n’a pas modifié sa politique monétaire, a toutefois modifié sa rhétorique. Il n’y a pas de contradiction désormais pour Mr Draghi entre le pacte fiscal (assainir les finances publiques) et un pacte de croissance, qui aurait pour but de redynamiser les économies actuellement en récession. Les lignes commenceraient-elles à bouger en Europe ?

 

Conscients de ces épées de Damoclès, les gérants de 360 Asset Managers ont mis en place, progressivement, depuis février, une approche de gestion conservatrice.

Vision 360 a ainsi pris ses profits sur les titres high yield et considère dorénavant, dans ses décisions de gestion, le risque de hausse des taux à moyen terme qu’une inflation ne manquera pas de provoquer.

Flex 360 présente un positionnement globalement très prudent, avec une exposition nette aux actions comprise entre 30 et 35%.

Enfin, Octalfa 360 health & green technologies maintient une surpondération notable des secteurs des technologies de la santé profitant ainsi du bon parcours de ces valeurs.

Aussi, dans ce contexte, nous décidons d’étoffer notre gamme de solutions de placement, tant pour vos investissements en direct que pour ceux que vous nous déléguez au travers de mandats ou de délégations de gestion en assurance-vie.

Le mois de mai sera donc marqué par le lancement de deux nouveaux fonds particulièrement adaptés à l’actualité et ses développements :

  • VITAL : fonds défensif principalement investi en covered bonds (obligations sécurisées) de maturités inférieures à 12 mois. Les covered bonds sont des obligations garanties par un portefeuille dédié d’actifs sous-jacents ; à ce titre, Vital constitue une solution de placement d’attente débancarisée idéale.
  • ALPHANESS 360 : fonds de performance absolue dont le portefeuille est constitué de titres du S&P 500 et qui déploie une stratégie d’arbitrage actions véritablement indépendante de son univers d’investissement, selon un modèle quantitatif original et innovant développé par la société américaine Alphaness.

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
BLUE GAMMA 360 HIXANCE ASSET MANAGERS Véronique CROLARD / Philippe DOUILLET Mixtes Europe Flexible 16.59 M€ 0.04 % -1.81 %
OCTALFA 360 ENJEUX D'AVENIR 360 HIXANCE ASSET MANAGERS Véronique CROLARD Actions Monde 5.07 M€ -18.52 % -18.65 %
OPALE PATRIMOINE 360 HIXANCE ASSET MANAGERS Jean-Noël VIEILLE Mixtes Mondial Equilibre 4.53 M€ -1.85 % -3.82 %

Articles similaires

LES BRITANNIQUES VONT-ILS (SE) FAIRE LA M...

Le référendum sur le Brexit sera le facteur politique et économique le plus important de cette semaine. On retiendra d’abord que toute campagne...

21/06/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

L'EMBELLIE EST TOUJOURS LÀ …..

Ne jamais totalement désespérer ! Après un début de mois très difficile pour l’ensemble des classes d’actifs à risques, actions, matières...

02/02/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché