Edito de GSD Gestion du 25 juin 2012

Marchés et Décriptages

25/06/2012 - Publié par GSD GESTION dans Marché Allocations d'actifs

Edito de GSD Gestion du 25 juin 2012

Les marchés européens ne sont pas remis de l’indigestion d’annonces à caractère vexatoire infligées par Moody’s vendredi : dégradation de quinze grandes banques européennes dont BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole. Et la baisse plus forte que prévue de l'indice Allemand Ifo tombé à son plus bas niveau en juin depuis plus de deux ans, une évolution qui semble indiquer que la crise de la dette de la zone euro ne laisse plus l'Allemagne indemne, n’a évidemment pas inversé la tendance.

Et pourtant, parce qu’il y a un mais (où ça ?), une bonne nouvelle arrivant cette fois seule aurait pu éclairer les esprits embrumés des investisseurs. Il s’agit en effet, de la décision prise (si, si) par le conseil des gouverneurs de la BCE d'élargir la gamme des actifs pouvant être apportés en collatéraux à ses opérations (notamment certaines créances immobilières dans le cas des banques espagnoles surtout), de façon à soutenir davantage encore la fourniture de crédits aux ménages et aux sociétés non financières. Un instrument de plus dans la panoplie des mesures non conventionnelles pour huiler les rouages.

L’autre relative bonne nouvelle, les deux audits indépendants n'ont chiffré les besoins en capitaux des banques espagnoles qu'autour de 60 milliards d'euros, estimations qui apparaissent crédibles et cohérentes (à opposer aux 300 MM€ environ-à la louche-de créances douteuses) selon les « experts » bien que tout réside dans la méthodologie sur laquelle, pour le coup, nous n’avons encore aucun élément. Ces estimations permettent de lever une partie des inconnues sur le montant de l'aide qui sera sollicitée pour la restructuration du système bancaire, reste à connaître les détails techniques et les conditions de cette assistance pour finir de lever les doutes sur le processus...Aujourd’hui, l’Espagne devrait officiellement demander l’aide à ses voisins.

 

Vendredi après-midi dernier, le sommet avancé (pour que Angela Merkel, fan de la Mannschaft, puisse se rendre à Gdansk le soir même faire la hola) se tenait dans une ambiance de crise avec les principaux acteurs européens l'Allemagne, la France, l'Italie et l'Espagne pour préparer le sommet européen de la fin de cette semaine.

La BCE a annoncé qu'elle desserrait davantage ses conditions de prêt aux banques de la zone euro, dans ce qui apparaît comme une volonté de porter secours aux établissements espagnols. Attention technique : en compensation de l'allègement de ses conditions de prêt, la BCE appliquera une décote plus forte aux nouvelles obligations acceptées à compter du 28 juin et de la publication légale de sa décision, afin de réduire les risques pris.

 

 

Enfin, puisque cela commence par suffire à bien faire, comme auraient dit nos amis belges, la BCE confirme aussi sa volonté de s'affranchir des évaluations des trois grandes agences financières mondiales, Moody's, Standard & Poor's et Fitch dont les analyses sont souvent mises en cause par les responsables politiques et monétaires européens. Et oui, la vérité fait mal parfois à entendre. Enfin, il faut s’attendre tout de même à un possible retard concernant la mise en place du Mécanisme de stabilité européen (MES) qui doit entrer en vigueur le 1er juillet prochain, en raison de la position de l'Allemagne. Aargggh !!! Schauble, le ministre des finances allemand en a assez et dans un langage assez crû somme la Grèce d’arrêter de demander de l’aide et de mener des réformes concrètes et distribue les bons « poings » également à l’adresse de Monsieur Obama qui « devrait se focaliser sur la réduction du déficit Américain, qui est plus élevé que dans la zone euro ».

=> Le Cac 40 sur le plan technique : Le marché s’est à nouveau installé dans un trading range coincé entre 3120/3130 points et 3060 points (support de l’oblique haussière initiée depuis 15 jours) avec l’existence également de 2 gaps laissés béants entre plus bas 3035/3050 (MM20) et plus haut 3105/3115. Les résistances en cas d’ « euphorie boursière » se situent au-delà à 3184 (MM200)/3200points. Une sortie du range ne sera envisageable qu’à l’aune de nouvelles en provenance du prochain sommet Européen.

Article rédigé par Christophe Gautier de GSD Gestion

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
GSD MONDE GSD GESTION Mixtes Mondial Flexible 4.49 M€ 2.40 % -0.49 %
ENERGY VALUE GSD GESTION Jacques GAUTIER Actions Energie 1.69 M€ 13.84 % 8.60 %
GSD PATRIMOINE GSD GESTION Obligations Mixtes Moyen Terme 17.51 M€ 4.29 % 2.89 %
GSD FRANCE GSD GESTION Jacques GAUTIER Actions France 4.21 M€ -2.06 % -2.21 %
GSD EUROPE GSD GESTION Jacques GAUTIER Actions Europe 4.93 M€ -2.77 % -7.30 %

Articles similaires

OCTO AM : APRÈS UN ÉTÉ REPOSANT, VIENDR...

Nous voici de retour après un été relativement reposant pour les financiers. Après la dernière salve du referendum britannique fin juin, toutes...

29/08/2016 - Publié par OCTO ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

LE PÉTROLE EST PRIS ENTRE 2 FEUX

LA CITATION DE LA SEMAINE   « Ce n’est pas tant que des temps difficiles arrivent ; le changement qu’on observe est essentiellement que les...

09/05/2016 - Publié par ACTIS ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Commentaires de marché