Et si l'année 2015 était celle du crédit ?

L'analyse de Philippe HALB, PDG de Dynasty Asset Management

19/03/2015 - Publié par DYNASTY AM dans Marché Obligataire

Et si l'année 2015 était celle du crédit ?

Le rendement des obligations d’Etat étant désormais infinitésimal, il faudra clairement chercher de la performance ailleurs en 2015. Et pour les investisseurs hésitant à revenir sur les actions, le crédit est une alternative séduisante, à condition d’aborder correctement cet univers très disparate.

Début 2014, personne n’aurait sans doute parié sur une hausse annuelle de 11% constatée sur le Bund allemand. Mais toutes les bonnes choses ont une fin et, avec des taux allemands tombés aussi bas que les japonais, il faut bien se tourner vers d’autres horizons pour générer un rendement décent. Les actions ont certes démontré leur potentiel en ce début d’année, grâce à l’annonce du QE de la Banque centrale européenne. Mais le contexte de croissance encore hésitante fournit un terrain de jeu très favorable aux spécialistes des obligations privées, classiques ou convertibles

L’approche indicielle ne fonctionne pas

Encore faut-il savoir trier le bon grain de l’ivraie. Il est nécessaire de savoir s’éloigner des indices et nous avons une pure approche de bond picking, même si le bon sens nous amène à une diversification des risques entre différents secteurs. La plupart des investisseurs se ruant sur les signatures de qualité, les spreads des obligations « investment grade » se réduisent à l’épaisseur du trait : une véritable situation de bulle financière. Du côté du high yield, une véritable bipolarisation s’est opérée au cours de l’année 2014.

D’un côté, les signatures BB ont été recherchées par les investisseurs et leur rendement a eu tendance à converger vers l’investment grade. A l’inverse, les titres moins bien notés ont suscité la méfiance du marché après quelques événements retentissants comme la faillite du distributeur de téléphonie Phones4U ou le scandale financier Banco Espirito Santo au Portugal.

L’écart de rendement entre les signatures BB et B est à son plus haut historique, ces dernières offrant actuellement des taux supérieurs à 6% en moyenne.

Savoir évaluer la capacité d’une entreprise à se refinancer

Les taux de défaut des entreprises restant à des niveaux très bas (environ 2%), ce segment offre des perspectives intéressantes, de même que l’univers du non noté, moins bien suivi par les grands investisseurs, alors qu’il représente un quart du marché européen du high yield et environ 2/3 de celui des obligations convertibles. C’est là où l’expérience acquise par notre gestion, avec Eric Bozzetto, sur les marchés primaire et secondaire prend tout son sens, avec notamment une analyse crédit approfondie et dynamique, visant à évaluer la capacité de l’entreprise à se refinancer. De quoi faire la différence dans des cas de restructurations financières comme celle de la société minière Petropavlosk fin 2014. Le jour même de l’annonce d’une dilution très pénalisante pour les actionnaires, l’obligation gagnait au contraire 25 points. Dans le domaine plus spécifique des convertibles, les fusions-acquisition sont aussi génératrices de performances, parfois même supérieures à celles de l’action, comme ce fut le cas lors du rachat de la foncière allemande Gagfah. Si en plus le moteur de performance du crédit se remet à tourner, l’année 2015 sera favorable sur ce segment.

 

Philippe HALB, PDG de Dynasty Asset Management

Découvrez l'intégralité de l'étude Dynasty en PDF

 

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
SELECTION CONVERTIBLES DYNASTY AM Philippe HALB Convertibles Monde 35.06 M€ 2.82 % 2.29 %
OBLIG CORPORATE 1-2 ½ Y EURO SKYLAR FRANCE Philippe HALB Obligations d'Entreprises Court Terme 18.02 M€ 6.56 % 3.47 %

Articles similaires

FACE À LA VOLATILITÉ DES MARCHÉS ACTION...

Des perspectives économiques favorables en zone euro « Alors que la croissance américaine semble aujourd’hui plafonner en raison de gains de...

09/07/2015 - Publié par GROUPAMA ASSET MANAGEMENT

Obligataire / Commentaires de marché

ETATS, BANQUES CENTRALES ET MARCHÉS FINAN...

Si cette semaine de rentrée ne marquera pas les esprits par une activité débordante, les opérateurs, en particulier obligataires, profitant de...

05/09/2016 - Publié par OCTO ASSET MANAGEMENT

Obligataire / Commentaires de marché