Dragon, ours ou taureau ?

13/02/2012 - Publié par MEESCHAERT ASSET MANAGEMENT dans Marché Actions

Dragon, ours ou taureau ?

Le calendrier chinois a cette particularité d’associer une année à un animal. Ainsi, nous venons de passer de l’année du lapin à celle du dragon. En Occident, notre calendrier grégorien ne comporte pas de telles associations, pourtant sur les marchés, on peut avoir l’impression d’être passé de l’année de l’ours (symbole de la baisse) à celle du taureau (symbole de la hausse).

En effet, les marchés d’actions, notamment européens, semblent avoir radicalement changé de psychologie dans la nuit du 31 décembre 2011 à celle du 1er janvier 2012, ignorant les nouvelles négatives pour ne retenir que les bonnes. Ainsi, les investisseurs estiment désormais que le scénario catastrophe d’un risque bancaire systémique n’a plus lieu d’être envisagé grâce au LTRO (long-term refinancing operations) qui, de manière résumée, est une opération de transfert de risque de portefeuilles existants portés par les banques privées vers la BCE. Ainsi, les marchés considèrent que le système bancaire européen est sauvé, qu’il dispose de trois années de liquidités illimitées à taux préférentiel et donc que le risque d’un crédit-crunch et d’une récession forte s’éloigne : il est donc temps d’acheter des actions et parmi elles des bancaires et des titres de sociétés au bilan stressé. Voilà en quelques lignes le raisonnement actuel qui explique le très fort rebond des financières et de certaines cycliques industrielles et automobiles. N’oublions pas non plus que de l’autre côté de l’Atlantique, si on ne parle pas de LTRO, on évoque sans tabou la mise en place d’un QE3, ce qui en d’autres termes envoie au marché le signal qu’en cas de mauvaises nouvelles il y aura un parachute : on comprend mieux pourquoi les indices américains sont sur des plus hauts.

 

Le mois dernier j’écrivais : « le plus grand risque de cette année sera sûrement de ne plus vouloir prendre de risques, et justement, de passer à côté d’un fort mouvement de reprise. » Ce mois-ci en aura été la première illustration. Pour autant, à court terme, il peut être judicieux de ne pas tomber dans l’euphorie et d’attendre une consolidation pour se réinvestir plus sensiblement et durablement et ainsi, ne pas être pris au piège par un éventuel faux départ, comme cela fut le cas en janvier 2011…

 

Sébastien Korchia

 

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
MAM OPTIMA 25-125 MEESCHAERT ASSET MANAGEMENT Sébastien KORCHIA Mixtes Mondial Dynamique 43.86 M€ 7.93 % 10.73 %
MAM PATRIMOINE MEESCHAERT ASSET MANAGEMENT Sébastien KORCHIA Mixtes Mondial Equilibre 51.20 M€ 3.68 % 6.70 %

Articles similaires

LES 2 RAISONS DU REBOND DE LA CROISSANCE A...

Les mouvements des marchés financiers sont restés modérés pendant la plus grande partie du mois d’avril, avec un léger avantage en faveur des...

04/05/2015 - Publié par JP MORGAN ASSET MANAGEMENT (EUROPE)

Actions / Analystes et économistes

LES DISPARITÉS SUR LES MARCHÉS ACTIONS S...

Le contexte demeure favorable aux actions, notamment en zone Euro et au Japon, portés par l’intervention de leurs banques centrales. Depuis le...

12/05/2015 - Publié par CPR ASSET MANAGEMENT

Actions / Analystes et économistes