Des investisseurs toujours sous anesthésie…

21/09/2012 - Publié par GSD GESTION dans Marché Allocations d'actifs

Des investisseurs toujours sous anesthésie…

Les perfusions de Ben (Bernanke) et Mario (Draghi), les 2 frères bazooka, continuent à produire leurs effets soporifiques sur les marchés à défaut de les faire plus monter. Manifestement, les opérateurs attendaient des doses plus massives encore, ou tout simplement plus concrètes, voire plus euphorisantes. En attendant comme disait un grand philosophe en salopette, on apprend à marcher au plâtre, et il faut bien reconnaitre qu’il est nettement moins facile de courir dans ces conditions…

 

Il vaut bien avouer que la conjoncture ne facilite pas la tâche des banquiers centraux dans leur attitude bienveillante.  Les indices européens d’activité hier se sont encore inscrits en retrait à 45.9 ce mois-ci contre 46.3 en août, un plus bas depuis 39 mois (plus de 3 ans pour les forts en maths) plombés par l’activité des services confirmant la baisse trimestrielle du PIB euro de 0.6%. L’émission de 10 ans espagnol tant redoutée ne s’est pas si mal déroulée puisque, sans être sursouscrite, les espagnols ont réussi à se refinancer (hip hip hip) à des taux de 5.76% en hausse de 0.08% seulement. On apprend ce matin que l’Espagne préparerait sa demande d’aide officielle à l’Europe…

 

Il est certain que bien que les banques centrales nous aient rassurées sur leur volonté indéfectible d’intervenir aussi longtemps qu’utile avec des ressources illimitées pour sauver le monde, et cela était un préalable nécessaire on ne le répétera jamais assez, la morphine injectée à coups de méga seringues dans nos économies n’aura d’effet curatif qu’à la seule condition que le temps ainsi gagné permettent aux entreprises de rebondir et aux consommateurs de dépenser. Or, même si l’activité arrête de décliner, le niveau des finances publiques est tel que l’austérité à quelque degré que ce soit est nécessaire et aura des répercussions contre-productives. Alors quelle stratégie de sortie de crise ? D’autant que nos économies, dépendantes de telles doses de morphine, devront un jour connaitre le sevrage tant la situation des bilans des banques centrales va devenir intenable et que les décisions de hautes autorités voient surgir de plus en plus de contestations dans les rangs des rigoristes  d’Europe du Nord ou des plaines Milwaukee.

 

L’exemple le plus concret pour illustrer la difficulté des « exit stratégies » est celui expérimenté par le plus grand morphinomane de l’Histoire, l’Empire du Soleil levant (cela doit avoir un vague rapport…je me régale à l’idée d’imaginer la tête du patient lecteur qui y cherche une signification), qui depuis 1990, n’a eu de cesse d’exploser sa dette publique /Pib  pour la faire passer de 65% à 230%...Taux d’intérêt à zéro , tva rehaussée n’y ont rien fait. Le Japon a ceci de supérieur à nos économies occidentales est qu’il peut lui s’appuyer sur une population prête encore à tous les sacrifices ou presque (Fukushima à laisser des traces chez les jeunes générations) et que sa dette est essentiellement domestique.

 

Pour terminer sur une note plus optimiste, puisqu’on sait que la recovery économique prendra du temps et demandera beaucoup d’efforts des uns et des uns, on peut parier sur les faibles taux historiques auxquels peuvent se financer actuellement, sur le marché obligataire, souverains et industriels et espérer qu’avec un peu d’inflation, les nouvelles dettes contractées ces temps-ci seront rognées petit à petit dans les années à venir. Enfin, le faible niveau d’investissement moyen actuel des gestions en actifs actions devrait militer pour un sursaut supplémentaire en cette fin d’année, d’autant que le nouveau gouvernement a assuré une stabilité fiscale pour les 5 ans à venir, dans les PME en tous les cas, espérons que les promesses tiendront (pour rappel, lors du précédent quinquennat, une mesure fiscale nouvelle apparaissait tous les 10 jours ! Extrêmement préjudiciable).

 

Rédigé par Christophe Gautier

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
GSD MONDE GSD GESTION Mixtes Mondial Flexible 4.55 M€ 3.62 % 1.14 %
ENERGY VALUE GSD GESTION Jacques GAUTIER Actions Energie 1.65 M€ 11.11 % -7.85 %
GSD PATRIMOINE GSD GESTION Obligations Mixtes Moyen Terme 17.45 M€ 4.02 % 2.15 %
GSD FRANCE GSD GESTION Jacques GAUTIER Actions France 3.98 M€ -5.16 % -10.18 %
GSD EUROPE GSD GESTION Jacques GAUTIER Actions Europe 5.00 M€ -1.83 % -6.40 %

Articles similaires

ACTIS AM : MESSIEURS LES ANGLAIS, TIREZ LE...

Pas près de sortir l’article 50, Theresa May ! Rien en effet, sans un « vrai consensus national » ralliant l’autre moitié du Royaume-Uni a déclaré...

12/09/2016 - Publié par ACTIS ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

L'EMBELLIE EST TOUJOURS LÀ …..

Ne jamais totalement désespérer ! Après un début de mois très difficile pour l’ensemble des classes d’actifs à risques, actions, matières...

02/02/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché