Des idées pour libérer la liquidité stockée par les ménages

Le billet mensuel du docteur Leber, fondateur d’ACATIS, société de gestion indépendante allemande.

01/12/2014 - Publié par ACATIS INVESTMENT GMBH dans Marché Actions

Des idées pour libérer la liquidité stockée par les ménages

Richard Koo du Nomura Research Institute a démontré dans un article daté du 28 octobre dernier les erreurs de raisonnement de l’actuelle politique du déficit et la politique de la banque centrale.   Marqué par l’expérience japonaise des dernières 20 années, il en tire des conclusions pour l’occident.

Tant que les ménages et les sociétés n’ont pas des bilans équilibrés, ils ne consomment pas. Quand on est criblé de dettes comme par exemple pour un ménage qui a une maison de faible value mais avec des échéances de crédit immobilier élevées, on ne s’achète pas de voiture. Du point de vue de l’économie nationale, le désendettement est considéré comme un acte d’épargne. Cela génère des liquidités qui ne s’écoulent pas dans le système bancaire. C’est pourquoi en Irlande, en Grèce, en Espagne, au Portugal ou en Italie, les taux d’épargne sont majoritairement plus élevés que les déficits budgétaires. Le financement de la dette ne nécessite donc pas d’argent de l’étranger et ces pays sont, d’un point de vue technique, financièrement autonomes.
Comme les personnes privées font des économies, que les Etats réduisent leurs déficits et que les entreprises restent prudentes, l’argent économisé ne s’écoule pas. Pourtant, il y a beaucoup de possibilités d’utiliser cet argent de manière productive.

Il existe de nombreux projets d’investissement pertinents. En Allemagne, il suffit de penser aux routes, voies ferrées, fils électriques, réseaux de fibres de verre, infrastructures communales ou établissements d’éducation. Si l’on pouvait mettre en place un programme qui orienterait l’épargne privée dans des investissements d’avenir judicieux et rentables, on obtiendrait un effet conjoncturel rapide et un effet à long terme positif. Richard Koo souhaite atteindre cet objectif par le biais des budgets des Etats. Mais on pourrait à la place imaginer d’utiliser à cet effet les ressources de long terme des fonds d’assurances ou d’autres ressources d’épargne. Un rendement de 4% et plus est facilement imaginable. Aujourd’hui la liquidité est stockée à des taux négatifs et reste inutilisée. Des obstacles réglementaires et le manque de volonté politique s’y opposent. Les solutions sont simples et la conjoncture européenne pourrait repartir.

Articles similaires

REGARD SUR LES MARCHÉS : LETTRE MENSUELLE...

Après deux mois de respiration et une nouvelle phase d’anxiété début novembre, les marchés rebondissent et semblent à nouveau croire en un...

10/12/2012 - Publié par LA FRANCAISE ASSET MANAGEMENT

Actions / Analystes et économistes

DÉJÀ LA TRÊVE DES CONFISEURS OU BIEN ?

Les banquiers, par la voix du directeur général de l’Institut de la finance internationale- organisme, basé à Washington, représentant les...

15/11/2012 - Publié par GSD GESTION

Actions / Analystes et économistes