Dépensons mais avec bon sens !

15/01/2013 - Publié par Marc GILSON dans Marché Actions

Dépensons mais avec bon sens !

Ceux qui en avaient marre d’entendre parler de la dette des Etats, aux USA comme en Europe ou au Japon, devront se rendre à l’évidence : la fin de 2012 les avaient laissés en paix (sauf que le ‘fiscal cliff’ avait de vraies implications sur le montant de la dette) mais 2013 va remettre ce débat à la mode. Et on entendra encore tout et son contraire : la bagarre entre keynésiens et anti-keynésiens va reprendre, les tenants de la rigueur s’opposeront aux défenseurs de l’endettement obligé.

 

Le président Obama met la pression sur les Républicains afin qu’ils prennent leurs responsabilités et acceptent de relever le plafond de la dette, déjà si haut et que ces parlementaires agitent comme un épouvantail. Le Japon a moins de principes, en apparence : il fait tourner la planche à billets sans vergogne pour faire baisser la valeur du yen et inonder le marché et les entreprises de liquidités. Il préfère l’inflation à la déflation.

 

En zone euro, les pays membres sont bien obligés d’agir ensemble au travers de la BCE et de tous les mécanismes péniblement mis en place en 2012. Le rachat des dettes des Etats est à peu près le même remède que celui proposé par les USA ou le Japon. Finalement, il est bien possible que l’inflation arrivera et que la déflation s’en ira. Il faut rappeler aux Allemands que c’est la déflation des années 30 qui a amené au pouvoir le nazisme et pas l’hyper inflation qu’ils redoutent tant.

 

Les pactes sur la dette pris par les membres de la zone euro seront donc plus ou moins respectés (moins de 3% de déficit, ramener la dette à 65% maximum du PIB) mais nous pouvons dire qu’il y aura de nombreux dérapages, des exceptions durement négociées mais inéluctables, des reports de ‘bonne foi’, …

 

Il faut peut-être se décider à s’aligner sur les pratiques des blocs concurrents et se dire une fois pour toute qu’il sera moins pénible de lutter contre l’inflation ou le surendettement que d’essayer de sortir du piège de la déflation.

 

Bien d’accord avec ceux que ce débat énerve : passons à autre chose, mettons nos efforts dans la recherche d’un nouveau souffle, et tant pis pour la dépense. Promis, on fera gaffe à ne pas exagérer.

Bonne journée

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

PERSPECTIVES 2015 - DIVERGENCES

Contrairement aux attentes, le processus de guérison ne s’est pas concrétisé en 2014 en Europe. Ainsi, alors que les obligations longues ont...

20/11/2014 - Publié par UNION BANCAIRE PRIVEE (LUXEMBOURG) SA

Actions / Avis d'experts

FAUT-IL SE RÉJOUIR DE LA CONVERSION DE L?...

Tout ça pour ça ! Faut-il se réjouir de la conversion de l’Europe à la création monétaire ? Les marchés financiers l’attendaient. Depuis des...

27/01/2015 - Publié par MONTBLEU FINANCE

Actions / Avis d'experts