Croissance Chinoise en hausse pour l'année du serpent

15/02/2013 - Publié par PETERCAM (LUXEMBOURG) SA dans Marché Allocations d'actifs

Croissance Chinoise en hausse pour l'année du serpent

Fin 2012, l'économie chinoise a fait fi des craintes d'un atterrissage brutal et s'est remise à accélérer. L'année 2013 (l'année du serpent) devrait être marquée par une croissance plus importante et davantage de discussions sur les réformes structurelles. Même si le gouvernement est bien conscient de leur nécessité, cela n'en facilitera pas pour autant leur mise en œuvre.

 

La croissance du PIB s'est accélérée de 7,9% sur base annuelle au cours des derniers mois de l'année 2012, contre 7,4% au 3e trimestre. Plus important, les derniers indicateurs avancés suggèrent une poursuite de l'accélération de la croissance au cours des premiers mois de l'année 2013. Les prochaines données devraient en apporter la confirmation. Ceci étant dit, l’interprétation des données en début d’année est toujours un peu difficile dans la mesure où elles sont faussées par le Nouvel an chinois dont la date change chaque année (le 23 janvier en 2012, le 10 février en 2013). En attendant, compte tenu des dernières évolutions au niveau des prix des aliments et des matières premières, l'inflation devrait repartir à la hausse (2 % en décembre). Toutefois, comme la hausse de l'inflation devrait être plutôt modérée, le risque d'un resserrement monétaire à court terme tuant la reprise est relativement faible. Après tout, l'inflation actuelle est toujours significativement inférieure à l'objectif officiel d'inflation fixé à 3,5%. Les taux directeurs devraient donc rester inchangés au moins jusqu'à la fin du 1er semestre.

 

Les perspectives pour le second semestre incitent à davantage de prudence dans la mesure où la récente reprise a surtout été alimentée par un bond des dépenses d'infrastructures par le gouvernement en réaction au ralentissement de la mi-2012. De plus, le rythme de croissance des crédits (dont le meilleur indicateur est le ‘financement social total’ puisqu’il comprend à la fois la croissance des crédits sur et hors bilan) devrait atteindre un pic prochainement. Certes, la croissance des crédits reste inférieure à ce qu'elle était durant la crise de 2008-2009, mais les chiffres élevés de l'époque peuvent surtout s’expliquer par les efforts du gouvernement pour stabiliser le fléchissement de l'économie.

 

La croissance chinoise ayant retrouvé des niveaux de 8 à 8,5%, une nouvelle accélération de la croissance des crédits ne semble pas tenable ni souhaitable. Si la croissance des crédits devait malgré tout encore accélérer, la Chine ne tarderait pas alors à prendre des mesures, notamment à travers la stratégie de ‘window guidance’ qui consiste à inviter (forcer) les banques à limiter les octrois de crédits. Une raison d'être prudemment optimiste par rapport au deuxième semestre, toutefois, est que l'économie américaine et la plupart des marchés émergents sont prêts pour une reprise plus durable, ce qui devrait avoir un impact positif sur les exportations chinoises et, par ricochet, sur les investissements et la consommation.

 

La grande question qui se pose aujourd'hui est de savoir si la Chine peut (continuer à) progresser vers un modèle fondé sur la consommation. Le (très attendu) plan du Conseil d'État paru récemment sur la distribution des revenus traite de nombreuses questions dont la libéralisation des marchés financiers, un système fiscal plus progressiste et un système de sécurité sociale plus strict. Même si tout cela tend à montrer que les autorités chinoises sont conscientes de l'importance de tourner le dos au modèle intenable actuel fondé sur les investissements, cela ne rendra pas la tâche plus aisée pour autant. Le scénario le plus probable est à vrai dire celui de nouvelles réformes par les nouveaux dirigeants. Après tout, il est clairement dans leur intérêt de préserver la stabilité politique et de consolider le pouvoir aux mains du Parti communiste.

 

Ceci étant dit, le processus de réformes devrait se faire à la fois d'une manière très progressive et non linéaire. L'Année du Serpent ne devrait donc guère apporter de grands changements sur ce front.

 

Articles similaires

CROISSANCE RALENTIE ET BREXIT : RIEN N'ÉP...

Croissance ralentie et Brexit : rien n’épargne les investisseurs Nouvelle forte volatilité des marchés cette semaine, cette fois avec une...

22/02/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

LE MARCHÉ CONTINUE À PLÉBISCITER LE RÔ...

C'est du côté d'Espelette, lieu où les femmes aiment le goût du blanc, qu'il fallait être ce dimanche pour comprendre les effets du piment sur le...

27/10/2015 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché