Craquements suspects

15/10/2012 - Publié par FUCHS & ASSOCIÉS FINANCE dans Marché Actions

Craquements suspects

Alors que personne n’est encore capable de dire qui sera la personne choisie pour aller chercher le prix Nobel de la Paix attribué à l’UE (un choix qui devra s’opérer dans la paix des esprits…), on revoit ici et là revenir les propos dialectiques sur plus ou moins (+ ou -) d’Europe.

 

Les anglais sont sur leurs ergots concernant le rôle futur de la BCE en tant que régulateur bancaire ; car cela concernerait les 27 de l’UE et non pas seulement les 17 de l’euro-zone, ce qui pourrait conduire la Banque d’Angleterre à perdre de son pouvoir, à subir des pressions voire même des règlementations que les perfides membres du clan euro pourraient concocter en faveur de la monnaie unique et au détriment de la livre ou de la place financière londonienne ! Les Anglais sont persuadés que leurs vertus, leur volonté affichée de s’améliorer, sont récompensées puisqu’ils peuvent emprunter à taux bas sur les marchés. Alors que la réalité est plus probablement que c’est la faiblesse des économies qui dicte une politique de taux bas et qui permet à certains d’encore emprunter. On comprend que M. Draghi ait annoncé que la mise en place de la régulation serait longue de plus d’une année…

 

En Grèce, semble-t-il, les dénonciations au fisc se multiplient, les dénonciations d’étrangers en situation irrégulière aussi. Des enfants se voient refuser l’accès aux crèches ou aux écoles, des fonctionnaires sont démis. La population a exactement les réflexes que les nationalistes pouvaient souhaiter : le repli sur soi plutôt que toute forme de solidarité. Ceux qui ont pu voir le film La Rafle feront les parallèles.

 

Ce ne sont que des exemples. Mais ils se multiplient.

 

D’un autre côté, un blogueur du New York Times a attiré notre attention. Il rappelle que la ville de Venise a connu un essor sans précédent lorsqu’elle a créé ce que nous appellerions aujourd’hui un fonds d’investissement qui permettait à tout investisseurs de mettre ses moyens en commun pour développer le commerce et profiter de l’expérience de tous, de la division des risques, etc. Ce groupe d’investisseurs a décidé, à un moment donné, de fermer la barrière (La Serrata), de ne plus laisser entrer tout le monde, de rester ‘entre soi’ (membres du Livre d’Or) et de se partager le gâteau. C’est ainsi qu’a commencé le déclin de la république des doges. Et très rapidement.

 

Le blogueur fustige son pays les USA en critiquant l’écart qui se creuse entre le 1%des ceux qui possèdent et les autres. Et il prend le système éducatif comme premier signe tangible de 

l’existence d’un équivalent du Livre d’Or, relevant que l’enseignement public décline et s’appauvrit et que l’enseignement privé n’est accessible qu’à ceux qui sont déjà dans le haut du panier. Et il prédit ensuite un déroulement de l’histoire comparable au déclin de Venise qui, souvenez-vous, dominait le monde aux XIIIème et XIVème siècles.

 

Et de se rappeler aussi que Marx et Engels ont écrit que le capitalisme se vendra la corde pour se pendre. La conclusion de cet article est que les bénéficiaires du système sont les plus grandes menaces de ce système qui les a créés.

 

"It is no accident that in America today the gap between the very rich and everyone else is wider than at any time since the Gilded Age. Now, as then, the titans are seeking an even greater political voice to match their economic power. Now, as then, the inevitable danger is that they will confuse their own self-interest with the common good. The irony of the political rise of the plutocrats is that, like Venice’s oligarchs, they threaten the system that created them."

 

Mais notre camarade Karl a dit aussi : « Celui qui ne connaît pas l'histoire est condamné à la revivre ». Est-on en train d’oublier le passé ?

 

Bonne semaine,

 

Marc Gilson

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

LA FRANCE EST RATTRAPÉE!

Moody’s, après S&P, dégrade à son tour la note souveraine de la France. Ceci n’est pas une surprise et largement anticipée par le marché mais acte...

20/11/2012 - Publié par GSD GESTION

Actions / Avis d'experts

DOUOUOUZE NUIT...

Douze, douze, dououououze nuit… Cantique de circonstance mais entonné à l’intention des ministres des finances des 27 pays de l’UE qui se sont mis...

13/12/2012 - Publié par Marc GILSON

Actions / Avis d'experts