Comprendre et agir !

07/09/2015 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS dans Marché Allocations d'actifs

Comprendre et agir !

Gérer des actifs dans un contexte de volatilité très élevée n'est pas facile et nécessite encore plus de réactivité et de transparence vis-à-vis de nos clients. Depuis deux semaines l'indice de volatilité sur l'indice américain S&P500, mesuré par le VIX (Chicago Board Option Exchange), est supérieur à 30% et retrouve les niveaux des dernières crises (2008 et 2011). Cette donnée mesure le degré de risque que considèrent les investisseurs, c'est une sorte d'indice de la peur. Cette hausse a été brutale et surprenante par son ampleur car à la différence des précédentes, les causes de cette nervosité sont assez loin des considérations économiques. Les marchés par définition étant dans une dynamique d'anticipation, il faut analyser les facteurs de risques qui sont susceptibles de justifier ce scénario Hitchcockien. Dans un deuxième temps, nous devons être réactifs et exprimer notre stratégie d'investissement par rapport à nos convictions actuelles.

 

Ainsi, sur la semaine dernière, les indices européens ont terminé à nouveau en forte baisse : -3,24% pour l'eurostoxx50, -3,25% pour le CAC40 et -2,53% pour le DAX. Les marchés américains ont été aussi en baisse puisque le S&P 500 affiche une perte de 3,49%, et le Nasdaq de 3,08%. Le Nikkei a été victime de la baisse asiatique avec un repli de -7,02% et le dollar s'est légèrement réapprécié avec une hausse de +0,44%.

 

Quels sont aujourd'hui les facteurs de risques ?

Cette rentrée, pas si scolaire que cela, a été marquée par des prises de positions des banques centrales. Le premier message commun à la FED et à la BCE qui semble être bien compris par le marché est celui d'une économie mondiale en voie de ralentissement. Jeudi, Mr Draghi a ainsi abaissé ses prévisions de croissance de 0,1% en 2015, de 0,2% en 2016 et de 0,3% en 2017 pour la zone euro soit respectivement 1,4%,1,7% et 1,8%. Certes, cette croissance est timide mais nous ne rentrons pas en récession pour autant. Nous assistons ainsi à la fin d'un premier scénario positif qui était celui d'une révision à la hausse des PIB européens, mouvement enclenché depuis le début du premier trimestre 2015. Très prochainement, ce sera sûrement le FMI qui va à son tour dégrader lui aussi les perspectives de croissance mondiale tandis que la FED a aussi mis l'accent cette semaine sur une croissance modérée. Les raisons de ces ralentissements ne sont pas totalement imputables au ralentissement chinois même si cela compte évidemment. Le poids des dettes, tout autant dans la sphère publique que dans le privé, va continuer à peser alors qu'avec moins de croissance, peu de pays disposent d'une marge de manœuvre pour soutenir l'activité. Plus fondamentalement du côté européen, la baisse de l'euro devrait moins jouer favorablement sur la compétitivité des entreprises tout comme la baisse des prix des matières premières. En conséquence, n'assisterions nous pas, au plan mondial, à un alignement, cette fois " négatif ", des planètes sur une ligne de moindre croissance ?

 

Des soutiens moins crédibles et des valorisations toujours élevées

Mario Draghi a réaffirmé ce jeudi sa détermination à renforcer ou prolonger le programme de rachats d'actifs si la situation se dégradait davantage, en précisant qu'aucun membre du Conseil ne s'était prononcé en faveur d'une amplification immédiate de ce programme. La remontée du marché a fait long feu comme si cette communication n'était plus suffisante. Pour ce mois de septembre, c'est bien l'intervention de la FED qui va être prépondérante. Les derniers chiffres de l'emploi ont été moins bons qu'anticipés, avec 173K créations vs 217K attendus, mais ceci serait dû à une question de saisonnalité tandis que le point positif est la baisse du taux de chômage, passant de 5,3% à 5,1% entre juillet et août. Désormais, les investisseurs vont donc se reposer la question de l'intervention de la FED. La probabilité d'une hausse des taux dès septembre est retombée à 32%, l'idée étant que la FED ne peut resserer sa politique monétaire avec un VIX à ce niveau.

Enfin, un mot sur les valorisations, car c'est un des éléments qui reste aussi problématique en dépit de la baisse des marchés. Les niveaux de PER, ratio cours sur bénéfice, restent trop élevés et compliquent dans ce contexte plus mitigé, les recommandations à l'achat. Le S&P500 se traite en effet à 14,6 fois les résultats de 2016, le Nasdaq à 17,8 fois, le CAC à 13,2 fois et l'eurostoxx à 12,4, ce qui reste en haut des fourchettes historiques de valorisation.

 

Une nouvelle stratégie d'investissement !

Comme indiqué la hausse de la volatilité augmente concrêtement la capacité des indices (et donc des valeurs) à évoluer par à-coups brusques et imprévisibles, ce qui complique la tâche des gérants aussi bien actions qu'obligataires. Très clairement, les zones de risques reviennent et nous devons, dans une stratégie de préservation de capital, éviter d'être victimes de nouvelles baisses toujours possibles, ne serait-ce que par excès. Nous considérons que les niveaux atteints ce vendredi par les marchés sont des points de supports importants. En conséquence, si nous devions nous inscrire en dessous de ces niveaux, nous allégerions alors nos expositions aux actions pour protéger les portefeuilles. Pour l'instant nous ne pouvons pas encore donner des nouveaux points de soutien, en revanche si une nouvelle hausse intervient dans la semaine, il faudra alors être plus prudent et en profiter pour s'alléger un peu plus haut, soit environ +5/7%, ce qui nous semble devoir être le top, à court terme, de ce que les marchés actions européens peuvent désormais atteindre.

 

Lettre hebdomadaire 360Hixance am n° 155, lundi 07 septembre 2015

Par Jean-Noël Vieille

Articles similaires

LES BANQUES CENTRALES DEVIENNENT MOINS AUD...

Après deux semaines importantes où les banques centrales des grands pays ont rendu leur verdict, les marchés financiers restent finalement en...

21/03/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

TOUJOURS PLUS HAUT !

Il est étrange de retrouver les points hauts des marchés en ce début de deuxième trimestre alors que les signaux macro-économiques restent...

25/04/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché