Commentaires de gestion de 360 Asset Managers

14/09/2011 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS dans Marché Allocations d'actifs

Commentaires de gestion de 360 Asset Managers

Le CAC en baisse de plus de 25% depuis le 1er janvier, l’Eurostoxx de plus de 28%, le DAX de 26% ( au 12 septembre)..Le mois d’Août et le début septembre ont été marqué par un rapide et violent ras-le-bol des investisseurs vis-à-vis du manque de clarté des politiques économiques américaines et européennes.

Si la crédibilité politique américaine ne semble pas supérieure à celle des politiques européennes, les marchés américains ont beaucoup moins souffert de cette panique estivale puisque le Dow Jones n’est en baisse que de 4% sur la même période. « Les marchés peuvent demeurer irrationnels plus longtemps que les investisseurs ne peuvent rester solvables » : ce constat fait par Keynes s’applique tout à fait aux marchés financiers actuels où les paradoxes sont nombreux. En voici quelques-uns, parmi les plus criants.

1. Un des catalystes de la tornade boursière a été la perte partielle du AAA américain, S&P jugeant sévèrement le manque de volonté et de crédibilité politique des dirigeants américains. Paradoxalement, le mois d’Août présente la plus forte baisse des taux d’intérêt des emprunts d’Etat américains depuis 2008 (la baisse des taux à 10 ans a été de 60 bps sur le mois, les taux passant de 2,7% à 2,1% et au 12 septembre, ils sont proches de 1,9%)… . Aussi la mise en cause de la solidité financière des Etats-Unis s’est donc traduite.. par une ruée sur ces mêmes actifs, la zone Dollar ayant trouvé un malade Euro dans une situation encore plus inquiétante que la sienne.

2. La situation est quasi identique en France, où les taux longs se sont effondrés dans la foulée des taux longs allemands (les taux allemands sont également passés sous la barre des 2%, tandis que les taux longs français sont proches de 2,5% ). En revanche, la défiance vis-à-vis de la dette française s’exprime via les CDS ( Crédit Default swaps), qui sont une assurance contre le risque de défaut. Jamais cette prime n’avait atteint un tel niveau. Immédiatement après la baisse de la notation de la dette US par S&P, des rumeurs sur la dette française se sont propagées (une perte du AAA français couterait environ 5 milliards d’euros par an au budget français). Or dans l’univers des AAA, la France occupe la position la plus proche de la frontière qui la sépare de la classe inférieure. Un décrochage de la France signifierait la fin de l’ancrage à l’Allemagne.

3. Y-a-t-il encore des valeurs refuge ?? Avant la crise des dettes souveraines, les titres d’Etats de la plupart des pays de l’OCDE étaient considérés comme des actifs sans risque, tandis que les titres des entreprises (crédit et actions) étaient considérés comme des actifs risqués, le risque étant lié à la situation financière des entreprises. Depuis la crise des dettes souveraines, les deux classes d’actifs sont devenus risqués, et le risque « entreprise » devrait diminuer, les entreprises étant en meilleure santé que les Etats. Mais ce n’est pas le cas, du fait de la dépendance des entreprises auprès des banques. L’or est-il encore également une valeur refuge ? Peut-on réellement considérer un actif aussi volatil que le métal jaune (+20% depuis le début du mois d’août) comme une valeur refuge? il est à noter que pendant la débâcle de 2008, les investisseurs, en manque de liquidités, avaient massivement vendu l’or qu’ils détenaient en portefeuille…Le franc suisse, refuge parmi les refuges s’est déprécié de 10% en une seule journée, par les actions sans précédent de la Banque Nationale Suisse….Les sicav monétaires sont désormais suspectes car leur portefeuilles ne sont pas transparents. …. Le Dax allemand a subi une baisse plus importante depuis le début de l’année que l’indice des valeurs espagnoles, l’IBEX !!!!

4. Dans ce contexte, le moral des chefs d’entreprise et des investisseurs s’est effondré (L’indice, supposé précurseur de la FED de Philadelphie a connu une baisse historique au cours du mois dernier), même si l’activité économique semble encore résister et que, malgré les peurs, le « double-dip » n’est pas une certitude. Ces peurs de récession sont d’autant plus aigües qu’il n’existe pas à priori de levier classique, monétaire ou budgétaire afin de stabiliser les marchés et de soutenir l’activité économique. Cette spirale infernale est venu saper le moral des investisseurs, moral déjà miné par les tergiversations politiques…. Pourquoi le début du mois de septembre a-t-il été encore pire que celui du mois d’août ? Aux Etats-Unis, les statistiques de l’emploi ont été indéniablement décevantes, et la politique économique d’Obama est mal perçue par Wall Street. L’Allemagne d’Angela Merkel fait face à un environnement politique « complexe » et vilipende les pays du sud de l’Europe. Les politiques économiques grecques et italiennes sont faites de mensonges, de demi-tours. La BCE semble débordée, les deux hausses de taux récentes étant aussi malvenues que celle de juillet 2008, lorsqu’elle avait monté ses taux de 4 à 4,25% quelques semaines avant l’effondrement des marchés mondiaux, afin de contrecarrer la hausse du pétrole qui atteignait alors les 140 dollars. Toujours au sein de la BCE, les « rats » quittent le navire, la démission du représentant allemand, se faisant au plus mauvais moment. Mme Lagarde, qui affirmait que « les banques françaises étaient bien capitalisées l’année dernière alors qu’elle était ministre des finances, affirme aujourd’hui, en étant à la tête du FMI, que les banques européennes nécessitent une recapitalisation de près de 200 Milliards d’euros…  

Y-a-t-il des solutions ? Certainement, mais elles sont avant tout politiques. Un accord rapide au Congrès sur le plan de création d’emplois du président OBAMA, des politiques budgétaires cohérentes en Europe, une BCE moins dogmatique en matière d’inflation seraient pour le moins bienvenues. Mais la seule véritable nouvelle politico-économique que les marchés attendent afin de sortir de la crise est probablement l’annonce par l’Allemagne d’une acceptation du principe des Euro-bonds, acceptation qui serait conditionné à une Europe fiscalement plus cohérente. Si solution il y a, elle passe par un changement complet des politiques économiques. Il n’est certainement pas trop tard. Ainsi que nous vous l'avons écrit à plusieurs reprises ces dernières semaines, nous continuons de penser que les prix des obligations corporate et de certaines actions cotées que nous avons en portefeuille traduisent des liquidations forcées et donc un scénario du pire sans rapport avec des fondamentaux, certes dégradés, mais toujours sains. Cette exagération peut constituer une opportunité pour construire des portefeuilles qui sauront profiter de toute nouvelle indiquant que nous ne sommes pas à l'aube du "jugement dernier". Mais pour le moment, il convient d'être réaliste. Les investisseurs ne cessent de sur réagir en désertant à la moindre annonce tout actif lié au tissu économique (actions ET obligations). Dans un tel contexte nous maintenons dans la plupart de nos fonds les expositions aux titres obligataires comme actions que nous avons sélectionnés à la faveur de baisses que nous jugions exagérées. En parallèle, nous cherchons à amoindrir les chocs sur le capital par l'utilisation de produits dérivés. Dans les portefeuilles où nous avions acquis des produits indiciels nous n'hésitons pas à nous alléger pour reconstituer nos poches de liquidités en attente de se repositionner le moment opportun.

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
BLUE GAMMA 360 HIXANCE ASSET MANAGERS Véronique CROLARD / Philippe DOUILLET Mixtes Europe Flexible 16.68 M€ 0.73 % 0.03 %
OCTALFA 360 ENJEUX D'AVENIR 360 HIXANCE ASSET MANAGERS Véronique CROLARD Actions Monde 4.27 M€ -19.66 % -17.50 %
OPALE PATRIMOINE 360 HIXANCE ASSET MANAGERS Jean-Noël VIEILLE Mixtes Mondial Equilibre 4.60 M€ -0.35 % -1.14 %

Articles similaires

EN AVRIL, NE TE DÉCOUVRE PAS D’UN FIL…

L’embellie sur les actifs financiers européens que nous avons pu connaître au cours du 1er trimestre aura fait long feu : le mois d’avril a...

11/05/2012 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

ACTIS AM : L'E-CONOCLASTE N°36

Marchés et décryptage En ces jours de rentrée scolaire, il est bon de faire un point, ranger les gonflables et les sandales, sortir les...

05/09/2016 - Publié par ACTIS ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Commentaires de marché