Chine : doit-on s'inquiéter ?

Par Nicholas Yeo - Head of Equities (Chine/Hong Kong) - Aberdeen Asset Management

22/01/2016 - Publié par ABERDEEN ASSET MANAGEMENT FRANCE dans Marché Allocations d'actifs

Chine : doit-on s'inquiéter ?

Peu d’années ont débuté de façon si traumatisante. Au cours de la première semaine de cotation, la chute des actions chinoises a déclenché à deux reprises les nouveaux mécanismes de suspension automatique. Les marchés mondiaux ont suivi le mouvement alors que la panique s’est amplifiée.

 

Le rôle de la Chine à l’échelle mondiale est plus prépondérant qu’il ne l’a jamais été et, désormais, ses marchés financiers sont également plus influents malgré leur caractère insulaire. Les causes sous-jacentes de l’effondrement du marché renvoient à une combinaison de facteurs, récents pour certains et beaucoup moins pour d’autres.

 

Depuis l’éclatement de la bulle spéculative du marché actions l’année dernière, les autorités chinoises ont tenté une combinaison de règles, incitations et achats d’actifs afin que le marché adopte le comportement qu’elles souhaitent. En synthèse, cela revient à relever les cours des actions et à les y maintenir.

 

Mais les mécanismes de suspension automatique conçus pour atténuer l’impact de l’expiration du blocage des actions a eu l’effet inverse à celui attendu, et n’a engendré que la panique. Le 7 janvier, la bourse de Shanghai a chuté de 7 % dans la première demi-heure après l’ouverture, une ampleur suffisante pour entraîner la suspension des cotations pour le reste de la journée.

 

Les mécanismes de suspension ne sont pas propres à la Chine. Les autorités de régulation américaines les ont adoptés pendant la décennie ayant suivi la chute des marchés de 1987. Mais leurs homologues chinois ont fait l’erreur de placer les seuils de déclenchement à des niveaux bien trop prudents. Si des baisses de 5 et 7 % sont rares sur les places boursières plus traditionnelles, ce n’est pas le cas en Chine compte tenu du caractère volatil des marchés.

 

Les autorités ont souhaité limiter l’ampleur des pertes journalières, mais à chaque fois que la cotation a été temporairement suspendue après une baisse de 5 %, cela a provoqué une ruée vers la sortie qui a rendu une chute de 7 % et une suspension de la cote pour le reste de la journée presque inévitable. Les responsables ont depuis supprimé ces mécanismes - une mesure qui a apaisé les marchés - afin de redéfinir leur stratégie.

 

La perception que la Chine dévaluait sa monnaie dans le but d’atténuer les effets du ralentissement de son économie a également constitué une préoccupation. Le taux de change continental du yuan (CNY) par rapport au dollar a chuté de plus de 5,7 % depuis le 1er janvier 2015. Le taux de change offshore s’est affaibli encore davantage.

 

La faiblesse du yuan a été invoquée pour mettre en évidence le caractère perverti de l’économie. La croissance de 7 % enregistrée par la Chine est très éloignée des taux supérieurs à 10 % réalisés par le passé. Plusieurs analystes considèrent que le taux de croissance est en réalité encore plus faible.

 

Il est évident que la croissance ralentit, mais l’économie chinoise est également en cours de rééquilibrage. Le secteur des services contribue plus largement à la croissance que celui de l’industrie manufacturière. Cela signifie que la dévaluation du yuan visant à faire baisser le prix des exportations n’aura qu’un impact limité, particulièrement si les concurrents font la même chose avec leur propre monnaie. Nous estimons qu’il faudrait dévaluer le yuan entre 20 et 30 % pour que cela commence à faire une réelle différence.

 

La Chine est également en train de progresser le long de la chaîne de valeur, et elle ne met plus en avant son côté bon marché pour convaincre les investisseurs internationaux. Les salaires (et le yuan) se sont appréciés depuis quelques années et, par conséquent, de nombreux emplois peu qualifiés dans le secteur manufacturier ont déjà été délocalisés.

 

Nous pensons donc qu’il est plus utile de placer la récente faiblesse du yuan dans le contexte de la libéralisation en cours de la monnaie, plutôt que de la considérer comme un symptôme de sa dévaluation. Bien que le yuan reste sous contrôle, les forces du marché jouent désormais un rôle plus important dans la détermination de sa valorisation. C’est d’autant plus vrai que le Fonds monétaire international a enfin accepté l’année dernière de l’inclure parmi ses droits de tirage spéciaux.

 

Toutefois, les autorités monétaires chinoises ont très mal communiqué sur le sujet. Leur manque de clarté a accru la méfiance à l’égard de deux autres mesures : le recours aux réserves de devises pour défendre le yuan ; et l’orientation discrète vers un régime monétaire plus accommodant - en ancrant le yuan à un panier de devises plutôt qu’uniquement au dollar.

 

La réaction du marché actions correspond donc à la convergence de deux problématiques distinctes - unetentative bâclée d’éviter les pertes trop importantes sur les actions et les inquiétudes à l’égard de la récente faiblesse du yuan - dans la tête des investisseurs inquiets qui émettaient déjà des réserves quant à la santé de l’économie.

 

Pourtant, l’état de l’économie n’est ni récent ni particulièrement inquiétant. Elle ralentit, certes (elle affiche un taux de croissance plus soutenable), mais elle ne s’effondre pas. Nous restons convaincus que la Chine peut réaliser un atterrissage en douceur malgré les défis que représentent la hausse inévitable du volume de créances irrécouvrables, un secteur public pléthorique et inefficace et un marché de l’immobilier fragile.

 

Cela fait maintenant un moment que nous l’affirmons mais le marché actions ne reflète pas l’économie réelle. C’est l’une des raisons pour lesquelles nos fonds régionaux ont sous-pondéré les actions chinoises par rapport à leurs indices de référence. Pour être honnête, les bourses de Shanghai et Shenzhen fonctionnent comme des casinos. L’activité de trading est dominée par les investisseurs privés qui achètent sur la base des rumeurs et vendent aux premiers signes d’agitation. C’est précisément pour cette raison - les économies de millions de petits investisseurs sont immobilisées dans des actions - que les autorités de régulation ne peuvent se permettre un effondrement du marché.

 

La meilleure nouvelle de ces douze derniers mois est le sentiment des investisseurs. Ils sont de plus en plus nombreux à remettre en question la capacité des autorités à gérer le ralentissement économique. Ce récent épisode nous rappelle de façon opportune l’ampleur des problèmes de la Chine, à quel point plusieurs sujets échappent au contrôle direct des autorités monétaires et même dans quelle mesure des responsables inexpérimentés à qui l’on a confié différentes responsabilités peuvent parfois omettre de communiquer entre eux.

 

Un assainissement du marché actions est néanmoins profitable. Certes, cela peut sembler intéressé - nous sommes sous-exposés à la Chine depuis si longtemps - mais le plus tôt les cours des actions traduiront les perspectives réelles des entreprises, et plus vite le marché actions sera en mesure d’attirer des capitaux à long terme.

 

Pour l’heure, l’investissement sur le marché chinois reste délicat et nécessite un exercice de due diligence long et rigoureux.

 

CONSULTEZ LE DOCUMENT DANS SON INTEGRALITE

 

Informations importantes Les informations que contient cette brochure marketing ne constituent ni une offre ni une sollicitation en vue de conclure des transactions portant sur des valeurs mobilières ou des instruments financiers quelconques. Cette brochure n’est pas destinée à être distribuée ou utilisée par quelque personne, physique ou morale, que ce soit, ressortissante, résidente ou se trouvant dans un pays dans lequel sa distribution, sa publication ou son utilisation est interdite. Aucune information, opinion ou donnée contenue dans le présent document ne constitue un conseil d’investissement ou un conseil juridique, fiscal ou autre et ne doit servir à prendre une décision d’investissement ou autre. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les prévisions reflètent une opinion et ne sont pas basées sur la performance potentielle. Les prévisions ne constituent pas une garantie, et peuvent varier sensiblement par rapport aux évènements ou résultats réels. Tout placement financier comporte des risques, en particulier des risques de fluctuation des valeurs et des rendements. Les performances historiques et les scénarios de marché financier ne constituent aucune garantie de résultats courants ou futurs. Nous vous invitons avant toute décision d’investissement à consulter dans le prospectus la rubrique détaillant les risques associés à chaque compartiment. Le régime fiscal est fonction de circonstances propres à chaque investisseur et peut être amené à changer. Vous devez obtenir des conseils de la part d’un professionnel avant de prendre toute décision d’investissement. Le fait d’investir au niveau international peut apporter des rendements supplémentaires et diversifier les risques. Cependant, les fluctuations des taux de change peuvent avoir un effet positif ou négatif sur la valeur de votre investissement. Il se peut que les marchés émergents ou moins développés aient à affronter plus de défis d¹ordre structurel, économique ou politique que les pays développés. Ceci peut signifier que vos capitaux sont exposés à de plus grands risques. Publié dans l’UE par Aberdeen Asset Managers Limited (“AAML”). Immatriculé en Écosse sous le n° 108419. Siège social : 10 Queens Terrace, Aberdeen, AB10 1YG. Organisme autorisé et régulé par la Financial Conduct Authority du Royaume-Uni. AAML se réserve le droit d’apporter des changements ou des corrections à toute information contenue dans ce document à tout moment et sans notification préalable.

 

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

FACTEURS D'INFLUENCE DU MARCHÉ ET OPPORTU...

    L’augmentation des taux par la Fed, la période de transition de la Chine, les élections présidentielles aux États-Unis, la reprise du marché...

18/12/2015 - Publié par NATIXIS GLOBAL ASSET MANAGEMENT

Allocations d'actifs / Analystes et économistes

2015 FUT L'ANNÉE DES CRISES ÉTRANGES.

  2015 fut l’année des crises étranges. Seule une rétrospective peut nous permettre de voir clairement ce que nous avons traversé. Cela fait un...

14/01/2016 - Publié par ACATIS INVESTMENT GMBH

Allocations d'actifs / Analystes et économistes