Ceci n’est pas une pipe (Magritte)

21/01/2013 - Publié par Marc GILSON dans Marché Actions

Ceci n’est pas une pipe (Magritte)

 

Visite chez un médecin vendredi. Au détour de la conversation, une question : « en 2012 on nous a dit que c’était la crise, et je l’ai moi-même constaté, et pourtant les bourses se sont très bien comportées alors que mon épargne n’a jamais été aussi peu rémunérée. N’est-ce pas paradoxal ? ». Et ce weekend, une conversation avec mon fils, pas du tout impliqué dans le monde de la finance : « Il faudrait supprimer la bourse, c’est inutile, spéculatif, nuisible-même puisque des gens ont été ruinés »

 

Si on en croit les prévisions des grands organismes, dont l’OMC, la croissance sera encore en berne cette année. On a souvent coutume de dire que la bourse anticipe de 6 mois la situation économique. Elle a commencé son redressement en automne, et le Dow Jones par exemple est revenu sur ses niveaux d’avant Lehman : cela voudrait-il dire qu’une embellie serait à constater au printemps, contrairement à ce que pensent de nombreux économistes ? Si on écoute les gérants de fonds d’investissement, ils ont plutôt tendance à croire que les marchés vont continuer à monter probablement parce que les bourses estiment que les indicateurs macroéconomiques vont certainement s’améliorer.

 

Par ailleurs, les bonnes performances enregistrées n’ont pas attiré les investisseurs privés et même institutionnels. Le terrain de jeu reste manifestement aux mains de certains professionnels, de certains modèles de trading, de certains opérateurs ‘obligés’ d’être investis. Sa lecture n’en est donc que plus compliquée.

 

De la même manière que Magritte voulait montrer que, même peinte de la manière la plus réaliste qui soit, un tableau qui représente une pipe n’est pas une pipe mais une image de pipe qu'on ne peut ni bourrer, ni fumer, on a le sentiment que les marchés boursiers sont une représentation de la réalité économique sans en être la réalité-même.

 

Alors, à mon médecin comme à mon fils, j’ai simplement rappelé qu’une action représente une partie de la valeur d’une entreprise qui fonctionne, qui est propriétaire de biens, de licences, de clients, de savoir-faire, etc. Que sa valeur monte ou descende en bourse ne reflète pas sa valeur intrinsèque : c’est un bien tangible, pas une vue de l’esprit. Et le fait qu’elle distribue ses bénéfices est aussi une réalité palpable. Bien sûr, certaines entreprises se portent mieux que d’autres, maîtrisent mieux leur business model ou les tendances futures. Pour rester dans l’allégorie picturale, on peut comparer un portefeuille d’actions à une collection de tableaux dont on sait que certains resteront dans l’anonymat et que d’autres verront leurs prix flamber et récompenseront le collectionneur avisé, patient et cartésien.

 

Bonne semaine,

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

LE RALENTISSEMENT DE LA CHINE, LA CAUSE DU...

Depuis des années, nous nous inquiétons du risque de ralentissement prononcé en Chine et de ses retombées sur les pays et les entreprises devenus...

20/04/2015 - Publié par M&G INVESTMENT MANAGEMENT LTD.

Actions / Avis d'experts

ÇA CRAQUE ! OÙ SONT LES POINTS DE REPÈR...

L ’année dernière pratiquement jour pour jour j’écrivais "Ça va péter"* où j’évoquais les fortes probabilités d’occurrence d’une crise liée à la...

26/02/2016 - Publié par LA FRANCAISE AM GESTION PRIVEE

Actions / Avis d'experts