Ce qui s'est produit la semaine passée sur les marchés financiers est un "krach financier"

Chris Iggo revient sur le krach éclair du marché et ses conséquences

23/10/2014 - Publié par AXA INVESTMENT MANAGERS dans Marché Obligataire

Ce qui s'est produit la semaine passée sur les marchés financiers est un

«La chute du cours des actions, un dollar faible, des spreads de crédit explosifs: la semaine passée, les marchés financiers ont été aussi volatiles que cela fut le cas en mai 2012, quand la Réserve fédérale annonça son programme de tapering. C'est pourquoi, avant la fin de l'année, de nombreux investisseurs minimiseront leur risque. Cependant, des possibilités d'obtenir de bons rendements dans le segment des emprunts existent encore.»

Chris Iggo, Directeur des Investissements Fixed Income chez AXA Investment Managers

«Le meilleur terme pour désigner ce qui s'est produit la semaine passée sur les marchés financiers est probablement "krach financier". La marge commerciale des rendements des obligations du Trésor américain était alors supérieure à 40 points de base», commente Chris Iggo, Directeur des Investissements Fixed Income chez AXA Investment Manager. Il est rare que des fluctuations élevées prennent une telle ampleur, mais lorsqu'elles se produisent, les experts fournissent toutes les explications possibles, comme cela fut le cas la semaine passée: «Ebola, les anticipations déflationnistes globales, un possible allègement supplémentaire de la dette pour la Grèce, un dollar faible et le mécontentement général des investisseurs face à la politique monétaire de la BCE ne sont que quelques-uns des facteurs qui ont conduit à cette volatilité élevée», explique Iggo. Mais cela n'a pas eu lieu de manière totalement soudaine: «C'est une évolution à laquelle nous nous attendions déjà depuis un certain temps, et nous supposons que la volatilité sera également plus élevée dans les six à douze prochaines semaines que par le passé.»  

D'après Iggo, ces mouvements du marché ont conduit de nombreux investisseurs à considérer l'évolution économique globale avec pessimisme. Mais les faits parlent un autre langage, en particulier en ce qui concerne les États-Unis: «Depuis 2000, les demandes initiales d'allocation chômage ont chuté au niveau le plus bas, la production industrielle a progressé d'un point en septembre, et la Réserve fédérale rapporte que la croissance économique américaine est stable», explique l'expert en taux d'intérêt. «En dépit des faits, l'atmosphère sur les marchés des obligations s'est dégradée ces derniers mois, conduisant à une course préjudiciable pour les obligations d'état.»

Malgré l'incertitude générale, Iggo voit encore des chances pour les investisseurs obligataires: «En particulier les titres américains à haut rendement et les obligations sur les marchés émergents continuent d'offrir des opportunités de rendement.»

Articles similaires

QUEL EST LE POTENTIEL DE BAISSE DES OBLIGA...

Les rendements des obligations d’État sont extrêmement faibles à travers le monde. Le phénomène très inhabituel des rendements obligataires...

21/05/2015 - Publié par M&G INVESTMENT MANAGEMENT LTD.

Obligataire / Avis d'experts

LA VOLATILITÉ GÉNÈRE DES OPPORTUNITÉS ...

  Selon Greg Saichin, Directeur des investissements en dette émergente chez Allianz Global Investors, les obligations émergentes...

14/11/2014 - Publié par ALLIANZ GLOBAL INVESTORS FRANCE

Obligataire / Avis d'experts