C'est en touchant le fond que l'on refait surface : toute la vie est dans cette parabole.

11/10/2012 - Publié par FUCHS & ASSOCIÉS FINANCE dans Marché Allocations d'actifs

C'est en touchant le fond que l'on refait surface : toute la vie est dans cette parabole.

 

Avec la nouvelle dégradation de la note de l’Espagne par S&P, il faut bien s’attendre à une réaction négative des marchés. De plus, Alcoa s’est montré très prudent pour l’avenir de son marché (l’aluminium) en raison du manque d’appétit de la Chine. D’autres résultats publiés sont supérieurs aux attentes (Yum Brands) mais le marché, récemment douché par les pronostics pessimistes du FMI et de la Banque Mondiale,  ne retiendra que les côtés négatifs et l’aversion au risque va croître dans les jours à venir.

 

Nous pourrions donc bien toucher les planchers annoncés et trouver ainsi des opportunités pour participer à un rebond : si la descente est lente, la remontée le sera plus que probablement ; si elle est rapide… Notre dernier comité a bien recommandé d’être sur les startingblocks. Croisons donc les doigts.

 

Si vous suivez l’actualité financière et boursière sur des sites très grand public, vous aurez l’occasion de lire de nombreux commentaires venant rarement de spécialistes mais plutôt écrits avec les tripes et le cœur, sans beaucoup de jugeote il est vrai.

 

 

Chaque fois qu’un dirigeant de pays ou un patron de banque centrale s’exprime, il y a un flot de commentaires assez incroyable, frisant souvent l’insulte, qui fait clairement apparaître chez les intervenants un sentiment très net : « on ne veut pas changer, rendez-nous notre vie peinarde, que les riches paient et nous laissent en paix… ! ».

 

 

Ayant baigné dans une éducation chrétienne et persuadé que les textes anciens parlent de la nature humaine, qui ne change pas, nous avons fait l’audacieux parallèle avec une célèbre parabole, celle dite des talents.

 

 

Pensez simplement que le Maître, ce sont les générations futures (nos enfants), que le domaine du Maître c’est notre économie (européenne) et que le serviteur qui a reçu un talent, c’est justement celui regrette le temps passé. Pour les autres personnages, laissez libre cours à votre imagination et relisez donc le texte de cette parabole :

 

« Il en sera comme d'un homme qui, partant pour un voyage, appela ses serviteurs, et leur remit ses biens. Il donna cinq talents à l'un, deux à l'autre, et un au troisième, à chacun selon sa capacité, et il partit. Aussitôt celui qui avait reçu les cinq talents s'en alla, les fit valoir, et il gagna cinq autres talents. De même, celui qui avait reçu les deux talents en gagna deux autres. Celui qui n'en avait reçu qu'un alla faire un creux dans la terre, et cacha l'argent de son maître. Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint, et leur fit rendre compte. Celui qui avait reçu les cinq talents s'approcha, en apportant cinq autres talents, et il dit : Seigneur, tu m'as remis cinq talents; voici, j'en ai gagné cinq autres. Son maître lui dit : C'est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître. Celui qui avait reçu les deux talents s'approcha aussi, et il dit: Seigneur, tu m'as remis deux talents; voici, j'en ai gagné deux autres. Son maître lui dit : C'est bien, bon et fidèle serviteur; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître. Celui qui n'avait reçu qu'un talent s'approcha ensuite, et il dit : Seigneur, je savais que tu es un homme dur, qui moissonnes où tu n'as pas semé, et qui amasses où tu n'as pas vanné ; j'ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre; voici, prends ce qui est à toi. Son maître lui répondit: Serviteur méchant et paresseux, tu savais que je moissonne où je n'ai pas semé, et que j'amasse où je n'ai pas vanné ; il te fallait donc remettre mon argent aux banquiers, et, à mon retour, j'aurais retiré ce qui est à moi avec un intérêt. Ôtez-lui donc le talent, et donnez-le à celui qui a les dix talents. Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l'abondance, mais à celui qui n'a pas on ôtera même ce qu'il a. Et le serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. »

La vie est un éternel recommencement. Et il ne sera jamais possible de retourner en arrière. Tout est dit.

 

 

Tant que nous sommes dans l’éducation chrétienne, un petit clin d’œil à l’occasion des 50 ans du Concile Vatican II qui voulait moderniser l’Eglise. Ce dessin fait sourire mais, à nouveau, si on remplace les mots de l’officiant par : « la mondialisation a ouvert l’économie… », il reste aussi efficace, non ?

Bonne journée,

 

Marc Gilson

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

2016 DANS LA LIGNÉE DE 2015 ?

2015 fut une année compliquée sur les marchés financiers et l’allocation d’actif en général avec une volatilité en hausse sur les principales...

14/01/2016 - Publié par DEGROOF GESTION

Allocations d'actifs / Avis d'experts

LA TENDANCE AU RALENTISSEMENT DE LA CROISS...

Luxembourg, le 9 mai 2016 – Etant donné que la plupart des entreprises sont devenues maîtres dans l’art de la gestion des attentes des analystes,...

11/05/2016 - Publié par BLI - BANQUE DE LUXEMBOURG INVESTMENTS S.A.

Allocations d'actifs / Avis d'experts