Brexit : faut-il sortir des marchés financiers anglais ?

04/04/2016 - Publié par Jérôme BOUMENGEL dans Marché Autre

Brexit : faut-il sortir des marchés financiers anglais ?

L’incertitude créée par le scénario d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, a déjà commencé à se faire sentir dans l’économie réelle. Un certain nombre de projets d’investissement ont été mis en sommeil, notamment dans le secteur de la construction.

Concernant les marchés financiers, c’est surtout sur le marché des changes que l’incertitude est visible. La livre sterling s’est en effet fortement dépréciée par rapport à l’euro, lequel est en progression de 9% depuis le début de l’année. Pour les autres classes d’actifs, la situation reste sous contrôle.

Si les actions anglaises souffrent depuis l’été dernier, c’est également le cas des autres marchés européens. On remarquera par ailleurs que depuis le début de l’année, le Footsie est en surperformance par rapport à l’indice Stoxx50. L’annonce du référendum n’a donc pas eu d’impact négatif sur les actions anglaises.

 

Le constat est identique pour les emprunts souverains du Royaume-Uni. Le prix des Gilts surperforme celui des emprunts d’Etat de la zone euro. Cette situation, qui perdure depuis 2015, n’a pas non plus été remise en cause par l’annonce du référendum.

 

La situation est plus nuancée du côté des corporates. Rapporté au prix des obligations d’entreprise de la zone euro, celui des corporates anglaises a quelque peu décroché en début d’année. Néanmoins, le récent rebond du ratio relatif laisse intact la tendance légèrement haussière présente depuis 2014.

 

Il n’y a donc que sur le marché des changes où la situation s’est détériorée. Mais si le taux de change de l’EUR/GBP est remonté à son niveau de novembre 2014, l’euro demeure encore dans une solide tendance baissière face à la livre. Les graphiques indiquent un seuil de résistance important à 0,83£.

Or si ce seuil était enfoncé, cela remettrait en cause le mouvement de retour de la parité EUR/GBP sur sa valeur d’équilibre, engagé à partir de 2010. Le chemin serait alors ouvert pour une nouvelle et forte appréciation de l’euro en direction de 0,94£.

 


J'estime toutefois que ce n’est qu’en cas de Brexit qu’un tel scénario se réaliserait. Or pour l’heure, les bookmakeurs donnent une cote de 2 contre 1 pour le Brexit et 2 contre 5 pour le maintien dans l'UE, suggérant ainsi qu'il est plus probable que le Royaume-Uni reste dans l'UE.

Je ne vois donc pas de raisons pour sortir des marchés anglais.

 

© Copyright Jérôme Boumengel  -  Pour toute reproduction ou toute citation, le nom de l’auteur et la source devront être mentionnés.

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

ABERDEEN

Cette ville du Nord de l’Ecosse est un port de pêche aux maisons de pierres grises ornées de pétunia et aux rues longées de commerces cossus. Dans...

19/02/2016 - Publié par ENTHECA FINANCE

Autre / Analystes et économistes

UNE DÉCEPTION POURTANT PRÉVISIBLE...

Une déception pourtant prévisible... Depuis fin novembre, en particulier dans notre dernier hebdo, nous mettions en garde sur l’attente beaucoup...

08/12/2015 - Publié par OCTO ASSET MANAGEMENT

Autre / Analystes et économistes