Benoist Lombard : " L'avenir est au service à haute valeur ajoutée ".

Entretien avec Benoist Lombard, Président de la Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine (CNCGP), ex CIP.

01/03/2016 - Publié par OPCVM360 dans Marché Actions

Benoist Lombard :

La Chambre syndicale des conseils en gestion de patrimoine qui deviendra en 2015 : La Chambre Nationale des Conseillers en Gestion de Patrimoine (CNCGP).  A été crée en 1978 ayant pour vocation d’assurer : la défense de la profession, le développement du métier et  de constituer un label de référence protecteur des épargnants. Benoist Lombard a succédé au départ tragique de Thierry Moreau, il a été élu à l'unanimité le 7 avril 2014.

Combien avez-vous d’adhérents aujourd’hui et quel type de sélection avez-vous mis en place ?


Nous avons 1.313 personnes morales et 1.952 personnes physiques sont membres de la CNCGP au 31 décembre 2015. Les postulants doivent être des acteurs pluridisciplinaires dont la somme des qualifications ouvre droit à l’adhésion de notre syndicat composé exclusivement de CGP.

Chaque adhérent doit disposer des capacités professionnelles requises pour pouvoir exercer chacun des métiers régulés distinctement : celui de CIF, de courtier en assurances, d’IOBSP  ou d’agent immobilier. En outre, comment exercer notre métier de CGP sans la CJA ? Nous la demandons  à nos membres afin qu’ils puissent donner des consultations juridiques dans le cadre de leurs missions.

Nos statuts et notre règlement intérieur encadrent strictement le candidat à l’adhésion. Il doit constituer un dossier de candidature téléchargeable sur notre site et l’adresser au pôle Admission. Parallèlement, nous l’accompagnons dans les démarches auprès de l’ORIAS afin qu’il puisse obtenir l’immatriculation nécessaire à l’exercice de chacune des activités de CIF, de courtier en assurances, d’IOBSP.

Il doit concomitamment prendre un rendez-vous avec le Président de région dont il dépend, pour un entretien.

La personne en charge du pôle Admission valide la complétude du dossier et son éligibilité à la commission d’Admission (respect des critères requis à l’admission).

Chaque mois, la commission d’Admission se réunit pour examiner les dossiers.

Les personnes morales et physiques agréées par la commission sont enfin soumis à la validation du Conseil d’administration, à la suite de quoi la Chambre délivre une attestation d’agrément.  

Les nouveaux adhérents signent un code de déontologie et s’engagent à suivre les 25 heures annuelles de formation.

 

Peut-on être membre de CNCGP sans être CIF ?

La CNCGP est une association de CIF agréée par l’AMF composée, je le rappelle, exclusivement de CGP dont l’approche métier correspond à la définition du CIF. Dès lors comment prétendre exercer notre activité en excluant l’agrément CIF ? Seul le CGP CIF est à même de mener une approche globale auprès de son client.

 

Il semblerait que certains cabinets renoncent au statut de CIF -trop contraignant en réglementations, formations et formalités administratives -  pour devenir Courtier COA.

Pouvez-vous me confirmer cette information et le pourcentage de cette mutation ?

Un constat : chaque année depuis ma mandature, le nombre d’adhérents à la CNCGP augmente. Or tous les membres sont CIF. Vous avez bien fait d’employer le conditionnel car je réfute votre affirmation.

Votre question, quant à elle, mérite d’être abordée sous deux angles :

1.   Lors de l’entrée en relation avec un client, le CGP ne connait pas l’issue de sa mission, laquelle résultera des travaux qu’il mènera suite à l’analyse des besoins exprimés. Si le conseiller renonce au statut de CIF, il exclue du champ de son analyse un pan de prestations justement régulées par le statut de CIF. Dès lors, il ne peut prétendre ni à l’impartialité de ses conseils, ni à la qualification de CGP.

2.   DDA vient d’être adoptée par le législateur européen. Les contraintes de notre statut CIF nous préparent à celles qui s’appliqueront à notre métier de courtier en assurances lors de la transposition de DDA. Qui souhaiterait aujourd’hui refuser de se préparer à demain ?

 

Ne pensez-vous pas également que dans un avenir proche les COA  seront voués à une situation identique ?

Je le réaffirme : la transposition de DDA dans notre droit national imposera au COA une régulation similaire à celle que nous dictera MiFID2. Sous le seul aspect réglementaire, l’ex-CGP qui abandonnerait son statut CIF effectuerait un choix stratégique périlleux.

 

Vous avez des Présidents de Région couvrez-vous toutes les régions de France ? Pouvez-vous me définir le rôle du Président de Région et vos attentes pour 2016?

La CNCGP est organisée en 17 régions sur toute la France. Les présidents de région, épaulés par 5 administrateurs régions, sont de véritables relais de proximité entre la CNCGP et les adhérents.

Ils sont en charge de l’animation de leur territoire et, nous l’avons vu, accompagnent les candidats à l’admission dans la préparation de leur dossier et formulent leur avis consultatif sur le postulant.

Vous le savez, la formation des conseils en gestion de patrimoine demeure une priorité pour la Chambre. Elle garantit à ses adhérents un haut niveau de qualification à même de leur permettre d’exercer leur métier pluriel dans toute sa complexité. Ainsi au cours de l’année 2015, la Chambre a organisé six Universités animées par les administrateurs et présidents de région.

 

Quelles sont les avancées des travaux de la CNCGP sur MIFID2 et les principales négociations actuelles auprès de : Bercy, Bruxelles et l’AMF ?

Concernant MiFID2, après son adoption le 12 juin 2014, l’année 2015 a été consacrée à l’élaboration des mesures de niveau 2, c’est-à-dire les actes délégués de la Commission et la transposition nationale des dispositions qui doivent l’être. Le texte de niveau 2 de la Commission doit intervenir durant le premier semestre 2016 et la transposition en droit national, dans le Code monétaire et financier, doit se réaliser, si le calendrier actuel est maintenu, avant le 2 juillet 2016. L’entrée en application de MiFID2, initialement fixée le 3 janvier 2017, devrait être retardée d’un an en raison de la complexité des dispositifs à mettre au point. Une demande en ce sens a été formulée par la Commission mais nécessiterait une nouvelle directive sur ce point précis.

La CNCGP est associée à cette évolution par son action quotidienne au sein du BIPAR, la Fédération européenne dont elle est membre et par ses contacts directs avec les acteurs de la législation européenne, notamment les parlementaires européens influents.

Outre MiFID2 ; plusieurs autres règlementations européennes sont également en cours d’adoption, en particulier la directive DDA qui concerne les produits d’investissements assurantiels et le règlement PRIIPs pour les informations accompagnant la distribution des produits financiers. Nous travaillons actuellement sur 10 textes européens dont 5 sont des consultations transversales. Pour ces textes, tout autant que pour MiFID2, la CNCGP rédige des propositions et actionne ses réseaux afin que nos positions puissent être retenues.

La Chambre est par ailleurs en contact constant avec l’administration française et l'AMF pour faire connaitre nos préoccupations : préparation de la transposition des textes européens, régulation des Fintech, nécessité de faire évoluer le statut des CIF, statut futur des CGP, etc.

Comme vous pouvez l’imaginer, toutes ces actions accaparent la majorité de mon temps et la totalité de celui de notre conseiller, Guy de Panafieu, recruté pour agir dans ces domaines. Ce qui me fait affirmer que nous travaillons non seulement pour nos membres mais aussi pour l’ensemble de notre écosystème.

 

Ne pensez-vous pas que le nombre d’associations représentatives de votre profession peuvent ralentir  les négociations et  travaux en cours. Ne serait-il pas préférable pour défendre la profession de parler d’une seule voix en regroupant les 3 ou 4 associations les plus représentatives ?

Au  niveau national, de nombreux contacts sont établis avec nos autorités de contrôle, Direction générale du Trésor, AMF, ACPR et Matignon.

En septembre et en décembre 2015, sous l’égide de l’AMF, des réunions de concertation avec les autres associations de CIF pour préparer la transposition de MiFID2 se sont tenues.

Ces réunions permettent de nous concerter entre associations de CIF, ce dont je nous félicite. Je constate à cette occasion la grande diversité de compétences de nos interlocuteurs.

Car, force est de constater que dans les couloirs bruxellois, ou dans les réunions avec les associations représentatives des acteurs de notre écosystème, je ne croise pas souvent, et c’est un euphémisme, mes homologues, ou leurs représentants.

Je vous rappelle que la CNCGP est l’association qui consacre le plus de moyens financiers et humains à nos actions de lobbying avec notamment l’embauche à temps plein de Guy de Panafieu.

Nous participons ainsi à l’élaboration d’un cadre règlementaire protecteur des intérêts des épargnants et prenant en compte les contraintes de notre profession de CGP.L’avenir éclaircira le paysage.

 

Quel est le nombre annuel de cabinets contrôlés et combien sont radiés ?

Lors de sa demande d’agrément en qualité d’association chargée de la représentation collective de CIF, la Chambre s’est engagée auprès de l’AMF à diligenter des contrôles-qualité sur site au moins une fois tous les 5 ans.

Les contrôles-qualité permettent de s’assurer que tous les cabinets respectent les obligations légales et déontologiques et de les aider à s’y conformer. En 2015, 303 contrôles sur site ont été diligentés.

Le cas échéant, pour chaque contrôle, la CNCGP :

-  élabore une fiche de synthèse des manquements observés et des propositions de mise en conformité suivant un calendrier défini,

-  suit les mises en conformité,                                                                  

- transmet, en cas de non régularisation, le dossier à la Commission Arbitrage et discipline.

Chaque année, les rapports d’audits sont en constante amélioration, le retour des contrôleurs est positif et les manquements constatés sont continuellement en diminution.

C’est la raison pour laquelle, en 2016, moins de 1% des cabinets ont fait l‘objet d’une procédure disciplinaire et aucun n’a été radié. Je vous précise que toute sanction disciplinaire fait systématiquement l’objet d’une information à l’AMF.

 

Quel regard portez-vous sur les Fintech ?

Sur les Fintech, à titre liminaire, la Chambre est favorable à la FinTech régulée et notamment aux plateformes de crowdfunding avec qui elle entretient d'excellentes relations, comme en témoigne la présence de FPF (Financement Participatif France) au Congrès de la Chambre du 22 mars 2016. Nous cantonnerons donc les développements qui suivent aux seuls robo-advisors.

Au niveau réglementaire, la question n’est pas de craindre l’apparition des Fintech mais de savoir si tous les acteurs, soumis au même statut de CIF, sont traités équitablement.

C'est-à-dire qu’il faut s’assurer qu’un robo-advisor qui épouse le statut de CIF plutôt que celui de SGP ou de PSI, respecte le parcours client extrêmement balisé qui nous est imposé par notre autorité tutélaire. S’il ne doit pas y avoir, bien entendu, de distorsion de concurrence, il nous paraît également illusoire de prétendre respecter les obligations règlementaires du CIF sans jamais rencontrer le créancier de cette prestation.

Au niveau de l’offre, le métier de CGP est bien plus large que celui du conseil en allocations d’actifs que revendiquent les robo-advisors. L’ingénierie patrimoniale doit s’articuler à l’ingénierie financière. Cette dernière, sans la première, n’est pas du conseil en gestion patrimoniale. Et il faut toute une intelligence juridique, fiscale, pour compléter l’intelligence financière. Cette dernière n’a de sens qu’accompagnée d’intelligence humaine et d’intelligence de situation.

Comment envisagez-vous l’avenir de votre profession ?

La profession de CGP a de très belles années devant elle tant les investisseurs privés sont avides de conseils éclairés, dispensés par des prestataires hautement qualifiés, continuellement formés et informés. L’évolution du chiffre d’affaires de nos adhérents le prouve : il est en constante augmentation. Nos clients nous sont fidèles, nous recommandent, car nous sommes compétents et pérennes. L’avenir est au service à haute valeur ajoutée et le CGP est le professionnel le plus qualifié en la matière.

www.cncgp.fr

Propos recueillis par Chris Rhand – OPCVM360

Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

ENTRETIEN AVEC LE GÉRANT IAN MAC LEOD

Entretien avec Ian Mac Leod, gérant du fonds Octalfa 360 Health & Green TechnologiesBonjour Ian.  Pouvez-vous nous décrire en grandes lignes le...

18/07/2011 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Actions / Interviews

TURBULENCES AU JAPON - 3 QUESTIONS À JEAN...

En forte hausse depuis un an, les marchés japonais subissent une forte correction ces derniers temps. Qu’en pensez-vous ?   Le marché des...

09/07/2013 - Publié par RMA ASSET MANAGEMENT

Actions / Interviews