La volatilité est plus forte et risque de durer

Axa Investment Managers

24/10/2014 - Publié par AXA INVESTMENT MANAGERS dans Marché Actions

La volatilité est plus forte et risque de durer

Avec la normalisation de la politique monétaire américaine, nous prévoyons des volatilités plus élevées que l'année passée, en particulier pour les actions

Dans cette étude, nous étudions le niveau auquel elle devrait se situer étant donné les fondamentaux et donnons une prévision de sa trajectoire pour les actions, les obligations et le change d'ici fin 2015.


Alors que la volatilité était basse, les craintes sur la croissance l'ont récemment fait remonter à des niveaux plus vus depuis 2012. Philippe Argou, Mathieu L'Hoir and Ombretta Signori analysent où elle devrait se situer aujourd'hui et en 2015 étant donné les fondamentaux macro. Ils concluent qu'avec la normalisation de la politique monétaire américaine, les volatilités des obligations, du change et surtout des actions devraient être supérieures à leur moyenne sur l'année écoulée, et suggèrent de profiter des niveaux faibles de volatilité implicite de long terme au travers d'options.


Points Clés

Ce qui rend les dernières années si spéciales est que les volatilités des actions, des obligations et du change évoluent conjointement, suggérant l'existence de facteurs communs.

Ces facteurs se classent dans trois catégories, i) la position dans le cycle des affaires, ii) l'incertitude des marchés et l'aversion au risque, et iii) les politiques non conventionnelles des banques centrales.

A la lumière des fondamentaux et notamment de la politique monétaire américaine, notre analyse indique que la volatilité des obligations est aujourd'hui à peu près conforme aux anticipations tandis que celle des actions et du change a sur-réagi.

Nos projections montrent qu'avec la normalisation de la politique monétaire américaine, toutes les volatilités observées devraient être, en moyenne, supérieures fin 2015 à leurs valeurs moyennes sur les 12 derniers mois. Cette hausse devrait être plus marquée sur les actions (passant de 10% en moyenne à 17%) que sur les obligations (de 5% à 7%) et le change (de 4% à 5%).

Cette hausse attendue de la volatilité n'est pas suffisante pour justifier une position longue sur des instruments de volatilité de maturité courte. Il est cependant intéressant de profiter des niveaux faibles de volatilité implicite de long terme au travers d'options de maturité longue.


Par Philippe Argou, AXA Derivatives, Mathieu L'Hoir, Stratégiste (Actions) & Ombretta Signori, Stratégiste (Taux d'intérêt, Obligations d'Etat, Indexées) - AXA Investment Managers

Télécharger notre Investment Research : Une volatilité plus forte destinée à durer


Fonds associés

Aucun fonds associé à cet article. Si vous souhaitez associer votre fonds à l'article, contactez-nous.

Articles similaires

ENTHECA FINANCE : UN ÉTÉ CALME

La semaine du 12 août au 19 août 2016 a été rythmée par les discours des banques centrales qui restent attentistes. On retiendra les points de vue...

22/08/2016 - Publié par ENTHECA FINANCE

Actions / Commentaires de marché

LES OBLIGATIONS SOUVERAINES AMÉRICAINES R...

Dans un environnement de taux durablement bas, l’équipe Multi-Assets de Nordea Asset Management souligne les vertus protectrices des obligations...

14/12/2015 - Publié par NORDEA INVESTMENT FUNDS

Actions / Commentaires de marché