Amélioration des perspectives pour les marchés émergents

11/01/2013 - Publié par PETERCAM (LUXEMBOURG) SA dans Marché Autre

Amélioration des perspectives pour les marchés émergents

L'histoire récente a montré que l'activité économique des marchés émergents restait étroitement liée au cycle d'activité dans les pays industrialisés classiques. Comme la reprise aux États-Unis s’intensifie, les marchés émergents semblent promis à connaître un redressement de leur activité économique en 2013. Inutile toutefois d’espérer un retour aux taux de croissance spectaculaires observés avant la crise de 2008-2009.

 

Notre indicateur précurseur pour les marchés émergents, qui associe indicateurs de confiance et conditions financières pour un large éventail de marchés émergents (mais ne contient pas de prévisions !), a clairement progressé ces deux derniers mois, signe d'une augmentation de l'activité économique au cours des prochains mois. Bien sûr, l'indicateur a déjà connu plusieurs faux départs au cours du deuxième semestre 2010 et début 2012. Néanmoins, il existe aujourd'hui plusieurs bonnes raisons de croire que la récente évolution positive pourrait trouver un prolongement en 2013 :

 

  • La situation aux États-Unis revêt une importance toute particulière dans ce cadre. Tout d'abord, et malgré toute l'incertitude à court terme entourant le débat budgétaire, un accord de dernière minute apparaît comme l'issue la plus probable. Ceci, à son tour, ouvrira la voie à une reprise plus durable aux États-Unis, les bilans des ménages et des sociétés affichant aujourd'hui une belle santé.

 

  • Une autre raison d'être plus positif cette fois a trait à la relative faiblesse des pressions inflationnistes sur les marchés émergents, ce qui devrait largement permettre aux banques centrales de maintenir leur politique monétaire accommodante. Une situation qui contraste avec 2010 quand plusieurs pays émergents avaient commencé à montrer des signes de surchauffe. Le resserrement monétaire (dans certains cas agressif) qui avait suivi avait alors grandement contribué à faire dérailler la reprise économique.

 

  • Enfin, l'économie chinoise n'est plus en phase de ralentissement. Le passage à vide de 2012 a également eu un impact négatif clair sur d'autres pays émergents. Aujourd'hui, le risque d'un atterrissage brutal à court terme a sensiblement diminué. En fait, la croissance économique accélère à nouveau, ce qui devrait soutenir la croissance dans d'autres pays émergents.

 

Comme dit plus haut, les chances de voir les marchés émergents renouer avec les taux de croissance spectaculaires de l'avant-2008 sont aussi extrêmement faibles. Une des raisons est qu'une grande partie de la zone euro est toujours en récession. De même, les taux de croissance à deux chiffres de la Chine avant la crise font aujourd'hui partie du passé. Enfin, last but not least, la faible croissance de ces dernières années a aussi laissé apparaître certaines faiblesses structurelles dans plusieurs pays émergents.

 

Néanmoins, l'amélioration de la tendance au niveau de notre indicateur précurseur associée aux perspectives positives pour les États-Unis permet d’envisager une accélération évidente de l'activité économique dans tous les pays émergents en 2013.

Articles similaires

LA PLUS IMPORTANTE CRISE FINANCIÈRE RUSSE

Dernier hebdo 2014 avant la traditionnelle « trêve » des confiseurs et un repos bien mérité des portefeuilles financiers après plusieurs mois de...

22/12/2014 - Publié par OCTO ASSET MANAGEMENT

Autre / Commentaires de marché

LES SOUVERAINS SURNAGENT AU DÉTRIMENT DE ...

Alors que nous mentionnions la semaine passée la dichotomie entre finance et économie, investissements et spéculation, volatilité et long terme,...

08/02/2016 - Publié par OCTO ASSET MANAGEMENT

Autre / Analystes et économistes