Quelles seront les implications pour le marché du crédit ?

Allocation Obligataire Novembre 2013

23/12/2013 - Publié par YCAP ASSET MANAGEMENT dans Marché Obligataire

Quelles seront les implications pour le marché du crédit ?

Les politiques des banques centrales ont une fois de plus occupé le devant de la scène au mois de novembre. Lors de la réunion du 7 novembre, la BCE a contre toute attente annoncé la baisse du taux de refinancement de 25 bps à 0,25 % et a assuré qu’elle était disposée à davantage les baisser si la reprise économique était menacée ; l’institution prévoit par ailleurs une période prolongée de faible inflation en zone euro.

 

Cependant, les anticipations de réduction de rachats d’actifs par la FED ont rapidement réduit l’appétit pour le risque provoqué par l’annonce de la BCE. Suite aux discussions sur la normalisation de la politique monétaire de la Fed, les obligations d’entreprises ont stagné sur la majeure partie du mois avant de finir sur une note légèrement positive. Compte tenu du peu de liquidité sur le marché secondaire, les investisseurs ont continué de s’orienter vers les nouvelles émissions d’obligations d’entreprises qui ont pleinement bénéficié de l'environnement des taux bas, de la désintermédiation du financement des entreprises et du désendettement des banques. L’année 2013 a été l’une des plus favorables depuis 2001 pour le marché primaire comme en témoigne le montant des émissions à fin novembre : les non-financières IG enregistrent 182 milliards d'euros et les HY 66,5 milliards d’euros.

 

Dans un contexte économique favorable, les indices de CDS maintiennent leur tendance positive. Les spreads de crédit se sont de nouveau resserrés pour atteindre leur plus bas niveau de ces dernières années. Pour la première fois depuis le début de l’année 2010, l'indice iTraxx Senior Financial franchit le seuil des 100 bps et l'indice ITraxx Main termine le mois sous la barre des 80 bps.

Quelle sera la suite?

La dynamique de la croissance mondiale sera déterminante pour les marchés financiers. L’amélioration du contexte macroéconomique, bien que modérée, devrait bénéficier aux obligations d’entreprises. Les principaux risques qui pèsent sur les perspectives de croissance mondiale sont d’ordre politique (politiques monétaires des banques centrales et politique fiscale américaine) mais reposent également sur les économies des pays émergents qui accusent un déficit de leurs balances courantes.

 

Dans un tel contexte, l’OCDE a nettement réduit ses prévisions de croissance mondiale pour 2013 et 2014. Le ralentissement des économies des pays émergents, particulièrementl'Inde et le Brésil serait à l’origine de ce nouveau scénario. L’institution prévoit désormais une croissance de 2.7% en 2013 et 3.6% en 2014 alors que les prévisions établies en mai tablaient sur 3.6% et 5.8%. En zone euro, l’économie devrait afficher -0.4% en 2013 (en mai l’institution prévoyait -0.6%) et afficher +1.0% en 2014. Notons également, que l'OCDE dévoile pour la première fois ses prévisions pour 2015 ; l'économie mondiale devrait connaitre une croissance de +3.9%. Les États-Unis devraient afficher une croissance de +3.4%, la zone euro de +1.6%, le Japon de +1% et la Chine de +7.5%.

 

A travers son rapport, l'OCDE recommande aux pays émergents d’accélérer le rythme des réformes afin de lutter contre la fragilité de leurs économies. Par ailleurs, elle suggère à la FED de continuer à injecter des liquidités jusqu'à une amélioration des perspectives économiques et de maintenir ses taux bas jusqu’en 2015.

 

Selon l'OCDE, La reprise économique en zone euro est « retardée et inégale» selon les régions ; la BCE pourrait envisager d'assouplir davantage sa politique monétaire si les risques déflationnistes augmentent.

Quelles seront les implications pour le marché du crédit ?

Décembre présentera deux semaines d’activités significatives sur les marchés durant lesquelles les nouvelles émissions devraient faire l’objet de toute l’attention des investisseurs.

 

Jusque-là, 2013 a été favorable au marché du crédit : les indices obligataires IG et HY enregistrent respectivement +2.7% et +8.65% à fin novembre.

 

Le contexte actuel caractérisé par une faible croissance, des taux de rendement et d’intérêt bas continue d’être favorable au marché du crédit européen, particulièrement aux titres à haut rendement. Dans l’environnement actuel, les taux devraient rester figés à leur niveau mais pourraient être revus à la baisse; les obligations IG et HY devraient continuer d’être favorisées par les investisseurs. Malgré la diminution à venir des rachats d’actifs par la Fed, nous maintenons nos recommandations positives à l’égard des obligations d’entreprises.

 

Décembre 2013

Articles similaires

OCTO AM : ACCORDER, PAR DÉPIT, DU CRÉDIT...

Alors que les semaines s’écoulent sans information économique suffisamment significative pour éclipser les échéances politiques majeures tant en...

12/09/2016 - Publié par OCTO ASSET MANAGEMENT

Obligataire / Commentaires de marché

MARIO DRAGHI ANNONCE UN... QUASI-ECHEC DU ...

A défaut de sauver, ou même de simplement réamorcer l’économie réelle, Monsieur Draghi aura une nouvelle fois sauvé ses ex-collègues financiers en...

26/10/2015 - Publié par OCTO ASSET MANAGEMENT

Obligataire / Commentaires de marché