360 Hixance AM : Rebond des places européennes mais doutes sur la conjoncture américaine !

06/09/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS dans Marché Allocations d'actifs

360 Hixance AM : Rebond des places européennes mais doutes sur la conjoncture américaine !

Les bourses européennes viennent de retrouver la semaine dernière leur niveau d’avant Brexit, preuve s’il en est que les mouvements de marché relèvent plus de l’ordre de la psychologie que d’une réelle anticipation des évolutions économiques. Les marchés se sont rassurés en raison de la réaction des banques centrales qui ont constamment apporté leur soutien en octroyant des liquidités massives. La bourse de Londres a ainsi connu depuis le Brexit une progression de 8% contre une stabilité pour les autres places européennes. Ceci doit néanmoins être corrigé par la baisse de la livre mais là aussi, les derniers mouvements confirment un fort redressement de cette monnaie. En août, les industriels britanniques affirment également un retour à la normale de leurs activités.

 

Comme indiqué la semaine dernière l’attention des marchés est restée portée sur la journée de vendredi, moment de la publication des chiffres de l’emploi US. La visibilité n’est toujours pas au rendez vous et nous verrons que sur ces questions, bien des incertitudes demeurent. Ceci pourrait néanmoins maintenir un « trend » positif pour les actions européennes.

Sur la semaine et surtout en raison de la journée de vendredi, les indices boursiers sont largement en progression : +2,30% pour l’Eurostoxx50, +2,26% pour le CAC40 et +0,91% pour le DAX. Le DJ affiche une baisse de 0,52% et le Nasdaq de 0,59%. Le NIKKEI a fortement progressé de 3,45% grâce aux propos samedi dernier du gouverneur de la BoJ annonçant qu’il n’hésiterait pas à augmenter son programme de stimulus monétaire si besoin.

Les derniers chiffres US sont pour l’instant interprétés positivement …

 

La publication de chiffres économiques US la semaine dernière et notamment ceux de l'emploi était très attendue puisqu’ils devaient préciser l’état de santé de l’économie américaine en donnant des indications sur l'évolution de la politique monétaire de la Fed au cours des prochaines semaines. Pour l’instant ces publications, pourtant en dessous des attentes, ont été accueillies positivement par les investisseurs, réduisant la probabilité de deux hausses des taux cette année. L’indice d’inflation (Core PCE en juillet) est ainsi ressorti en-dessous de l’objectif de la Fed (+1.6% vs. 2.0%), les chiffres de l’ISM manufacturier attestent d’un ralentissement de l’activité industrielle (49.4 vs. cons. 52) et les créations d’emploi au mois d’août ont été plus faibles que lors des deux mois précédents (+150k, vs. cons. +180k ; 275k et 292k pour juillet et juin respectivement). La progression des salaires ralentit aussi à +2,4% sur un an en août contre +2,6% en juillet. Les secteurs manufacturier et de la construction ont détruit des emplois mais l'industrie des services (2/3 du PIB US) est restée forte : +150k, ce qui confirme la tertiarisation de l’économie américaine. Les futures sur les Fed Funds intègrent désormais une probabilité de 30% pour une hausse des taux en septembre et de 60% pour décembre.

Il est intéressant de revenir sur la volatilité des marchés vendredi dernier. En première lecture, les marchés ont baissé et le dollar a chuté par rapport à toutes les devises suite à ce constat défavorable de l’économie américaine. Ensuite, le comportement des investisseurs a été un peu différent et l’analyse s’est faite un peu plus rassurante. Les révisions des mois précédents sur plusieurs indicateurs ont en effet tempéré l'enthousiasme des investisseurs à reporter trop loin une hausse des taux de la Fed. La moyenne à 3 mois du nombre de créations d'emploi, série privilégiée par la Fed comme J. Yellen l'a rappelé, affiche une tendance positive avec une moyenne de +232K en août contre seulement +190k en juillet et +146k en juin. Cette lecture a occasionné alors un renversement des tendances de marché vendredi après midi, avec néanmoins un marché US qui a plutôt faibli en toute fin de journée. Finalement, la croissance américaine semble bien résister et elle pourrait dépasser en 2016 les attentes qui sont de l’ordre de +1,5%. En point positif, on constate aussi au sein du commerce extérieur une progression des exportations et les commandes industrielles sont reparties en juillet comme les commandes de biens durables, ce qui pourrait attester d’une reprise de l’investissement sur cette fin d’année. En conclusion, les investisseurs pourraient avoir la lecture suivante : la croissance économique américaine tient suffisamment pour porter les marchés actions mais pas assez pour que la Fed s’engage rapidement à remonter ses taux, ce qui pourrait ainsi contribuer à la poursuite de la hausse des marchés.

Des données mitigées en Europe : vers une intervention de la BCE !

Les marchés européens restent influencés par Wall Street et ont bénéficié ce vendredi de la baisse des attentes de la double remontée des taux de la Fed. D’un point de vue économique, les indices PMI manufacturiers sont ressortis en-dessous des attentes (Zone euro : 51.7 vs. cons. 51.8, France : 48.3 vs. cons. 48.5, Allemagne 53.6 vs. cons. 53.6) tout comme l’indice du sentiment économique en zone Euro (103.5 pts vs. cons. 104.1, -1pt vs. juillet). L’inflation en France ne décolle toujours pas (Indice CPI +0.2% y/y vs. cons +0.3%) et le marché de l’emploi allemand continue de se consolider (-7k demandeurs d’emploi en août vs. cons. -4k). Les marchés actions européens maintiennent toutefois leur progression. La croissance mondiale devrait favoriser les entreprises exportatrices et les faibles pressions inflationnistes ne devraient pas pressurer les marges et la politique des banques centrales doit encore faciliter l’accès aux liquidités des entreprises.

Concernant le pétrole, V. Poutine s'est exprimé en faveur d'un accord de gel de production en associant les Iraniens à l'accord. On a le sentiment que les producteurs souhaitent maintenir un prix du baril autour de 50 $.

 

Poursuite d’une tendance haussière à moyen terme !

 

Après la réaction favorable des marchés à la publication des chiffres de l’emploi US, il n’est pas exclu de connaître désormais une consolidation des marchés sur le très court terme. Toutefois, nous continuons à privilégier une orientation plutôt positive pour la fin de cette année. En effet, les chiffres économiques même s’ils sont souvent en dessous des attentes ne renvoient pas à une prochaine récession de l’économie mondiale. Les actions européenens doivent désormais être privilégiées car les entreprises européennes vont bénéficier d’une remontée du dollar et du soutien de la BCE. Les discours des entreprises ne présentent pas de facteurs alarmants, donc on peut s’attendre à une remontée progressive des perspectives des résultats pour la fin de 2016 et 2017. Nous sommes ainsi peut-être au deuxième trimestre sur un point bas de résultats puisque les analystes attendent sur le deuxième trimestre une baisse de 7,8% des résultats de l’Euro Stoxx 600. Depuis le début de l’année, les investisseurs ont ainsi allégé leurs positions actions de 84 Md$ en Europe et de 68 Md$ pour les valeurs américaines. Un flux inverse serait aussi de nature à soutenir les marchés sur cette fin de l’année.

 

Lettre hebdomadaire 360Hixance am n°200, lundi 5 septembre 2016

 

Jean-Noël VIEILLE - Directeur de la gestion

Articles similaires

UN BESOIN DE SE RASSURER EN ATTENDANT L'IN...

A la différence de l’année dernière, ce mois d’août n’aura pas été marqué par une baisse tant redoutée des marchés financiers. A deux jours de la...

29/08/2016 - Publié par 360 HIXANCE ASSET MANAGERS

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

HERMITAGE GESTION PRIVÉE : QUELLES PERSPE...

Quelles perspectives pour les marchés financiers dans un environnement de taux négatifs et deux mois après le Brexit ? Tout d’abord, nous...

31/08/2016 - Publié par HERMITAGE GESTION PRIVÉE

Allocations d'actifs / Commentaires de marché