200/500/-60

Les derniers chiffres du tiercé à Longchamp ?

06/10/2011 - Publié par ALTIMEO ASSET MANAGEMENT dans Marché Allocations d'actifs

200/500/-60

Les numéros gagnants de la loterie chinoise ? L’écart de température entre l’été et l’hiver au Pôle Sud ? Les mensurations d’une poupée Barbie ? Non, il s’agit tout simplement des comportements irrationnels des investisseurs à fin septembre 2011 !

Trois fois la mise, c’est ce qu’a rapporté la pierre en moyenne depuis 15 ans. Six fois, c’est la hausse du cours de l’or depuis 10 ans. Moins soixante, c’est la baisse des actifs boursiers depuis dix ans ! Et aujourd’hui, alors que le sentiment de marché s’enfonce dans un puits sans fond, des voix s’élèvent à l’unisson pour encourager les malheureux épargnants et investisseurs de tous bords à sortir des marchés boursiers et investir dans des produits « sans risques », comme la pierre ou l’or, les derniers remparts ! Ou pire encore, les meilleurs ingénieurs des grandes banques leur concoctent des produits structurés taillés sur mesure, opaques à souhait, censés les protéger contre une baisse « exagérée » des marchés, tout en utilisant les mêmes formules mathématiques que celles utilisées pour bâtir les fameux produits hypothécaires américains ; les subprimes, alors vendus comme sans risques à l’époque…

Deux points essentiels doivent être rappelés :

  • La bourse sert à financer le développement des sociétés, son rôle est aujourd’hui dévoyé, le régulateur doit, et va, intervenir avec l’appui du politique, et ce rapidement.
  • Derrière chaque action cotée en bourse correspond une réalité économique, des actifs industriels, financiers, des hommes, une stratégie de développement, des paramètres aujourd’hui occultés par la peur.

Il est vrai que les marchés traversent, depuis 2000, une des périodes de baisse parmi les plus longues de son histoire ponctuée par quatre crises majeures et douloureuses, mais il apparaît absolument indispensable de garder la tête froide et comprendre pourquoi c’est le moment de diminuer son risque patrimonial en investissant
en bourse. Aussi, les valorisations de nombreuses sociétés deviennent plus qu’attractives. La crise, commencée en 2008, a amené celles-ci à prendre des dispositions drastiques de réduction de leurs couts, de recentrage de leur activité, d’assainissement de leurs bilans par le désendettement et le déstockage. Les exemples ne manquent pas, Shaw Group, un des leaders américains de l’ingénierie industrielle affiche une valorisation de seulement dix fois ses bénéfices 2012 avec une trésorerie positive de la moitié de sa capitalisation boursière. Bull SA détient deux euros par action de trésorerie nette, sa valorisation est ridicule, même pas cinq fois son
résultats retraité de sa trésorerie et 0,1 fois son chiffre d’affaires, pour une société qui connait un potentiel de développement significatif dans les activités de cloud computing (la délocalisation des serveurs d’entreprises). Il est à noter que les dirigeants rachètent massivement leurs actions depuis des cours plus élevés…cqfd

Ainsi, si la crise politique des dettes des Etats est réelle, celle des entreprises apparaît plus virtuelle. Bien sûr, l’incapacité du monde politique à trouver des solutions rapidement pèsera sur l’économie mondiale, mais jusqu’à quel point ? Certainement pas celui que les marchés nous indiquent aujourd’hui. Et le tournant de la crise est
marqué par la dernière réunion des ministres des finances du G20 qui affichent clairement leur détermination à trouver, à chaque aspect de la crise, une réponse commune. Il en va de l’intérêt de toutes les nations développées. Aussi, les contre feux se mettront en place à court terme, la crise grecque devrait être traitée rapidement, la crise des autres dettes souveraines également, les banques, rouage essentiel de la reprise, seront soutenues quoi qu’il arrive et la dette des états sera résorbée, à plus long terme, par un retour de l’inflation. Voilà la conviction des équipes de gestion d’Altimeo.

Le nouveau tiercé gagnant pourrait bien être -40/-60/+100%, et sans doute plus vite que la communauté financière ne semble l’envisager…

Bernard Delattre
Rédaction achevée le 26 septembre 2011

Fonds associés

Nom Société de gestion Gérant(s) Catégorie Encours 1 Janv. 1 An
ALTIMEO INVESTISSEMENT ALTIMEO ASSET MANAGEMENT Bernard DELATTRE Mixtes Mondial Flexible 1.94 M€ -14.61 % -11.56 %

Articles similaires

EDITO DE GSD GESTION DU 25 JUIN 2012

Les marchés européens ne sont pas remis de l’indigestion d’annonces à caractère vexatoire infligées par Moody’s vendredi : dégradation de quinze...

25/06/2012 - Publié par GSD GESTION

Allocations d'actifs / Commentaires de marché

NON, LE MARCHÉ N’EST PAS MORT !

  On peut simplement se demander si, depuis plusieurs jours, à voir les marchés incapables de sortir du même range (3380-3460 pour le Cac 40), ...

09/10/2012 - Publié par GSD GESTION

Allocations d'actifs / Commentaires de marché