PEA, Assurance vie ou Livret A ?

Optimiser ses placements

02/02/2015 - Publié par OPCVM360 dans le dossier : Optimiser ses placements

PEA, Assurance vie ou Livret A ?

Dans un environnement de taux de plus en plus bas,  il est aujourd’hui plus que jamais nécessaire pour l’investisseur de revoir l’ensemble de son épargne d’un point de vue global et de reconsidérer l’ensemble de ses placements.

En effet un placement « bas de laine »  ultra sécurisé comme le livret A dont la rémunération a été rabotée à 1% est-il encore nécessaire, si vous n’avez pas besoin de cette poche d’épargne à court terme ? Pour bien assurer le placement de son argent, ne faudrait-il pas alors arbitrer sur le fonds euros d’une (bonne) assurance vie ? Et si vous êtes tentés par un placement actions à travers des fonds commun de placement, faut-il souscrire via l’assurance vie ou via votre PEA ?

Tour d’horizon des placements préférés des Français

LE LIVRET A

Avec plus de 50 millions de livrets A en circulation drainant 230 milliards d’euros soit  4% de l’épargne, le livret a est le placement chouchou des français. Entièrement défiscalisé, il est aujourd’hui vivement critiqué car son taux a été progressivement diminué pour ne pas dépasser 1% aujourd’hui. On assiste donc à une certaine désaffection pour ce placement. Avantage : si vous êtes en quête de meilleur rendement ; nul besoin de le clôturer. Vous pouvez simplement retirer votre argent en attendant la remontée des rendements.

L’ASSURANCE VIE

Pour aller chercher un surcroit de rendement sans prendre de risque, le fonds euros de l’assurance vie est particulièrement judicieux. Le capital est garanti et vous bénéficiez d’une fiscalité allégée après 8 années de détention. Les taux servis, bien qu’également en baisse s’étagent entre 2% et 3.5%. Enfin si vous n’êtes pas hostile à une certaine prise de risque, les contrats dits multi-supports permettent également de souscrire des OPCVM. La performance dépendra alors des marchés et surtout des fonds (ou encore Unités de Compte ou UC) que vous avez sélectionné. Vous pouvez ainsi composer vous-même votre portefeuille en profitant d’un large choix de fonds éligibles à votre contrat et ajuster la répartition fonds euros sécurisé et fonds actions en fonction de votre profil de risque. Sur le plan fiscal si votre contrat a plus de 8 ans et si le montant annuel des plus-values inclus dans vos retraits ne dépasse pas 4 600 € (9 200€ pour un couple), les retraits seront alors exonérés d’impôts, seuls les prélèvements sociaux seront exigibles.

LE PLAN D’EPARGNE EN ACTIONS (PEA)

Alors que les rendements des placements sécurisés peinent à dépasser l’inflation, les placements sur les marchés financiers restent une alternative  réservée aux profils plus audacieux et conscients des risques. Pour autant et malgré les crises successives, la Bourse sur le long terme est un placement parmi les plus rentables historiquement. Si vous êtes tentés par le placement actions ou fonds d’actions, le PEA offre un excellent cadre d’investissement. ll permet d’investir jusqu’à 150.000 € en actions ou fonds éligibles. Sur le plan fiscal, le PEA est une enveloppe particulièrement attractive dès lors que vous conservez ce compte au minimum 5 ans. Les plus-values ne sont pas immédiatement imposables. Elles seront exonérées, partiellement pour les retraits effectués entre 2 et 5 ans après l’ouverture du plan et totalement au-delà, hors prélèvements obligatoires. L’avantage majeur du PEA est de pouvoir acheter et vendre des actions ou des OPCVM sans pour autant payer des impôts lors de vos cessions de titres.  En revanche, les impôts devront être réglés dès votre 1er retrait (au prorata).

Pour conclure, rien n’empêche de panacher ces différents dispositifs : le Livret A pour conserver des liquidités disponibles immédiatement en cas de besoin, une assurance vie pour aller chercher un surcroît de rendement sur le fonds euro sans sacrifier la sécurité et enfin le PEA, si les actions vous tentent en gardant à l’esprit que vous serez alors soumis aux aléas de la Bourse.